[livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

La hache et la croix

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"La hache et la croix" de Cavanna.

Ce livre est le deuxième de la série sur les Mérovingiens, après le "Hun Blond", dont j'ai déjà parlé plus haut.

Question style, on reste dans du Cavanna, assez agréable à lire, et avec les mêmes partis-pris que pour le précédent tome: Cavanna utilise un vocabulaire moderne, voire parfois argotique, pour faire s'exprimer ses protagonistes...

Sur le fond, Mérovée et Childéric ont laissé la place à Clovis, un roi rusé, malin, mais également assez sanguin. Loup et Otto, protagonistes du précédent ouvrage vont remplir des missions pour le souverain, tout en ayant leurs propres agendas... j'y reviendrai plus loin. On a évidemment droit à l'épisode du vase de Soissons, que Cavanna imagine être le saint graal, rien moins que cela. Et tant qu'à faire, il nous glisse un petit Lancelot du Lac, rencontré au hasard des chemins...

Otto et Loup réalisent donc quelques missions pour Clovis: il s'agit d'abord d'aller s'assurer de l'appui de Geneviève à Paris, puis d'aller prospecter dans un monastère pour "tâter le terrain" auprès d'un jeune femme, Clotilde, qui deviendra l'épouse du souverain. Entre les coups, Otto et Loup décident de porter secours à divers personnages, et agissent ainsi en contradiction avec leurs ordres et même contre les intérêts de Clovis...

Et c'est là que le récit devient quelque peu ridicule: les héros sont transbahutés de gauche à droite, en prenant des décisions dont la cohérence laisse quelque peu à désirer. On sent bien que Cavanna a voulu qu'ils interviennent dans un certain nombre d'événements clefs, sans parvenir à vraiment lier tout ça correctement. Bref, ce deuxième tome m'a laissé sur ma faim, et j'avoue avoir hésité longuement avant de me lancer dans le troisième tome.

Autre souci de l'auteur: on sent bien qu'il a du mal avec les croyances de ses personnages. Tant Otto que Loup sont athées, et on sent bien que cette posture est héritée de l'auteur, et n'a que peu de justification au regard de leur histoire personnelle.

Malgré tout, tout n'est pas à jeter: il y a quelques bonnes idées éparpillées entre ces pages, que je me verrais bien copier dans un scénario de jeu de rôle.


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
18. "L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton (8/10).
19. "Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi (7/10).
20. "Mon Almérique à moi" de Cédric Ferrand (6/10).
21. "Les califes maudits - A l'ombre des sabres" de Hela Ouardi (8/10).
22. "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" de Joël Dicker (8/10).
23. "Les califes maudits - meurtre à la mosquée" de Hela Ouardi (9/10).
24. "Underground Airlines" de Ben H. Winter (6/10).
25. "La mante religieuse" de Nancy Rutledge (6/10).
26. "La vallée magique" de Edmond Hamilton (7/10).
27. "Les noces de la renarde" de Floriane Soulas (8/10).
28. "L'étoile de Pandore - tome 1" de Peter F. Hamilton (8/10).
29. "L'étoile de Pandore - tome 2" de Peter F. Hamilton (8/10).
30. "Marche ou crève" de Stephen King (2/10).
31. "L'étoile de Pandore - tome 3" de Peter F. Hamilton (8/10).
32. "L'étoile de Pandore - tome 4" de Peter F. Hamilton (8/10).
33. "Le serpent Ouroboros" de Eric Rücker Eddison (8/10).
34. "Les huit montagnes" de Paolo Cognetti (7/10).
35. "Les miracles du bazar Namiya" de Keigo Higashino (9/10).
36. "Le Grand Meaulnes" de Alain-Fournier (8/10).
37. "Le Hun blond" de Cavanna (7/10).
38. "La hache et la croix" de Cavanna (6/10).
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
rogre
RDieu
Messages : 5234
Inscription : jeu. déc. 06, 2007 12:53 pm
Localisation : Lyon 6è

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par rogre »

Elijah Shingern a écrit : mer. juil. 20, 2022 4:01 pm
Tu viens de rappeler soudainement à ma mémoire… le Grand Meaulnes

Vous venez de rappeler soudainement à ma mémoire une contrepêterie lamentable! :mrgreen: 

Spoiler:

le Grand Meaulnes

le Gland Meaurnes

:arrow:
Lu sur Internet: "L'Eurovision dans son ensemble est très contestable sur le plan musical" !!!
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3716
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par cdang »

Je viens de finir L'Île au trésor de Robert Louis Stevenson (1882), dans son édition Folio junior, traduction de Jacques Papy (1974).

Bah non, j'l'avais jamais lu.

Bin c'est super. Comme c'est calibré jeunesse, les chapitres sont assez courts donc c'est facile à lire en fractionné ; et un peu moins de 400 p en poche, c'est rapide à lire. Dans cette édition, les termes spécifiques à la marine sont en note de bas de page, ce qui évite de dégainer le dico. Et le langage parlé est du vrai langage parlé (pas comme la créature de Frankenstein qui parle limite en alexandrins, avec tout l'immense respect que je dois à Mary Shelley).

Ce bouquin est l'archétype, au sens quasi littéral du terme, du roman d'aventure ; ça me donne envie de lire son prédécesseur, Robinson Crusoé. Et donc l'archétype du scénario de jeu de rôle : quatre épisodes bien définis, des PNJ bien typés, des jets de compétence divers (compétences sociales, survie, discrétion, athlétisme, combat). Bref, un incontournable à (re)découvrir.
Dernière modification par cdang le lun. août 01, 2022 4:21 pm, modifié 1 fois.
--
Vous êtes mort
Avatar de l’utilisateur
Silenttimo
Dieu bavard du muet
Messages : 9244
Inscription : mar. févr. 13, 2007 3:39 pm
Localisation : Hauts-de-Seine sud (92)

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Silenttimo »

Concernant le Stevenson, je recommande chaudement :

- la série BD en 3 tomes "Jim Hawkins" (lien BDgest), une belle adaptation graphique et fidèle à une exception : les personnages sont des animaux anthropomorphiques ;
- la version film des années 30 (lien IMDB) par Victor Fleming (magicien d'Oz / autant en emporte le vent, notamment) : Wallace Beery qui cabotine souvent colle bien à ce roublard de Long John Silver, et les pirates ont de vraies trognes patibulaires (lien IMDB).
"Mieux est de ris que de larmes écrire, pour ce que rire est le propre de l'homme" (Rabelais)

Fan de ciné muet et US :
- Lubitsch : "Je fais appel à l'intelligence du spectateur !"
- Avatar : "l'homme qui rit" de P. Leni (1928)
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3716
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par cdang »

En film, je dois avoir le Byron Haskin de 1950 (Walt Disney) en DVD. Je termine une session de Harryhausen et c'est peut-être bien le prochain que je vais montrer aux enfants.
--
Vous êtes mort
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par sherinford »

Silenttimo a écrit : lun. août 01, 2022 3:56 pm Concernant le Stevenson, je recommande chaudement :

- la série BD en 3 tomes "Jim Hawkins" (lien BDgest), une belle adaptation graphique et fidèle à une exception : les personnages sont des animaux anthropomorphiques ;
- la version film des années 30 (lien IMDB) par Victor Fleming (magicien d'Oz / autant en emporte le vent, notamment) : Wallace Beery qui cabotine souvent colle bien à ce roublard de Long John Silver, et les pirates ont de vraies trognes patibulaires (lien IMDB).


Et pour les amoureux du plomb, il y a même une série officielle de figs chez Wargames Foundry...

Image

Que demande le peuple ?
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Inigin
Dieu des hakamas perdus
Messages : 12216
Inscription : dim. août 02, 2009 7:27 am
Localisation : à droite de Saint-Ex

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Inigin »

Silenttimo a écrit : lun. août 01, 2022 3:56 pm Concernant le Stevenson, je recommande chaudement :

- la série BD en 3 tomes "Jim Hawkins" (lien BDgest), une belle adaptation graphique et fidèle à une exception : les personnages sont des animaux anthropomorphiques ;
- la version film des années 30 (lien IMDB) par Victor Fleming (magicien d'Oz / autant en emporte le vent, notamment) : Wallace Beery qui cabotine souvent colle bien à ce roublard de Long John Silver, et les pirates ont de vraies trognes patibulaires (lien IMDB).

A la rubrique BD je recommande aussi l’Auberge du bout du monde, de Roberto Innocenti. 😇
Barde biclassé secrétaire de la Voix de Rokugan

ImageImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Ganelon
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3803
Inscription : jeu. sept. 14, 2017 9:04 am
Localisation : L'oreille en coin

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Ganelon »

@Molloy bah déjà j’ai compris je crois comment le lire (en français), c’est un peu un truc fractal et minutieux qui demande une lecture attentive quitte à ce qu’elle devienne distraite au fil des pages. Chaque phrase est un monde.
"Michael Myers walked so that Jamie Lee Curtis could run."
"Someone once told me “if you can see a mountain lion, that means it isn’t hunting you.” Every day since i have lived in terror."
Avatar de l’utilisateur
fafnir
Pape
Messages : 621
Inscription : jeu. nov. 27, 2014 9:50 am

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par fafnir »

J'ai emprunté Au bord du gouffre de Wolfgang Hohlbein totalement au pif en bibliothèque.

https://www.babelio.com/livres/Hohlbein ... gou/980922

Ça se laisse lire, c'est un peu dépaysant (contexte de L'Europe centrale du XVe siècle), mais constatant que c'est le 1er tome d'une longue série (j'aime pas trop les séries à rallonge) j'aurais aimé avoir l'avis de forum eureuses qui l'auraient lu avant de m'investir dans le 2e tome.
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Le Dieu de Clotilde

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"Le Dieu de Clotilde" de Cavanna.

Ce livre est le troisième de la série sur les Mérovingiens, après le "Hun Blond" et "La hache et la croix", dont j'ai déjà parlé plus haut.

Toujours le même style inimitable, agréable à lire, et plutôt bien documenté, même si Cavanna semble se baser surtout sur Grégoire de Tours, ce qui est, je pense, assez critiquable.

On reste focalisé sur Clovis, et particulièrement sur la conversion de celui-ci. Loup et Otto, héros habituels de ce cycle, sont maintenant au service de Grallon, roi d'Armorique, et vont partir en mission pour son compte, avec pour objectif de ramener des reliques de Sainte Ursule et des onze-mille vierges qui l'accompagnaient, toutes des martyres massacrées par les Huns (encore eux)... Au passage, ils vont assister à la bataille de Tolbiac, où Clovis, venant au secours des francs ripuaires, va être confronté à une armée d'Alamans et solliciter l'intervention divine, promettant de se convertir si la bataille tournait en sa faveur...

Bon, comme pour le tome précédent, il y a maints rebondissements, et on a la même sensation que l'auteur a bien du mal à construire son récit, promenant ses personnages là où ils doivent être pour assister à tel ou tel événement, moyennant divers prétextes. On dirait presqu'un maître de jeu en panne d'inspiration qui téléporte les PJs à l'entrée du donjon de la semaine "parce que c'est comme ça, et voilà tout". La structure du récit s'en ressent clairement, et du coup, je vais laisser un peu de temps passer avant de m'attaquer au quatrième volume.

En attendant, j'enchaîne sur les livres du mois d'août 2022 du club de lecture: "Ravage", de Barjavel et "La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver" de Christelle Dabos. Je vous en reparle dans quelques jours/semaines...


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
18. "L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton (8/10).
19. "Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi (7/10).
20. "Mon Almérique à moi" de Cédric Ferrand (6/10).
21. "Les califes maudits - A l'ombre des sabres" de Hela Ouardi (8/10).
22. "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" de Joël Dicker (8/10).
23. "Les califes maudits - meurtre à la mosquée" de Hela Ouardi (9/10).
24. "Underground Airlines" de Ben H. Winter (6/10).
25. "La mante religieuse" de Nancy Rutledge (6/10).
26. "La vallée magique" de Edmond Hamilton (7/10).
27. "Les noces de la renarde" de Floriane Soulas (8/10).
28. "L'étoile de Pandore - tome 1" de Peter F. Hamilton (8/10).
29. "L'étoile de Pandore - tome 2" de Peter F. Hamilton (8/10).
30. "Marche ou crève" de Stephen King (2/10).
31. "L'étoile de Pandore - tome 3" de Peter F. Hamilton (8/10).
32. "L'étoile de Pandore - tome 4" de Peter F. Hamilton (8/10).
33. "Le serpent Ouroboros" de Eric Rücker Eddison (8/10).
34. "Les huit montagnes" de Paolo Cognetti (7/10).
35. "Les miracles du bazar Namiya" de Keigo Higashino (9/10).
36. "Le Grand Meaulnes" de Alain-Fournier (8/10).
37. "Le Hun blond" de Cavanna (7/10).
38. "La hache et la croix" de Cavanna (6/10).
39. "Le Dieu de Clotilde" de Cavanna (6/10).
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Ravage

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"Ravage" de René Barjavel.

Ce livre faisait partie de la sélection du mois d'août pour le club de lecture du Bocal.

Ravage est un livre d'anticipation qui a été écrit en 1942 et publié pour la première fois par épisode en 1943 dans le journal collaborationniste et antisémite "Je suis partout". C'est le premier roman de René Barjavel, et pour le coup, ça a bien failli être le dernier, vu qu'un certain nombre de collaborateurs de ce journal furent, à la fin de la guerre, condamnés à mort... Il fut, quant à lui, innocenté, puis fit une carrière dans le cinéma et l'audiovisuel avant de revenir à l'écriture à la fin des années 1960, avec ses oeuvres les plus marquantes, je pense: "la nuit des temps", "les chemins de Katmandou" et "le grand secret".

Mais revenons à "Ravage": de quoi ça parle, au juste?

L'action se déroule au milieu du 21ième siècle. La première partie s'attarde sur les avancées technologiques que Barjavel imagine fulgurantes, avec notamment des voitures individuelles volantes et propulsées à des vitesses stupéfiantes, mais aussi des pièces réfrigérées dans lesquelles les familles conservent leurs morts dans leurs appartements, dans une sorte de culte de l'ancêtre mis au goût du jour (ce point reste mystérieux pour moi, mais ok).

François Deschamps est un jeune provincial monté à Paris pour faire des études et moderniser l'exploitation agricole familiale. Il y rejoint Blanche Rouget, son amie, mais aussi sa promise. Celle-ci, cependant, a vu sa vie bouleversée lorsqu'elle a rencontré Jérôme Seita, le directeur d'une compagnie de radio qui lui offre une carrière de chanteuse et d'actrice...

Mais le jour de sa première, alors qu'elle s'apprête à donner son récital au bénéfice de millions de téléspectateurs, l'électricité est coupée dans le monde entier (même si au départ, les protagonistes s'imaginent que cette coupure est locale et nécessairement limitée dans le temps)... S'ensuit un chaos dans les villes surpeuplées, avec des émeutes, des pillages, le pourrissement des morts, etc.

François va alors mettre tout en oeuvre pour récupérer l'amour de sa vie, puis planifier un retour à leur village natal, une terre agricole du massif central qui correspond, si j'ai bien tout suivi, aux terres d'origines de l'auteur lui-même. Bref, François réunit un petit groupe et rentre chez lui, traversant milles difficultés. Je vous passe le détail de leurs péripéties: sachez juste que les vivres et l'eau manquent cruellement, et que Barjavel ne s'écarte pas des poncifs du genre post-apocalyptique, puisque l'homme est un loup pour l'homme, comme souvent dans ce type de circonstances. On peut d'ailleurs imaginer sans peine que certaines descriptions lui ont été inspirées par les réfugiés qui ont envahi les routes de France lors de la débâcle de 1939-1940, à laquelle il a eu l'occasion d'assister en première ligne...

Ayant enfin leur terre natale, François, Blanche et les quelques survivants de l'expérience vont "redémarrer" une société moins axée sur la technologie, plus proche de la nature, essaimant leur "modèle" partout dans le monde en friche... Comme les femmes survivantes sont plus nombreuses que les hommes, la polygamie devient la norme car (je cite), il n'est pas question de laisser tous ces ventres "incultes".

Bon, vous l'aurez sans doute compris, il y a un côté à la fois très naïf et très satirique à ce roman, qui ne parvient pas à rester dans un seul registre tout au long de ses 304 pages... Il y a un côté visionnaire aussi, mais à mon avis complètement à côté de la plaque: "la technologie entraînera la perte de l'homme", nous dit en filigranes l'auteur. Ce n'est pas entièrement faux, mais de ce point de vue, la démographie galopante est tout autant à blâmer, et quand le héros se propose de repeupler la Terre, on sent confusément qu'il n'a pas tout à fait retenu la leçon...

Il y a quelques passages qui m'ont fait bien rire, notamment lorsque l'on réunit le gouvernement juste après la disparition de l'électricité et qu'on annonce que "le ministre des Sports s'est jugé incapable de venir à pied de Passy" et que le "baron de Bournaud, ministre du Progrès social, un des trois Parisiens qui s'habillassent encore à la mode du siècle dernier" prend la parole. Ces deux petits bouts de phrases sont des bijoux d'ironie à elles toutes seules.

Pour conclure, on a là un bouquin assez inégal, coincé le cul entre deux chaises: oeuvre satirique, d'une part, et récit apocalyptique, d'autre part. Barjavel ne semble pas être parvenu à choisir entre les deux. Je pense qu'on a fait mieux depuis, dans un genre comme dans l'autre...


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
18. "L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton (8/10).
19. "Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi (7/10).
20. "Mon Almérique à moi" de Cédric Ferrand (6/10).
21. "Les califes maudits - A l'ombre des sabres" de Hela Ouardi (8/10).
22. "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" de Joël Dicker (8/10).
23. "Les califes maudits - meurtre à la mosquée" de Hela Ouardi (9/10).
24. "Underground Airlines" de Ben H. Winter (6/10).
25. "La mante religieuse" de Nancy Rutledge (6/10).
26. "La vallée magique" de Edmond Hamilton (7/10).
27. "Les noces de la renarde" de Floriane Soulas (8/10).
28. "L'étoile de Pandore - tome 1" de Peter F. Hamilton (8/10).
29. "L'étoile de Pandore - tome 2" de Peter F. Hamilton (8/10).
30. "Marche ou crève" de Stephen King (2/10).
31. "L'étoile de Pandore - tome 3" de Peter F. Hamilton (8/10).
32. "L'étoile de Pandore - tome 4" de Peter F. Hamilton (8/10).
33. "Le serpent Ouroboros" de Eric Rücker Eddison (8/10).
34. "Les huit montagnes" de Paolo Cognetti (7/10).
35. "Les miracles du bazar Namiya" de Keigo Higashino (9/10).
36. "Le Grand Meaulnes" de Alain-Fournier (8/10).
37. "Le Hun blond" de Cavanna (7/10).
38. "La hache et la croix" de Cavanna (6/10).
39. "Le Dieu de Clotilde" de Cavanna (6/10).
40. "Ravage" de René Barjavel (6/10).
ImageImageImageImageImage
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 5194
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Rosco »

@sherinford 
Alors que dansMalevvile
Malevil — Wikipédia (wikipedia.org)
La polyandrie devient la norme
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3716
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: Ravage

Message par cdang »

sherinford a écrit : lun. août 08, 2022 6:01 amComme les femmes survivantes sont plus nombreuses que les hommes, la polygamie devient la norme car (je cite), il n'est pas question de laisser tous ces ventres "incultes".
C'est le truc qui m'a gêné quand je l'ai lu (il y a 30-35 ans probablement) ; sachant l'époque où il a été écrit, j'ai trouvé cet ultrapatriarcat plutôt dérangeant, ça n'en jette pas pour autant une ombre brune sur le bouquin. Et j'ai beaucoup aimé la description de l'ingénieur au début, qui est encore très d'actualité.
--
Vous êtes mort
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 5194
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Rosco »

dans une sociètée en reconstruction l'enfantement est une vraie question.
La question se pose donc de la gestion des humains fertile, ou de la surrepresentation d'un sexe bilogique par rapport à l'autre.
Ravage part du principe qu'il y a plus de femmes que d'homme dou la polygammie, en revanche dans Malville c'est l'inverse il y a plus d'homme que de femme d'ou la polyandrie.
Dans tout les cas il s'agit non pas d'une philosophie de l'auteur mais d'une conséquence d'un choix d'impact.
Etoile en garde, est plus égalitaire encore car le sexe biologique n'a presque aucun impact sur l'affectation d'un volontaire, (presque car il est précisé que l'on choisit des femmes à la voix douce pour piloter les vaisseaux de transports pour des questions de morale)
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3716
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par cdang »

Ouais enfin dans le cas de la fin de Ravage, il y a aussi un patriarche autocratique qui tue quelqu'un porteur de changement pour le remettre dans le droit chemin. Ça faisait beaucoup je trouve, pour un bouquin de 1942. Mais je n'accuse Barjavel de rien du tout, j'ai juste trouvé ça super lourd surtout dans le contexte de l'époque.
--
Vous êtes mort
Répondre