Degenesis - In thy Blood

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » mer. sept. 12, 2018 12:29 am

Loin des étranges polémiques qui agitent actuellement le petit monde de Degenesis, j'ai maîtrisé ce soir hier (déjà !) une première session de In Thy Blood, premier opus de la campagne.

Mes joueurs sont :

Oguntoyin (@Herlkin), Fléau, Chien de Guerre en quête de rachat, dernier survivant de l'expédition ratée de l’ambitieux marchand néo-lybien El-Hadj Toucouleur dans les Balkhans.

Image



Aleksandar ( @Esteban85), Ange Exterminateur touché par la Grâce lors de la venue du Seigneur Altair en Pollen, Pèlerin mystérieux et violent, Porteur des fruits du Jardin d’Eden.

Image



Lambda (@Septa), meilleur Médiateur des Fragments Outlook et Google, Chroniqueur arraché au Serveur Central et jeté dans un monde hostile.

Image



Bogdan "Boba" Raclepoussière (D.), Renard errant et sans patrie, Honnête Balkhanais en quête d'une vie meilleure.

Image



Sarah Bint Adonai (A.), Fille du Seigneur Caché, Elue de son Peuple, Ambassadeur Plénipotentiaire chez les ploucs hérétiques, frustes et violents.

Image

Inutile de dire que la première partie était riche d'enseignements. Le compte-rendu suit (le plus rapidement que je peux).
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Herlkin
Pratiquant
Messages : 213
Inscription : mer. avr. 27, 2016 3:17 pm
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Herlkin » mer. sept. 12, 2018 1:47 am

A part le système (pratique) à base UNIQUEMENT de dés 6 (que je n'apprécie définitivement pas), l'ambiance était là !
Pas évident de s'y retrouver dans ce riche environnement, mais le scénario a le mérite de nous plonger très vite dans l'ambiance (tendue), et comme le MJ (@Elijah Shingern) sait parfaitement jongler avec tout ce foisonnement, on a pas eu encore trop le temps de réfléchir calmement à qui profite le crime...

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » mer. sept. 12, 2018 2:14 pm

Première session (Première partie)

27 mars 2595 :

Deux étranges individus se croisent devant l’avant-poste Hellvétique de Moreno.

L’un d’entre eux est Lambda, un Chroniqueur du Serveur Central.

Les supérieurs de Lambda, les Fragments Google et Outlook s’inquiètent de plus en plus des bouleversements qui ont lieu au sein même du Serveur – la trahison des Aiguilles, l’alliance du Fragment Modus avec les Anabaptistes de Cathédrale, et maintenant les rumeurs concernant un Fusible envoyé en secret à Lucatore, lieu de résidence du Seigneur Anabaptiste Altair, sans parler de celles relatives à une opération « spéciale » à Toulon.

Etant des spécialistes de l’achat et de la remise en état des artefacts, ils n’ont pas d’Occulteurs à leur disposition : c’est donc Lambda, leur meilleur agent, qu’ils ont envoyé.

L’autre est Aleksandar, un grand guerrier venu de Pollen, qu’Altair a converti à la Néo-Gnose il y a quelques années.

Le corps couvert de tatouages et la tête pleine de fables, Aleksandar est en pèlerinage et espère revoir Altair à Lucatore, avant de rejoindre le Sublime Vicarent de Brest – dont les exploits sont parvenus jusqu’à ses oreilles.

Afin de leur montrer sa dévotion et sa valeur, il compte leur offrir un bien précieux cadeau : les fruits qu’il est allé cueillir, au péril de sa vie, dans une Forêt Fractale.

Lambda, angoissé à l’idée de continuer sa route seul dans un pays étranger, offre à Aleksandar – qui les empoche sans savoir ce que c’est - plusieurs lettres de change fraiches, tout juste sorties de son imprimante.

Ils assistent ensuite à l’arrivée, et au contrôle, d’un important convoi en provenance de Lucatore. Le convoi est gardé par des Orgiastes Anabaptistes à l’air féroce. Des droits de douanes particulièrement important sont versés.

Un des soldats Hellvétiques présent tend une feuille de papier à Lambda et à Aleksandar une feuille de papier sur laquelle il est indiqué qu’une récompense de 5.000 lettres de change est offerte pour la tête d’un déserteur, Baptiste.

Lambda et Aleksandar s’engagent sur la Route d’Eden, qui mène à Lucatore.

En chemin, ils remarquent que certains des arbres de la forêt avoisinante portent, sur leurs branches, des cordelettes auxquelles sont attachés des multitudes de tessons de verre ou de morceaux de miroir.

Lambda sue abondamment sous son masque de cuir. Il a appris quelque part (mais où ?) que ces « talismans » sont accrochés pour lutter contre les Psychokinésistes de Purgare.

A l’orée de la forêt, ils aperçoivent un vieillard au corps musclé, armé d’un fusil, qui les laisse passer sans rien dire.
Ils arrivent à Lucatore au crépuscule, alors que la pluie commence à tomber.

Sur les murailles de la Ville flottent deux drapeaux : la Croix Brisée des Anabaptistes, et, bien plus bas, les armoiries du Clan Benesato.

Aleksandar se rend immédiatement au Bélier Ensanglanté, une auberge tenue par Remko, un Anabaptiste manchot, vétéran de la guerre contre les Jehammétans.

L’endroit est rempli de trophées de guerre et d’Orgiastes plus ou moins saouls, dont Tosco, avec qui Aleksandar se lie d’amitié.

La consommation de Distillat purgan déliant les langues, Aleksandar comprend rapidement qu’il existe d’importantes tensions entre les Anabaptistes – qui ne sont pas tous des autochtones – et les Benesato qui ne se sont pas convertis, dont le propre frère d’Altair, Ennio Benesato, le Gouverneur de la Ville.

L’alcool aidant, les Orgiastes se livrent à des commentaires franchement injurieux sur Ennio Benesato, et surtout sur sa jeune fiancée, Gala Lombardi, la fille de Vespaccio de Bergame, qui a déclaré les Anabaptistes persona non grata, et qui abrite des Jehammetans dans sa ville.

*

Trois voyageurs viennent de l’Est.

Ils ont fait le long voyage depuis les plaines Adriatiques – où les Anabaptistes de Purgare et les Jehammetans des Balkhans ont fini par conclure une paix malaisée il y a maintenant quatre ans, après des décennies de massacre.

Sarah l’Immaculée, la Fleur du Peuple Elu, Fille d’Adonai l’Iconide Caché, a été envoyée pour réitérer le traité de paix avec les Anabaptistes.

Elle espère également, si l’opportunité lui en est donné, en apprendre plus sur ce qui a permis aux Anabaptistes de retourner une situation militaire fortement compromise.

Elle espère ensuite continuer sa route vers Toulon, où son père, qu’elle n’a jamais connu, aurait été vu pour la dernière fois.

Afin d’éviter tout heurt avec les Anabaptistes et compromettre ainsi la paix, les Iconides ont lui engagé une escorte inhabituelle : un Ferailleur des Balkhans, Raclepoussière, qui ne cache pas son désir de fuir les événements agitant la région pour aller chercher fortune dans le Sud de Franka, et son mystérieux compagnon, un Fléau du nom Oguntoyin, qu’il aurait secouru lors de la bataille qui a vu le marchand néo-lybien El Hadj Toucouleur perdre sa vie et son honneur.

Lorsqu’ils arrivent près de Lucatore, le soleil est couché depuis quelques temps, et la pluie se met à tomber.

Sur leur droite, ils remarquent la silhouette inquiétante du Cloître, la forteresse de Anabaptistes.

Après être entrés dans la Ville, ils cherchent le Seigneur Altair. Devant le Palais qui domine la Place du Marche, ils apprennent d’un homme d’arme en livrée (Domingo Benesato) que :

- Le Seigneur Altair réside dans le Cloître, lequel est fermé pour la nuit ;
- Le Palais est habité par le Gouverneur Ennio Benesato ;
- Qu’Ennio Benesato ne peut les recevoir dans le Palais, mais qu’il leur fera ouvrir la Maison des Emmissaires, située à l’extérieur de la Ville ;
- Qu’ils peuvent attendre à l’Auberge du Bélier Ensanglanté, de l’autre côté de la Place du Marché.

Sarah Bint Adonai refuse de se rendre au Bélier Ensanglanté – non sans avoir fait quelques remarques (très) désobligeantes sur les Anabaptistes - et indique à Domingo Benesato qu’elle préfère attendre à l’Hospice des Pauvres près de la Porte Occidentale.

Ils croisent Lambda, qui errait dans la Ville, un peu paumé, et se rendent à l’Hospice des Pauvres.

*

L’Hospice des Pauvres est plein à craquer de Ravis venus de Pollen, de Franka et de Borca. Ils chantent, ils prient et tiennent des cierges, tout en regardant avec curiosité – et quelquefois avec méfiance – les nouveaux arrivants.

Aleksandar vient rapidement rejoindre ses compagnons d’infortune.

Domingo Benesato, et son cousin, Pace, les rejoignent peu après pour leur indiquer que la Maison des Emissaires est prête à les recevoir.
Ils conduisent Sarah – qu’ils abritent sous un parapluie – Lambda, Oguntoyin et Raclepoussière dans une maison spacieuse et confortable où les attendent un bon feu et un bon repas – qui leur est servi par une jeune servante des Balkhans, Dana.

Aleksandar – qui est violemment ivre – décide de rester à l’Hospice des Pauvres, où il écoute avec ravissement les chants et les prières Anbaptistes.

Son enthousiasme diminue fortement lorsque rentrent plusieurs silhouettes en haillons – des Flagellants. Les chants et les prières cessent – les Anabaptistes deviennent silencieux.

Celui qui semble être le chef des flagellants commence à prêcher et dénonce les péchés des Anabaptistes. Il accuse le Cloître d’avoir été corrompu par le Démiurge – sans prendre de gants, il laisse entendre que ces derniers consommeraient de la Brûlure.

Aleksandar – ayant remarqué que cet homme porte un tube en entrailles de mouton caractéristique des consommateurs de Brûlure – l’accuse d’être un Brûlé. La tension monte, mais le Flagellant ne se démonte pas et lui raconte qu’il s’est repenti et qu’il a abjuré le Démiurge.

« Tu verras bientôt la Vérité de tes propres yeux, Orgiaste, quand bien même tu te les crèverais ! Le Cloître est complètement infecté par la Semence du Démiurge. »

A la fin d’un long discours, les Flagellants arrachent leurs haillons et commencent à se fouetter.

Aleksandar s’enfuit en hurlant jusqu’à la Maison des Emissaires, où il s’effondre sur le sol.

(Suite de la première session après la publicité)
Dernière modification par Elijah Shingern le mer. sept. 12, 2018 6:37 pm, modifié 1 fois.
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » mer. sept. 12, 2018 4:27 pm

Première session (Deuxième partie)

28 mars 2595 :


Les héros sont tous réveillé à l’aube par une sonnerie lancinante et sinistre. Dana leur indique que cela signifie que quelqu’un de haut-placé est mort.

Aleksandar, n’écoutant que son cœur, se précipite dans la Ville.

Une foule commence à se réunir près des châteaux d’eau de la Ville. Près d’un des bassins rituels, Aleksandar aperçoit un corps recouvert d’un simple tissu blanc maculé de sang.

Plusieurs Orgiastes, le visage fermé, la main sur la poignée de leurs armes, veillent sur le cadavre.

Aleksandar écarte les badauds et apprends de la bouche des Orgiastes que le Seigneur Altair a été égorgé par traitrise à l’aube, alors qu’il faisait ses ablutions rituelles.

Tout autour de lui, les langues se délient. La colère des Anabaptistes éclate, et ils accusent ouvertement le Gouverneur Ennio Benesato, « la Chienne de Bergame » et les Jéhammetans d’avoir fomenté le meurtre de leur bien-aimé Seigneur.

Les Benesato, quant à eux, laissent entendre que c’est l’épouse d’Altair, Néva l’Emissaire de Fer qui seule a pu avoir le cran de commettre un crime aussi atroce.

Sarah, Lambda, Oguntoyin et Raclepoussière arrivent au moment où la tension est la plus extrême.

La foule se presse contre la « Putain Jéhammétane et ses séides étrangers ». Des fourches, des cordes et des torches font leur apparition…
…Mais, avant même qu’Oguntoyin sorte son fustigateur, Lambda actionne son Vocodeur, et hurle, d’une voix métallique rythmée par les larsens : « Reculez ! Reculez ! Reculez ! ».

La populace recule, effectivement, ce qui permet aux gardes du Gouverneur de dégager nos héros.

La foule se calme définitivement lorsqu’un prédicateur à la barbe rousse et grise et au regard pour le moins embrumé, Abacus l’Elyséen, se dresse sur une estrade et appelle au calme et au recueillement.

Il indique que, selon les vœux de l’Emissaire Néva, un deuil d’une semaine est décrété, et qu’il est interdit de sortir de la Ville.

Il ordonne enfin à la foule de se disperser et part vers le Cloître, suivis par les Orgiastes, qui portent le corps.

Aleksandar le suit et engage la conversation avec lui.

Tout d’abord réticent, l’Elyséen devient tout à fait intéressé lorsqu’Aleksandar lui parle des fruits de la Forêt Fractale. Il demande à Aleksandar de lui apporter ces fruits, et, en outre, de mener une petite enquête parmi les nombreux pèlerins qui viennent à Lucatore, sous-entendant que le meurtrier se trouve sans doute parmi eux.

*

De retour dans la Maison des Émissaires, les héros voient arriver Lucio Bastardo, Fureur des Anabaptistes, et fils adoptif d’Altair, qui les interroge sur leurs allées et venues dans la Ville.

Malgré un face à face pour le moins tendue entre Oguntoyin et Lucio Bastardo, ce dernier semble finalement avoir des préoccupations autres que l’enquête, et abandonne rapidement l’interrogatoire lorsque Dana confirme que les héros étaient tous dans la Maison des Emissaires pendant la nuit.

Raclepoussière et Oguntoyin font ensuite la connaissance de Custus, un Ferrailleur Borcan venu s’installer à Lucatore « pour la qualité de vie » voici un an, alors que ce dernier est en train de réparer, à la demande de Dana, le générateur de la Maison des Emissaires.

Il leur confirme que des Apocalyptiques venait souvent en ville « vendre leur came ». Il leur apprend enfin qu’un Afrikain – sans doute un Ferrailleur de Bedain - vient souvient au marché acheter des provisions, mais qu’il n’habite pas dans la Ville. Custus affirme qu’il n’a pas réussi à trouver sa cache.

*

Là, les chemins de nos héros se séparent momentanément :

Sarah reçoit enfin une invitation d’Ennio Benesato.

Elle se rend au Palais avec Raclepoussière – étrange garde du corps – accompagnée également par Domingo et Pace Benesato.
Sur le chemin, la foule murmure.

« Ainsi, ce serait donc vrai ! Le vieux Benesato, qui fornique déjà avec les Lombardi de Bergame, s’acoquine en plus avec les violeurs de chèvres… Le crime est signé…»

Un serviteur est en train de nettoyer la façade du Palais Benesato, lequel a été vandalisée avec des inscriptions malveillantes et ordurières tracées avec du sang.

Dans une salle obscure, Sarah et Raclepoussière rencontrent le Gouverneur, un vieillard tremblant, et sa fiancée, une belle jeune femme d’apparence froide portant un tatouage sur la joue gauche.

Le Gouverneur remercie ses hôtes et, après avoir protesté de son innocence et de son amour pour son frère, supplie Sarah et Raclepoussière de l’aider à trouver l’assassin d’Altair et, surtout,à prouver son innocence.

Gala Lombardi ne prend la parole que pour tourner en dérision tout complot fomenter par son père, Vespaccio de Bergame (« Mon père est un loup qui traque sa proie, pas un tueur lâche ».)

Sarah réserve sa réponse, mais accepte de recevoir la chevalière d’Ennio, qui lui permettra d’entrer dans le Cloître.

*

Aleksandar et Lambda se rendent, quant à eux, au Bélier Ensanglanté, pour glaner des informations sur les circonstances du meurtre.

Ils y retrouvent Ambroggio et Siphon, deux orgiastes qui était de garde ce matin, et qui se lamentent bruyamment auprès d’une vingtaine de leurs congénères.

Ambroggio raconte qu’ils ont été trouvés ivres avant l’aube par Lucio Bastardo, qui leur a ordonné d’aller dessaouler.
Siphon, reprenant une antienne connue, accuse Ennio, les Lombardi et les Jehammétans, d’avoir, seuls ou ensemble (enfin probablement ensemble), conspiré pour assassiner le Baptiste.

Remko, Tosco et les autres Orgiastes approuvent avec force consolations.

L’arrivée de Domingo et de Pace Benesato entraine immédiatement un face-à-face tendu, mais Lambda actionne de nouveau son vocodeur (« Arrière, bande de ploucs ! »), et donne suffisamment de temps à Aleksandar, ainsi qu’à un mystérieux vieillard, Fernex, armé d’un fusil (« Tu ne voudrais quand même pas d’un quatrième point sur le front, Tosco ») et accompagné d’un énorme Doguede s’interposer.
Pendant que Fernex escorte les deux Benesato à la porte, Aleksandar– miracle des jets de dés – apaise ses coreligionnaires.

Aleksandar et Lambda reconnaissent alors en Fernex l’homme des bois qu’ils ont croisé la veille.

*

Oguntoyin est parti discrètement de la Maison des Emissaires. Il s’enfonce dans la Forêt au nord de Lucatore, à la recherche d’indices sur le mystérieux Afrikain.

Après s’être copieusement perdu, il arrive près du Cimetière Anabaptiste. Il voit qu’une immense procession s’avance vers ce lieu de repos éternel. Les hommes et les femmes prient et chantent, les enfants portent des cierges et des encensoirs.

Il rencontre Abacus, dont la petite maison est à proximité. Ce dernier se montre très méfiant, et lui apprend qu’Altair a déjà été enterré, le matin même. Il prétend que ce dernier, par humilité, souhaitait une cérémonie et une sépulture modeste.

Oguntoyin l’interroge ensuite sur l’Afrikain, mais Abacus affirme ne pas le connaître.

Dépité, Oguntoyin prend congé.

Alors que résonnent les chants, il croit néanmoins entendre un curieux bourdonnement, qui va et qui vient, comme celui produit par… un drone.

Le bourdonnement s’éloigne. Devant Oguntoyin, il n’y a que les frondaisons noires, et l’obscurité de la forêt…

(Suite à la prochaine séance)
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Herlkin
Pratiquant
Messages : 213
Inscription : mer. avr. 27, 2016 3:17 pm
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Herlkin » jeu. sept. 13, 2018 5:49 am

...même pas peur.

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » ven. sept. 14, 2018 11:09 am

Sais-tu seulement ce qui rôde, dans cette obscurité ? :twisted:
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Polack
Profane
Messages : 25
Inscription : sam. mai 28, 2016 2:24 pm

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Polack » dim. sept. 16, 2018 4:26 pm

Excellent, merci pour le partage de tes expériences, ça me motive encore plus à m'y mettre ;)

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » dim. sept. 16, 2018 6:04 pm

Polack a écrit :
dim. sept. 16, 2018 4:26 pm
Excellent, merci pour le partage de tes expériences, ça me motive encore plus à m'y mettre ;)

Je ne peux que t'encourager à jouer à Degenesis. Ce jeu en vaut la chandelle :D
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Herlkin
Pratiquant
Messages : 213
Inscription : mer. avr. 27, 2016 3:17 pm
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Herlkin » ven. sept. 21, 2018 4:00 pm

Fate whispers to the warrior: « A storm is coming. »
The warrior whispers back: « I am the storm. »

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » mar. oct. 02, 2018 10:57 am

Deuxième Session

28 mars 2595, soir :

En redescendant vers Lucatore, Oguntoyin est assailli par des hordes vrombissantes de moustiques. Même si les marais de Lombardie ne sont pas loin, cela lui paraît louche.

Alors qu’il traverse la Ville, il entend une violente dispute entre Lucio Bastardo et un Spitalier petit, maigre et agressif. Ce dernier s’indigne de l’enterrement trop rapide d’Altaïr, et insiste sur la nécessité d’une autopsie.

Oguntoyin s’approche et fait connaissance avec le Spitalier, qui se présente comme étant Carmino Ferro, directeur de clinique de l’Infirmerie de Vivaco, située à une journée de cheval de là, et médecin personnel d’Altaïr.

Ce dernier lui apprend qu’Altaïr devait le voir le jour du meurtre.

Il lui demande de l’aider à trouver le coupable.

Troublé, Oguntoyin rejoint Sarah et Raclepoussière, qui se dirigent vers le Cloître, afin de rencontrer l’Emissaire de Fer, Neva.

A l’entrée, on leur fait comprendre que Neva les recevra demain.

29 mars 2595 :

Toute la nuit, les moustiques torturent nos héros, ne leur laissant aucun répit.

Le matin, Westing, un ascète à l’air mesquin, vient leur apprendre que Neva les recevra vers midi.

Nos héros se rendent de nouveau à Lucatore, où ils assistent à un sermon effrayant de Scirocco, le Maître Martyr des Flagellants, qui annonce que les Anabaptistes ont « corrompu les « eaux de la vie » et « invité le Démiurge à leur table ». Il voit, dans le meurtre du Baptiste, le « Premier Signe de la Rétribution ».

Scirocco sous-entend clairement que les Anabaptistes ont recours à la Brûlure.

A midi, nos héros sont enfin admis dans le Cloître.

Dans la Cour, ils sont témoins d’une étrange scène, au cours de laquelle deux très jeunes femmes, des Ravies, laissent tomber une caisse pleine de fioles qui se brisent.

De l’huile au parfum puissant se répand sur le sol.

Abacus arrive et frappe brutalement une des jeunes ravies, en l’insultant.

N’écoutant que son cœur, Sarah tente de consoler cette dernière, qui s’appelle Verena. Cette dernière lui dit qu’elle travaille dans les Jardins, juste à côté du Cloitre, sur les pentes du Mont Borreo.

Aleksandar tente de s’y rendre, mais il est rapidement arrêté par les inénarrables orgiastes Ambroggio et Siphon, qui, tout en se montrant sympathiques avec lui, lui annoncent que s’ils le laissent passer, Abacus va les transformer en pâtée.
Lorsque les héros arrivent à la salle d’audience, Carmino Ferro est déjà présent. Il expose sans fard ses doutes sur la mort du Baptiste, et annonce en partant qu’il trouvera le coupable.

La tension est palpable – même si, de façon inattendue, quelques papillons très colorés viennent voleter autour de Néva durant la discussion.
Cette dernière – une belle et grande femme d’aspect martial - prétend qu’elle n’est pas en mesure de signer le traité de paix que Sarah amène. Elle sous-entend que le Conseil des Emanations de Cathédrale doit lui donner des instructions, et que, peut-être, la guerre va recommencer.

Elle rejette les doutes exposés par les héros sur la mort de son mari et laisse entendre qu’Ennio Benesato et sa « Putain Lombarde » en sont responsables.

Les héros ne peuvent néanmoins s’empêcher de voir que Lucio Bastardo – qui est présent – dévore Néva des yeux.

L’audience prend abruptement fin lorsque Lambda, désireux de trouver des informations sur les activités occultes des Chroniqueurs dans la région, tente d’utiliser ses techniques d’interrogatoires spéciales pour contraindre Neva à lui répondre.

C’est un échec, et ils sont raccompagnés par Lucio Bastardo à la porte du Cloître.

*

Oguntoyin, Raclepoussière et Lambda se rendent ensuite au Cimetière Anabaptiste.

Raclepoussière remarque, sur le chemin, qu’il n’est pas impossible de tenter d’entrer clandestinement dans le Cloître par un des côtés, pourvu qu’on ait une bonne corde et un grappin.

La tombe d’Altaïr, illuminée par des milliers de bougies, est littéralement écrasée par un rocher si lourd qu’il faudrait une dizaine de bœufs pour la transporter.

De nouveau, l’étrange vrombissement se fait entendre, et Raclepoussière aperçoit et le drone, et un étrange individu qui les observe depuis un des recoins du cimetière.

Ce dernier s’enfuit dès qu’il se voit repéré.

Nos héros se lancent à sa poursuite.

Seul Oguntoyin parvient à le suivre, et alors qu’il est sur le point de le perdre dans les sous-bois, il l’allume d’une rafale de fusil d’assaut.
Son cœur lui dit que l’homme est touché.

Raclepoussière suit la trace de l’homme pendant plusieurs heures, avant de la perdre. Dans les sous-bois, les moustiques sont légion.
Au lieu de retrouver la piste, ils tombent sur une série de pièges plutôt grossiers, dont certains sont équipés de balle de fusil … néo-lybien.
Tout à leur réflexion, nos trois amis entendent trois hommes parler d’une façon plutôt vulgaire. Il s’agit de bandits Romanos (i.e. venant de Rome). Ils semblent être des enleveurs de femme et des voleurs d’enfants. Ils parlent également du « véritable trésor » que Papa Chicco a gagné.

Nos trois héros ne sortent pas de leur cachette, et décident de revenir en ville, alors que le soir tombe.

Parallèlement, Aleksandar et Sarah se rendent discrètement dans les Jardins.

L’endroit est quasiment édénique, et de nombreux Ascètes travaillent durement pour faire pousser toute une quantité de plantes aromatiques.
Aleksandar et Sarah retrouvent Verena, qui leur montre beaucoup de reconnaissance. Elle leur dit qu’Abacus est un homme bon, et que tout est de sa faute, même si ses yeux – et ses bleus – semblent dire autre chose.

Elle leur apprend également qu’il y a une chaufferie et un moulin à huile au sous-sol du Cloître, et que les huiles élyséennes produites par Abacus sont les meilleures.

Sarah et Aleksandar sont ensuite chassés des Jardins par des Ascètes peu amènes.

*

Nos héros se retrouvent tous à la Maison des Emissaires, où les attendent les « cousins » de Dana, deux « ascètes » du nom de Caspar et Morvin, maîtres distillateurs.

Ils sont déjà extrêmement imbibés au moment de l’arrivée des héros, à qui ils proposent de « goûter » leur dernière cuvée.
Ces deux nouveaux compagnons sont joyeux, et leur apprennent que la vie de la Cloître est ennuyeuse et misérable, qu’Abacus est un véritable esclavagiste – ce qui les a conduit à quitter le Cloître – et qu’Altair n’était, depuis quelques années, jamais présent dans le Cloitre, mais toujours occupé à diverses « missions » à l’étranger.

Ils rient quand on leur demande s’il y a de la Brûlure au Cloître, et se moquent des Flagellants « qui ont extirpé toute étincelle divine de leur âme à coup de fouet ».

(La séance suivante suit, dès que j’ai un peu de temps).
Dernière modification par Elijah Shingern le jeu. oct. 04, 2018 6:14 pm, modifié 1 fois.
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Herlkin
Pratiquant
Messages : 213
Inscription : mer. avr. 27, 2016 3:17 pm
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Herlkin » jeu. oct. 04, 2018 6:06 pm

Elijah Shingern a écrit :
mar. oct. 02, 2018 10:57 am
il l’allume d’une rafale de fusil d’assaut.
Son cœur lui dit que l’homme est touché.

La prochaine il se présentera...au lieu de s'enfuir !

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » jeu. oct. 04, 2018 6:15 pm

Herlkin a écrit :
jeu. oct. 04, 2018 6:06 pm
La prochaine il se présentera...au lieu de s'enfuir !

Tu n'avais pas l'air très amical, avec ton fustigateur et ton fusil d'assaut :mrgreen:
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » dim. oct. 07, 2018 6:49 pm

Troisième Session (Première Partie)

29 mars 2595 :


Sur la Place du Peuple, les Anabaptistes ont organisé un Mystère pour commémorer Altaïr.

Une estrade de bois a été érigée, et des enfants rejouent, de façon solennelle, les Guerres Adriatiques.

Lucio Bastardo, l’air martial, pareil à un Roi, entouré par un gang d’Orgiastes, contemple la scène, assis sur un fauteuil de bois.

Le spectacle semble réunir les Anabaptistes et les Benesato, et calmer les tensions des jours précédents.

Sarah serre le poing de fureur en regardant une représentation aussi partiale des faits.

Raclepoussière avise Custus, le Ferrailleur Borcan, et remarque que ce dernier est (très) pâle, et qu’il boite. Custus prétend que des Romanos lui auraient tiré dessus dans la forêt.

Oguntoyin discute avec Carmino Ferro dans un des coins de la place. Ce dernier est inquiet, son mollusque n’a jamais été aussi inerte. Quelque chose se trame.

Soudain, un cri. La foule se retourne.

Un chien, un molosse vient de s’en prendre à une petite fille. Le maître de la bête n’est autre que Fernex. L’imposant vieillard tente, avec le plus grand mal, de maîtriser son propre chien, qui semble soudainement atteint par la rage.

Finalement, le chien, après quelque convulsion, meurt, non sans avoir vomi une bile pleine d’asticots.

Les témoins sont sous le choc.

Une voix puissante retentit, celle de Scirocco, le Maître Martyr. « Voici le deuxième Signe ! » hurle-t-il.

Ses fidèles se flagellent en rythme.

A nouveau, il exhorte la foule : « Ceux qui goutent au mal sont condamnés ! » Il accuse les Anabaptistes de corruption. Ces derniers l’entourent, menaçants, mais la foule semble prendre parti pour lui.

« Le Troisième Signe viendra »
clame-t-il avant d’être emmené par les Orgiastes.

Nos héros profitent de l’agitation pour partir en compagnie de Fernex. Le Vieillard leur indique, livide, qu’une menace plane sur la Forêt, avant de se diriger en dehors de la ville.

Nos héros, de leur côté, décident d'abord de rendre une petite visite de courtoisie à Custus, dont les blessures leurs paraissent suspectes.

Custus les reçoit de façon plutôt cordiale, et leur raconte, avec beaucoup de détail, que des Romanos hantent la forêt, et que l'Afrikain en a après eux, sans que la raison en soit très claire.

Pendant que les autres discutent, Lambda visite l'atelier de Custus. Et ses soupçons s'accroissent : si rien de spécifique ne lui saute aux yeux, la propreté de l'atelier et les outils présents lui laissent penser que Custus n'est pas un Ferrailleur ordinaire.

Custus achète la confiance d’Oguntoyin avec quelques balles de fusil d’assaut.

*

Après en avoir discuté avec Carmino Ferro, nos héros décident de partir tous ensemble vers la Forêt, espérant soit retrouver les Romanos, soit trouver le mystérieux Néolybien, soit encore découvrir ce qui se trame.

Avant cela, Aleksandar se fait huiler les cheveux dans la Chapelle du vieux Viscotti, avec les huiles élyséennes d’Abacus. Il en ressort plein d’une force nouvelle.

La forêt est un endroit hostile, sombre, où des nuages entiers de moustiques assaillent les corps et déchirent les âmes.
La progression est difficile, mais Raclepoussière mène ses compagnons à bon port.

Alors que la nuit tombe, nos héros tombent sur une étrange clairière dans le sol de laquelle est tracé un étrange symbole circulaire. La mémoire fractale de Lambda lui permet de comprendre qu’il s’agit là du symbole du chakra d’un Aberrant. Mais lequel ?

Agité par la survenance de ce symbole du Démiurge, Aleksandar tente de le détruire avec sa pelle. Il ne réussit qu’à exhumer des cadavres putréfiés de bêtes des bois, libérant ainsi des hordes de vers, et des légions de moustiques. La puanteur est insoutenable.

La pression monte d’un cran. Nos héros continuent, d’un pas incertain, à s’enfoncer dans les bois pour échapper à la présence obsédante de l’Aberrant.

Désormais, ils remarquent, dans les branches des arbres, des cordelettes auxquelles sont attachés des multitudes de tessons de verre ou de morceaux de miroir.

Ils sont heureux de s’éloigner de cette clairière maudite.

Agité par la survenance de ce symbole du Démiurge, Aleksandar tente de le détruire avec sa pelle. Il ne réussit qu’à exhumer des cadavres putréfiés de bêtes des bois, libérant ainsi des hordes de vers, et des légions de moustiques. La puanteur est insoutenable.

La pression monte d’un cran.

Nos héros continuent, d’un pas incertain, à s’enfoncer dans les bois pour échapper à la présence obsédante de l’Aberrant.

Désormais, ils remarquent, dans les branches des arbres, des cordelettes auxquelles sont attachés des multitudes de tessons de verre ou de morceaux de miroir.

Ils sont heureux de s’éloigner de cette clairière maudite.
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3045
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Elijah Shingern » dim. oct. 07, 2018 7:48 pm

Troisième Session (Deuxième Partie)
30 mars 2595 :


Alors que la nuit devient plus profonde, Raclepoussière découvre des pièges grossiers, pareils à ceux qu’il a trouvé la veille.

Habilement, cette fois, il découvre une sorte de petite cabane sur les pentes du Mont Andring.

Là réside Tomero, dit Black Tom, fils du défunt Néolybien Atos. Il est armé d’un fusil. « J’ai une balle pour chacun d’entre vous. » déclare-t-il de façon brutale.

Après plusieurs minutes d’échanges tendus, Sarah finit cependant par le convaincre de baisser le canon de son arme.

Black Tom leur explique qu’il cherche à se venger de Papa Chicco, un chef de gang romano qui l’a enlevé lorsqu’il était jeune, et a ruiné son père en demandant une rançon astronomique.

Il montre aux personnages sa main mutilée par Papa Chicco.

Nos héros décident de l’accompagner au camp des Romanos.

Black Tom disparaît ensuite dans les fourrés.

*

Après avoir éliminé un groupe de Romanos qui leur cherchaient des noises, nos héros découvrent, non loin du camp, un superbe destrier, et s’interrogent sur la présence de cette bête superbe dans la forêt.

Ils soupçonnent Lucio Bastardo de s’entendre avec les Romanos, mais pour quelle raison ?

Ayant trouvé un point d’observation, ils découvrent que Neva, l’Emissaire de Fer, est en pourparlers avec un homme qui doit être Papa Chicco.

Soudain, des Romanos leurs sautent dessus. Alors que Raclepoussière s’enfuit à toute jambe dans la Forêt et que Sarah se fait rouer de coup, Oguntoyin et Aleksandar massacrent les assaillants.

Alors qu’une grande confusion règne dans le camp, Lambda fait fuir à coup de Vocodeur une autre meute de Romanos qui venait les attaquer.

Un mystérieux sniper (Black Tom ?) leur fait éclater la tête un à un.

*

Oguntoyin et Aleksandar gardent les yeux rivés sur Neva. Alors qu’Oguntoyin abat le cheval de cette dernière, Aleksandar s’élance à sa poursuite.

C’est alors qu’un drone survole la forêt, et qu’un mystérieux individu, utilisant les mêmes techniques de Lambda, empêche Aleksandar de rattraper l’Emissaire de Fer. Toutefois, il parvient à la suivre à travers la forêt et la nuit.

Il atteint l’orée de la forêt alors que l’aube se lève. La silhouette de Neva se dirige vers le Cloître.

*

Littéralement mort de peur, fuyant à toutes jambes à travers la Forêt sombre et dangereuse, voyant partout surgir des ombres, Raclepoussière finit par tomber dans un trou qu’il n’avait pas vu.

Alors qu’il est sur le point de hurler de terreur, une main noueuse et sale se presse sur sa bouche. C’est celle de Fernex, qui lui ordonne de se terre. Il lui intime de ne pas parler, et de respirer lentement, avant de lui montrer, à quelques dizaines de mètre de là, une silhouette colossale et formidablement inquiétante, et qui semble chercher quelque chose, avant de partir ailleurs.

« Un Incarnat », murmure le Vieillard.

Le dénouement est proche...
Dernière modification par Elijah Shingern le mar. oct. 09, 2018 5:45 pm, modifié 1 fois.
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Herlkin
Pratiquant
Messages : 213
Inscription : mer. avr. 27, 2016 3:17 pm
Localisation : Paris

Re: Degenesis - In thy Blood

Message par Herlkin » mar. oct. 09, 2018 4:48 pm

...bon ça y est on est presque tous séparé...dans une forêt pleines de dangers...

Répondre