[CR] COPS - Au nom de l'agua

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Altay
Messie
Messages : 1051
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

[CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Altay »

Inauguration du fil pour une campagne de COPS. Le setting de la campagne s'écarte significativement de la trame officielle pour se concentrer sur Los Angeles, l'enquête et le drama entre les flics et la population.

Contexte
Nous sommes en septembre 2032 et la Californie, autonome depuis maintenant six ans, trace son petit bonhomme de chemin de nation indépendante. Los Angeles, sa capitale, est une fourmilière au croisement de nombreuses ethnies faisant face à la menace du Big One, à la montée des eaux et au réchauffement climatique. Au milieu de ce capharnaüm pulsant de vie, le Los Angeles Police Department s'attache à faire respecter les lois californiennes.

En 2032, Los Angeles fait face à plusieurs problèmes. En premier plan, c'est une année pré-électorale (les municipales auront lieu en 2033) ce qui signifie que républicains comme démocrates lancent leur campagne pour les primaires, chacun espérant gagner la mairie qui pourrait bien faire office pour le bureau présidentiel, le gouverneur Ross ayant annoncé son intention de ne pas se représenter en 2034.

2032, c'est aussi la question du renouvellement des programmes de réhabilitation des quartiers les plus défavorisés de la ville. L'injection de centaines de millions de dollars dans South Central a permis de revitaliser ce quartier pourtant réputé chaud de la ville. Mais le chemin est long et de nombreux autres secteurs du sud de la municipalité (Compton, Duarte, Florence) pourraient prétendre à un traitement similaire. À quel prix ?

2032, ce sont les problèmes d'approvisionnement en eau de la Californie. Les feux de forêt fréquents et les températures élevées assèchent petit à petit et la région. À ce rythme, les vingt cinq millions d'habitants de l'aire urbaine angelinos pourraient se retrouver en grave crise d'ici une dizaine d'années si rien n'est fait.

2032, c'est aussi la convergence des luttes. Le mouvement ouvrier n'a jamais été aussi fort à Los Angeles et les revendications syndicales (dockers, industries lourdes, éducation…) se font de plus en plus virulents. Le patronat n'est pas en reste et use de tout ses lobbys pour préserver un statu quo qui ne demande qu'à craquer. La vie californienne est émaillée d'incidents plus ou moins grave. Le dernier en date, la prise d'otages du CalTrans, a vu un groupe de suprémacistes blancs déloger à l'arme automatique des syndicalistes qui occupaient un terminal portuaire à la demande du PDG de l'entreprise. Douze morts, vingt-cinq blessés dont six parmi les forces de l'ordre.

Protagonistes

Nos quatre protagonistes font partie de la Central Organization for Public Security, une unité spéciale d'investigation du LAPD constituée des meilleurs éléments de l'institution. Dotés d'un champ d'action plus grand que leurs collègues détectives et (initialement) de plus de moyens, les COPS doivent en théorie permettre de démontrer l'efficacité d'une police d'investigation de pointe capable de mener des enquêtes de longue haleine. En pratique, c'est une autre paire de manches.

Détective Carol Riverson
Image
Militaire de carrière avant d'entrer au COPS par un système d'équivalence en 2031. (détails à venir)

Détective Douglas Robertson Jr. dit « Foley »
Image
Beau gosse propre sur lui, Doug est venu au COPS chercher ce que sa vie d'héritier de la plus grosse agence de pub de LA ne pouvait pas lui offrir : l'expérience de la dure réalité de la vie. Ou plutôt, c'est comme ça que le présente son père quand il a demandé à sa vieille amie Tania Lamey, commandante adjointe en charge des ressources humaines, d'intégrer son fiston chez la crème des flics pour quelques mois.

Bien éduqué mais fasciné par le clinquant des flingues et des bagnoles, Doug est l'égérie du LAPD qui n'hésite pas à l'exhiber aux galas de charité quand il faut montrer au gratin angelinos « un vrai flic de la rue ».

S'il a vécu son arrivée chez les bleus comme une punition, Foley (parce que c'est le flic de Beverly Hills !) s'est finalement bien intégré et s'épanouirait presque dans ce rôle.

Détective Junko Tanaka dit « Plume »
Image
Dernière arrivée de l'unité, fringante diplômée de l'académie de police de Barstow, Junko est l'exemple typique de la flic sortie du moule. Fille de diplomates japonais installés en Californie, elle abandonne ses études de médecine pour trouver une institution « au service des autres ». Les pompiers étaient trop physiques et l'administration trop impersonnelle, alors ce sera le LAPD. Et hors de question de se mêler à la piétaille bas du front : seul le COPS pourra assouvir son carriérisme.

Détective Amòs Màrquez Arroyo dit « Rambla »
Image
Trentenaire bien en chair issu de la communauté des ouvriers de la Pacific Union Carbide, Amòs a erré de petit boulot en petit boulot avant d'atterir chez les agents de la circulation. Il a grimpé les échelons jusqu'à se faire une petite réputation dans South Central. Encouragé à passer les concours internes pour devenir détective, il réussit à sa troisième tentative puis demande sa mutation au COPS.

Après dix ans de boîte, Rambla ne nourrit plus de grandes illusions sur le rôle du LAPD dans la société californienne, tiraillé entre les membres de sa famille qui le voient comme un pig et les autres qui sont fiers de son ascension sociale. Même si son passif d'officier en uniforme a pu lui attirer quelques moqueries, Amòs a gagné la sympathie de ses collègues à grands coups de gâteaux de son abuelita qu'il ramène en quantités industrielles au service.
Avatar de l’utilisateur
Altay
Messie
Messages : 1051
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Altay »

Session 1 - Don't lose your head (première partie)

L'été n'est pas fini ce matin sur Los Angeles avec un mercure à 28°C ! Masques filtrants recommandés si vous travaillez sur les hauteurs à partir de huit heures, mais ne vous inquiétez un orage va venir nous nettoyer tout ça en un rien de temps.
Dans les nouvelles du matin, Gregory Kord, CEO de Kord Technology sera au micro de Radio New Los Angeles pour nous parler de Waterflow, son projet dingue pour sauver la métropole de la sécheresse ! On parlera aussi de Stabbing Granny, la serial killeuse de la maison de retraite de Montetia Hills, toujours en fuite ! Mais avant ça, on s'écoute le dernier single de Mongoro, Cut the pig's tail. Oh yeah, c'est DJ Angelica sur Radio New LA.

Fin de l'été sur Los Angeles. Le mercure flirte pourtant toujours avec les 30°C, alors même qu'il n'est pas six heures du matin, au grand dam des COPS entassés sous la maigre clim de la salle de réunion de la section Alpha. Après un court briefing par le Lieutenant Tod Hawkins et les échanges de politesse avec les collègues, nos quatre COPS embarquent dans les Spitfire de patrouille direction Chinatown. La raison ? Les éboueurs ont trouvé un cadavre sans tête dans une benne à ordure. De l'amusement en perspective.

Arrivés sur place, les COPS retrouvent le détective Filmore (brigade des homicides), bien content de pouvoir déléguer l'affaire à quelqu'un d'autre. Les patrouilleurs Hobb et Hwang-Pak, premiers sur les lieux, ont prévenu le coroner et l'équipe technique qui ne seront pas sur place avant neuf heures. Le corps se trouve dans un cul-de-sac coincé entre trois commerces : Tian's Dimsum Restaurant, une laverie automatique 24/24 et le Plaisir de Macau, une épicerie fine cantonaise.

Rambla et Plume jettent un œil à la ruelle où se trouve la benne à ordures où le corps a été balancé:
  • la victime est vraisemblablement un homme, caucasien, âge indéterminé (30-60 ans), en costume de ville premier prix,
  • tête coupée nette,
  • pas de traces de sang hors de la benne,
  • marque de décoloration sur l'annulaire droit (probablement la trace d'une bague),
  • pas de porte-feuille ou de papier d'identité,
  • un médaillon (une croix catholique en argent).

Foley interroge les commerçants les plus matinaux (le tenancier d'une bodega puis la caissière d'une épicerie cantonaise) sur le quartier mais les employés n'habitent pas dans le coin. D'après le témoignage d'un serveur de bodega, le bloc est calme, tout du moins pas plus agité que le reste de la ville. Le lobby de l'association des commerçants de Chinatown auprès de la municipalité a permis d'augmenter le nombre de patrouilles ces derniers mois et les braquages à la station-service sont en forte baisse.

Carol jette un œil dans la laverie 24/24 et y remarque une caméra 360° qui a peut-être vu quelqu'un passer à travers la vitrine. Elle appelle le numéro du gardien qui la renvoie vers le propriétaire, M. Chen. Avec l'aide de Plume, elle parvient à convaincre ce dernier de leur montrer les bandes de vidéosurveillance. Néanmoins, il faut tourner vers la société d'assurance qui lui fournit le système de sécurité pour en avoir une copie. La rookie du groupe s'occupe donc de la paperasse afin d'obtenir une commission rogatoire de la substitut du proc' en charge du dossier. Carol l'accompagne au commissariat de Downtown et en profite pour prendre la déposition de Bill Grady, l'éboueur qui a découvert le corps lors de sa tournée.

Pendant ce temps, Foley et Rambla mènent une fastidieuse enquête de voisinage. Les habitants, réticents à parler, prétextent ne parler que mandarin, puis seulement cantonais quand Foley montre sa maîtrise du chinois. Le sourire cajoleur de Doug parvient tout de même à décrocher quelques témoignages. Une étudiante prétend notamment avoir été réveillé durant la nuit par « un chat qui a renversé une poubelle ou quelque chose comme ça » vers 3h du matin.

Alors que la scientifique arrive, Rambla découvre à la lumière du jour des traces de pas allant et venant de la porte de l'arrière boutique de l'épicerie cantonaise, donnant sur la ruelle. En contournant l'immeuble, il s'avère qu'il s'agit d'un petit appartement privé que le propriétaire de l'épicerie, M. Chow, occupe de temps en temps d'après son employée. Foley et Rambla toquent avec insistance à la porte et sont accueillis par une volée de jurons en cantonais, qu'ils ne comprennent malheureusement pas. Une voisine sympathique, alertée par le bruit, descend à leur rencontre et tente d'apaiser l'occupant des lieux et de l'inciter à ouvrir. Chow finit par s'exécuter et ouvre la porte blindée. Visiblement bien émêché, le vieillard agite une pétoire antédiluvienne sous le nez des COPS qui s'interposent. Foley pénètre dans l'appartement et maîtrise le vieil homme tandis qu'un autre voisin descend. Rambla croit apercevoir une arme et se rend à leur rencontre pour leur expliquer la situation. L'homme remonte quelques marches mais continue à surveiller le hall, pendant que le COPS interroge la voisine à propos de Chow (qui dort parfois dans son arrière-boutique lorsqu'il a beaucoup fumé et bu) et sur les événements de la nuit (rien à signaler de particulier).

La jeune femme mentionne tout de même que des « organisations non-chinoises » sont venues proposer leurs services aux commerçants du quartier, voire de racheter leurs terrains. Elle n'en dit pas plus mais le ton est éloquent. Une patrouilleuse parlant cantonais, l'officier Sun Tsu, appelée en renfort par Rambla vient jouer les interprètes entre les COPS et monsieur Chow. Encore bien alcoolisé, l'épicier n'a pas grand chose à dire aux poulets, à part qu'il les a pris pour des cambrioleurs. Lorsque l'incident de la nuit est évoqué, il déniche une carte de visite poisseuse de Merlowe Immobilier, une société d'investissement détenue par Jacob Merlowe, venture capitalist richissime et charismatique, connu pour sa particularité physique (il est atteint de nanisme) et patron du parti républicain californien. Il se contente de maugréer que le LAPD ferait mieux d'embêter les vrais criminels plutôt que les honnêtes commerçants en fourrant la carte dans les mains de Rambla.

Côté comico, la commission rogatoire signée et approuvée par le bureau du proc' est envoyée à l'assureur de la laverie qui transférera les images « dans les délais légaux de quarante-huit heures ». La journée se termine donc à 14h après le déjeuner des COPS. Rambla, Carol et Foley terminent la paperasse habituelle avant de rentrer chez eux, pendant que Plume décide de faire quelques heures sup' en assistant à l'autopsie de la victime.
Dernière modification par Altay le mar. déc. 28, 2021 6:46 pm, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Sailor
Prêtre
Messages : 345
Inscription : jeu. nov. 10, 2005 7:14 pm
Localisation : Landiras (33)

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Sailor »

Tu viens te te gagner un lecteur régulier!
Les femmes et les enfants d'abord. Toujours dans le naufrages.
Comme ça après les requins n'ont plus faim.

http://trollmetender.clicforum.fr/index.php
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Mystique
Messages : 833
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Mickey-bis »

Sympa, je vais suivre aussi.
Tu joues avec les règles officielles ?
Avatar de l’utilisateur
Altay
Messie
Messages : 1051
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Altay »

Mickey-bis a écrit : sam. sept. 04, 2021 1:45 pm Tu joues avec les règles officielles ?

Grosso modo oui avec quelques ajustements à la création de perso et je compte utiliser les règles de poursuite pour simuler des interrogatoires un peu plus tendus. Je ferai un post plus détaillé à ce sujet.
Avatar de l’utilisateur
Dox
Dieu d'après le panthéon
Messages : 4204
Inscription : dim. oct. 26, 2014 10:42 am
Localisation : Dijon

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Dox »

Super un CR pour une campagne de COPS ! Je vais également suivre tes messages.

Et puis le soleil de Los Angeles, ça change un peu de la neige de Berlin. ;)
Le JDR : le poids des mots, le choc des dés ! :bierre:
Avatar de l’utilisateur
JoKeR
Prêtre
Messages : 405
Inscription : mer. sept. 05, 2012 4:49 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par JoKeR »

Chouette CR en effet !
Je suis curieux de ton système d’interrogatoire.
La danse, c'est la vie !

Dé à une face aussi !
Avatar de l’utilisateur
Altay
Messie
Messages : 1051
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Altay »

Session 2 - Don't lose your head (deuxième partie)

Jeudi 9 septembre 2032.

Nouveau jour, nouvelle rotation. Le rapport d'autopsie confirme les premières observations des COPS : la victime est un homme caucasien entre 30 et 50 ans. Le corps présente des marques de coups mais peu de signes de résistance. La décapitation semble avoir été causée par une lame affûtée avec une force importante. Les empreintes palmaires ont été prises, tandis que l'analyse toxicologique et ADN vont être faites durant la semaine.

Les COPS font un tour au CRASH (la brigade anti-gang) pour prendre le pouls de la criminalité locale à Chinatown. Foley expose l'affaire à la détective McDonald, traits tirés et fatigués de celle qui a terminé son service de nuit, qui les reçoit pour les renseigner. Les gangs sont peu présents dans le quartier, la pègre locale étant surtout dominée par les triades, qui se masquent derrière des associations des quartiers comme la Consolidated Chinese Benelovent Association of Commerce (CBAC). Ces derniers ne sont pas particulièrement violents mais peuvent occasionnellement sous-traiter à des bandes locales. Plume passe par le lieutenant Hawkins pour demander l'accès aux rapports de l'ORGDIV (brigade du crime organisé) concernant les triades.

En début de matinée, retour à Chinatown pour sonder les commerçants sur le CBAC. Ces derniers restent évasifs et peu loquaces concernant l'association, se contentant de louer son « efficacité » et les nombreux « services à la communauté » qu'elle fournit. Seuls les commerçants hors de la communauté cantonaise acceptent de parler à Foley et Plume, laissant entendre que la cotisation au CBAC est plus ou moins un passage obligé pour les business du quartier. Plusieurs commerçants indiquent avoir effectivement contactés par Merlowe Real Estate qui leur proposait une importante plus-value sur leurs locaux et au moins deux affirment sérieusement considérer l'offre. Foley obtient la carte de visite de M. Washington, responsable du développement chez Merlowe Real Estate, qui s'occupe des rachats. Rambla laisse un message à son secrétariat pour lui demander de le rappeler, soupçonnant qu'il puisse s'agir de la victime.

De leur côté, Carol et Amos retournent au commissariat de Downtown où un coursier vient de livrer les bandes de surveillance de la laverie automatique. Un visionnage en accéléré des derniers jours leur permet d'obtenir la photo d'un homme portant les mêmes vêtements que la victime, aperçu à 19h30 la veille. Un coup de reconnaissance faciale propose une identité : Victor Bianchi, 36 ans, incarcéré à trois reprises pour divers crimes et délits (vol à main armé, subornation de témoin, dégradation de biens publics…). Les COPS récupèrent une adresse sur East Hollywood et décident d'y faire un tour.

Sur place, Rambla et Carol rencontre Marthe Bianchi, la mère de la victime supposée, ainsi que son oncle, Rich. Les deux seniors n'ont pas vu Victor depuis douze ans, le fils indigne se contentant de coups de fil sporadiques, généralement autour de ses séjours en prison. Marthe a toutefois une adresse plus récente de l'appartement où il a emménagé après son dernier passage en taule, dans un motel longue durée de Westlake North.

Toujours à Chinatown, Foley et Plume réalisent que la plupart des commerces qui ont été sollicités par les représentants de Merlowe se situent le long d'Alpine Street ou à proximité… pile sur le trajet envisagé pour le pipeline du projet Waterflow. Un passage au Tian's Dimsum Restaurant, à côté de la laverie, permet de confirmer que Bianchi est passé le soir du meurtre. Il a fait une offre au propriétaire qui l'a ignoré et il est parti après quelques minutes. Les COPS n'insistent pas, d'autant que le patron du restaurant se ferme comme une huître face à leurs questions.

Sur Westlake North, Rambla et Carol débarquent au numéro 104, chez Bianchi. Après avoir toqué et s'être annoncés à la porte, les deux flics entendent la fenêtre s'ouvrir… Réagissant au quart de tour, Amòs court derrière le bâtiment pendant que Carol défonce la porte. Une brève course poursuite s'engage à pied sur la 3rd Street au milieu des voitures. Carol manque de se faire renverser par une bagnole mais Rambla parvient à rattraper la fuyarde, une jeune femme en escarpins qui s'arrête, essoufflée, un gros sac à dos sur les épaules. Amòs lui passe les menottes, lui lit ses droits, et le trio retourne au domicile de Bianchi. Rambla trouve dans le sac quelques cachetons de speed, ainsi qu'un Walther P22 dans le réservoir des toilettes. La femme, Maya Demopoulos, affirme être la petite amie de Bianchi et jure que « tout ça c'est à lui ». Les COPS l'embarquent pour interrogatoire et rejoignent Plume et Foley au comico.

Bien que leur rotation se termine, les COPS décident de rester pour ne pas laisser leur suspecte gamberger une nuit au comico. Junko interroge Maya en la menaçant de poursuites pour possession de drogues si elle ne coopère pas. La caissière d'une salle de sports n'a d'autre choix que de collaborer, clairement hors de environnement. Bien qu'ils sortent ensemble depuis plus de six mois, Victor cloisonne beaucoup son travail et sa vie privée et elle ignore le détail de ses activités mais elle sait qu'il fait partie d'un genre d'organisation mafieuse appelée The Outfit, dont il porte la chevalière. Il travaille dans l'« immobilier » depuis un bon mois.

Les empreintes palmaires donnent une correspondance partielle avec Bianchi, ce qui conforte les COPS dans leurs déductions sur l'identité de la victime. Considérant que Maya est clairement dans la panade jusqu'au cou dans cette affaire, les flics décident de la relâcher, après que Carol ait pris le temps de lui annoncer avec tact le décès de son petit ami.

Finalement, Yannick Washington de Merlowe Real Estate rappelle Rambla. Il paraît choqué par la mort de Bianchi et va vérifier s'il s'agit d'un de leurs employés. Fin de service pour les détectives sous l'orage battant qui travers Los Angeles.

Vendredi 10 septembre 2032.

L'arrivée au COPS est brutale pour nos quatre détectives : Meredith, l'interne légiste en résidence les invite à la rejoindre dans les sous-sols. La raison ? Une patrouille a récupéré la tête de Bianchi. Balancée dans le fleuve, elle s'est échouée au petit matin sur Belmont Shore. Les photos retournent quelque peu l'estomac de Rambla et Plume (trois jours dans la flotte n'est pas la meilleure des skincare routines).

Rambla trouve ensuite sur son répondeur un message de Washington. Il confirme que Bianchi avait été embauché par un de leurs prestataires pour démarcher les commerces de Downtown et alentours. Il invite les COPS à passer dans la journée pour échanger directement avec son patron, Jacob Merlowe, qui souhaite leur dire quelques mots.

Les flics réfléchissent à comment approcher la situation. Carol prévient le lieutenant que l'affaire pourrait devenir touchy niveau communication, et Hawkins lui suggère de passer par le bureau du CMOC (Community and Media Oriented Communication) si jamais ils sentent que ça risque de partir en couille. En brainstormant, les COPS tentent de recoller les morceaux. Leur hypothèse est que les triades ont peu goûté aux velléités de Merlowe de racheter des bâtiments dans Chinatown et que Bianchi a payé le prix fort. Mais demeure une question en suspens : Merlowe Real Estate a-t-elle spécifiquement mandaté des criminels de The Outfit pour démarcher les commerçants ? D'autant que d'après Vinny, le détective-sergent de l'unité, The Outfit est un groupe de porte-flingues mafieux qui n'hésite pas à se vendre au plus offrant…
Ravortel
Dieu d'après le panthéon
Messages : 4585
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Ravortel »

Bing, zabonné. :)
Dieu du Vrai, Ultime et Tant Envié Foie Gras Véritable
Avatar de l’utilisateur
Altay
Messie
Messages : 1051
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Altay »

Session 3 - Don't lose your head (suite et fin)

Tandis que Carol s'éclipse pour raisons personnelles, Foley, Rambla et Plume se rendent au siège de Merlowe Inc. Ils y croisent Jacob Merlowe en personne dans l'escalier. Ce dernier leur assure son soutien indéfectible et les remercie pour leur service au sein du LAPD. Il les confie aux bons soins de Yannick Washington, son responsable du développement des opérations.

Washington, un grand échalas brun au visage triste, dissimule en réalité un sens savant du contre-interrogatoire. Les COPS, enfoncés dans les fauteuils en cuir du bureau d'angle qui surplombe le Financial District, ont bien du mal à soutirer des informations pertinentes à leur interlocteur. Bianchi travaillait-il pour la Merlowe Real Estate ? Oui, à travers Reliable Staffing, une société d'intérim. Qu'est-ce qui a pu expliquer cet acte de violence barbare envers Bianchi ? Impossible à dire mais ce n'est pas la première fois qu'un démarcheur mandaté par la Merlowe se fait agresser, pour preuve, une plainte pour coups et blessures a été déposée par un autre intérimaire deux mois plus tôt. La société avait-elle connaissance du passif délinquant de Bianchi ? Non, mais Merlowe emploie justement Reliable Staffing afin de favoriser la réinsertion de personnes au profil difficile (vétérans, détenus…). Quel est le projet de Merlowe en rapport avec les immeubles de Little China ? Il ne peut pas communiquer à ce sujet bien sûr…

Bref, les COPS ressortent avec quelques papiers administratifs concernant Bianchi et la société d'intérim et, surtout, l'affreux sentiment d'être impuissants face au titan corporatiste.

Retour sur le terrain donc. Rambla contacte l'agence d'intérim et obtient une entrevue avec le directeur le lendemain pour essayer d'en savoir plus sur ces fameux « profils difficiles ». Plume constate dans les dossiers du LAPD que Gary Hemsworth, intérimaire afro-américain qui démarchait des entreprises de Little China pour Merlowe a bien déposé plainte suite à une agression à la sortie d'un restaurant. Les officiers qui ont pris la déposition semblent avoir retenu le motif raciste, sans grande conviction.

Les trois COPS décident de pousser leur chance en contactant la CBAC, l'association du commerce. Le vice-président Jack Huan les reçoit, jeune immigré de quatrième génération fort sympathique mais peu aidant. Il met les détectives devant la réalité de la situation : la confiance entre ses « administrés » et les autorités municipales est rompue depuis bien longtemps. Le LAPD a encore un long chemin à faire s'il souhaite obtenir la collaboration des habitants du quartier. En somme, la communauté de Chinatown est gérée par les « honorables associations de quartier », sans violence, mais sans ingérence des autorités.

Samedi 11 septembre 2032.

Foley et Plume démarrent leur rotation par des montagnes de paperasse : le premier épluche les transactions immobilières récentes dans Chinatown, la deuxième discute avec l'assistant district attorney pour décider de comment faire parler les témoins potentiels, M. Chow en tête.

Mais la réponse à tous leurs soucis semble vouloir leur tomber tout cru dans le bec. Un jeune homme du nom de Man'chu Wen se présente à l'accueil du COPS pour se rendre : il avoue volontiers, presque avec nonchalance, avoir décapité Bianchi. Rambla prend sa déposition et remarque plusieurs incohérences (la tête jetée au mauvais endroit, Wen ne mentionne pas avoir brûlé les empreintes digitales). Il coffre tout de même l'individu qui demande à prévenir un avocat.

Prévenue à son tour, Sharon Tanner, l'assistante du procureur, se rend au COPS, puisqu'elle s'attend à ce que l'avocat veuille négocier. Elle en profite pour écouter l'opinon des détectives sur cette « confession ». Rambla est persuadé que Wen n'est pas coupable. Il a peut-être participé au crime mais n'en est très certainement pas l'unique auteur. Tanner écoute avec attention mais met les pieds dans le plat : ils n'ont pas d'autre suspect et leurs investigations patinent. Si les triades offrent un des leurs pour clôre l'affaire… l'accusation a-t-elle le luxe de refuser ? Rambla s'abstient de commenter, ce qui laisse à Plume l'opportunité de prendre les choses en mains. La jeune et carriériste détective voit très bien l'intérêt de passer l'affaire en noir sur le tableau.

L'interrogatoire est long et pénible. Wen finit par s'emporter lors que Plume l'interroge sur les points d'ombre de sa déposition, forçant son avocat à intervenir. Celui-ci finit par négocier avec l'ADA : 15 ans, possibilité de libération condtionnelle sous 10. C'est vendu pour l'accusation, sous les yeux des COPS qui assistent avec amertume à la réalité de la justice californienne.

Quelques jours plus tard, les services d'hygiène retrouvent dans la déchetterie retrouvent la machette que Wen déclare avoir utilisé le crime. La scientifique y trouve des résidus du sang de la victime. L'enquête sur les triades n'est toutefois pas entièrement close. Les COPS reçoit le listing des communications téléphoniques de Bianchi ainsi que le dossier de l'ORGDIV sur la pègre organisée de Chinatown. Nos héros se promettent d'y jeter un œil à l'occasion…
Avatar de l’utilisateur
JoKeR
Prêtre
Messages : 405
Inscription : mer. sept. 05, 2012 4:49 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par JoKeR »

C est vraiment super ! Tout ce que j'aime dans COPS :-)
J'envie tes joueurs.ses !
La danse, c'est la vie !

Dé à une face aussi !
Avatar de l’utilisateur
Sailor
Prêtre
Messages : 345
Inscription : jeu. nov. 10, 2005 7:14 pm
Localisation : Landiras (33)

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Sailor »

Y a t il une suite?
 
Les femmes et les enfants d'abord. Toujours dans le naufrages.
Comme ça après les requins n'ont plus faim.

http://trollmetender.clicforum.fr/index.php
Avatar de l’utilisateur
JoKeR
Prêtre
Messages : 405
Inscription : mer. sept. 05, 2012 4:49 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par JoKeR »

C'est une campagne en cours, le premier post est du 04/09/21 ;-)
La danse, c'est la vie !

Dé à une face aussi !
Avatar de l’utilisateur
Altay
Messie
Messages : 1051
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Altay »

Oui il y a une suite, on a déjà commencé le deuxième scénario mais les CR ont un peu de retard. :D
Kence
Profane
Messages : 37
Inscription : ven. mars 15, 2013 5:30 pm

Re: [CR] COPS - Au nom de l'agua

Message par Kence »

Tout comme ins je suivrais cette campagne car c’est un de mes jeux favoris!
J’ai envie d’en relancer quelques scénarios mais par roll20 c’est plus compliqué…
Répondre