[cinÉtic] Système, commentaires, CR de campagneS (Index p1)

Pour développer idées, projets de jeux, univers, règles et scénarios
Avatar de l’utilisateur
Udo Femi
Dieu des langues de poulpes
Messages : 17135
Inscription : mer. juil. 12, 2006 4:41 pm
Localisation : Eindhoven, Pays-Bas
Contact :

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Udo Femi » lun. déc. 05, 2011 4:42 pm

Oui ! Bonne nouvelle !
on commence tout de suite à te rapporter les typos qu'on remarque ou on te laisse une marge ? :twisted:
Mon blog: http://www.udo-prod.com avec La Superclique gratuite et les Aventures Spears & Sandals d'Agôn !
Venez à l'UdoCon 2017

Avatar de l’utilisateur
Bistiole
Initié
Messages : 126
Inscription : sam. févr. 07, 2009 5:50 pm
Localisation : Reims (51)

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Bistiole » lun. déc. 05, 2011 4:48 pm

juste :rock

Bistiole, qui attend la version de base et la version deluxe avec la même impatience
"I'm sorry, I wasn't listening." - The Dude

Profil sur le GROG

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2062
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Wenlock » lun. déc. 05, 2011 5:07 pm

Udo Femi a écrit :Oui ! Bonne nouvelle !
on commence tout de suite à te rapporter les typos qu'on remarque ou on te laisse une marge ? :twisted:
Ben vu que là c'est pas du texte def', c'est peut-être pas bien la peine de t'emmerder, encore.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Udo Femi
Dieu des langues de poulpes
Messages : 17135
Inscription : mer. juil. 12, 2006 4:41 pm
Localisation : Eindhoven, Pays-Bas
Contact :

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Udo Femi » lun. déc. 05, 2011 5:09 pm

je te rassure, j'allais pas me taper du JPEG pour faire du proof reading :runaway
allez bon courage pour la suite :bierre:
Mon blog: http://www.udo-prod.com avec La Superclique gratuite et les Aventures Spears & Sandals d'Agôn !
Venez à l'UdoCon 2017

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2062
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Wenlock » lun. déc. 05, 2011 5:17 pm

Par contre, si tu veux être ajouté au (glorieux) pool des (formidables) correlecteurs, ce sera avec plaisir.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

hellgheast97
Initié
Messages : 124
Inscription : sam. juil. 16, 2011 8:38 pm
Localisation : Luthien,Draconis Combine

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par hellgheast97 » lun. déc. 05, 2011 6:13 pm

Execellent !!
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
agone35
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1905
Inscription : jeu. févr. 11, 2010 2:58 pm
Localisation : Back to Breiz
Contact :

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par agone35 » mar. déc. 06, 2011 10:16 am

Moi, qui attend depuis le début que ce soit accessible, j'en piaffe (déjà) d'impatience!

Merryneils
Initié
Messages : 168
Inscription : mer. août 09, 2006 10:17 pm

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Merryneils » mar. déc. 06, 2011 11:03 am

Miam !
:rock

kristoff
Messie
Messages : 1190
Inscription : jeu. juil. 07, 2005 4:56 pm
Localisation : faleyras

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par kristoff » jeu. déc. 08, 2011 2:40 pm

yep, bonne nouvelle
même si je suis ça de loin, et depuis longtemps, je suis bien curieux et content de voir une version finalisée
au taff ! ;)
j'ai beau ne pas avoir toujours raison, je ne me souviens pas avoir jamais eu tort :-)
http://www.kristoff-valla.blogspot.com
"Kath : renaissance " - premier tome d'une trilogie fantastique contemporaine
http://www.editionsdupetitcaveau.com/pr ... off-valla/

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2062
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: Extrême-Orion

Message par Wenlock » mer. déc. 14, 2011 5:29 pm

Parce que je suis très content de la séance d'aujourd'hui, je me lance dans le CR bien que nous n'ayons pas tout à fait fini le premier épisode (il n'en reste qu'une Séquence à jouer, aussi je pense que la prochaine fois nous bouclerons assez vite, après quoi je mènerai un "minisode" et on se gardera la fin de la séance pour débriefer et préparer la suite, notamment parce que les PJ devront probablement faire allégeance à une des 2 corpo possibles, ce qui typera sans doute pas mal les futures missions).
D'ailleurs on aurait tout bouclé si les joueurs n'avaient -enfin- attribué toutes les Capacités de leur (futur) vaisseau, en tenant d'ailleurs assez élégamment compte de presque tous les éléments déjà "mentionnés" dans l'histoire ("Bon, finalement j'ai mis qu'1 en Sécurité, ça explique qu'on ait réussi à fracturer toutes les serrures sans transpirer depuis le début..."). Vous les trouverez en fin de CR.

Je ne suis pas souvent content de moi comme MJ (en tous cas rarement au sortir de la partie), mais j'ai obtenu aujourd'hui pile-poil le final "dantesque" que j'espérais : un monstrueux carnage dont les PJ ne se sont sortis que d'un cheveux, en donnant tout ce qu'ils pouvaient et "à la loyale", parce que j'ai bravement résisté jusqu'au bout à la tentation de bricoler certains détails* alors que, comme les joueurs, j'étais en train de me dire "Oh putain, ils vont tous mourir au premier épisode, va falloir recréer des perso avant d'avoir vraiment commencé...".
*j'avoue, à un moment, j'ai un peu "gonflé" un jet de dommages de zone pour que le lancer de grenades "shock" -malgré une réussite assez médiocre- aie l'effet qu'espéraient les PJ. Sinon là, c'est sûr, ils y passaient tous. Ce fut ma seule "tricherie" de la partie, d'autant plus facile qu'aucun joueur ni PJ ne connaissait les dommages ni la zone d'effet des grenades utilisées. On saura désormais qu'elles sont "méga-bourrines" et je crois qu'on les reverra souvent, puisqu'elles sont "rechargeables"...

QUELQUES MOTS SUR L'UNIVERS
A l'aube du 23° siècle, l'humanité a découvert le voyage interstellaire et essaimé jusqu'à près de 40 années-lumières de la Terre. A la frontière de l'espace civilisé, le Triangle d'Orion s'étend entre les systèmes de Shenqi Liù ( "Pi3 Orionis"), Fenghuang("Chi1 Orionis B") et Procyon. Colonisé jadis par l'ASEAN et récemment rejoint par la Fédération Galactique, ses corporations tentaculaires et sa technologie "moderne", le secteur est actuellement le théâtre d'une guerre d'influence entre différentes factions qui s'y affrontent pour le contrôle des réserves d'hydrogène (qui alimente toute l'humanité en énergie, des vaisseaux aux stations spatiales en passant par les industries planétaires, l'armement, les réseaux d'information...), de la Sève (un alcaloïde qui démultiplie la puissance des connexions neurales indispensables aux "Operators", aux hackers, aux pilotes interstellaires... presque impossible à synthétiser, il est extrait d'une sorte de pavot dont le système de Fenghuang est l'un des principaux producteurs), de la production agricole et de la route spatiale vers les riches mais lointaines colonies de Poll ("Pollux", "11 Leonis Minoris" et "Rho1 Cancri"). En l'occurrence :
_la Constellation d'Eridan, marchande, voyageuse et d'une tolérance idéologique qui confine au je-m'en-foutisme est la nation spatiale la plus proche et contrôle la route interstellaire entre Orion et les mondes centraux (Sol, tout ça..). Elle est principalement représentée dans cette campagne par la station Keid("Omicron2 Eridani", point de passage obligé vers les mondes centraux), sa main-mise sur le réseau de communication interstellaire "Stream" et ses gypsie companies, les flottilles spatiales qui assurent le transport des migrants et des marchandises entre Orion et le reste de la galaxie.
_Uran Banner est une énorme compagnie galactique gazière qui a fondé la station Mantile (en orbite autour de "Shenqi Liù"), actuellement l'unique comptoir galactique dans le secteur. Harcelée par les pirates, elle s'est alliée pour sa défense avec une méga-corpo centauri, Sagitar Corp.
_"l'Empire" Soon est proportionnellement un micro-état de quelques planètes colonisés il y a moins d'un siècle mais possède dans le secteur le monopole sur la production agricole, dont la Sève, grâce à Monsoon, la planète-miracle (une des très rares terraformations réussies). C'est aussi un fournisseur de main d’œuvre, sa politique de clonage systématique ayant permis à sa population d'atteindre plusieurs centaines de millions d'individus en moins de 70 ans, quoique cela ne soit pas du goût des autorités Fédérales à la stricte réglementation génétique...
_l'Union Géno-Soviétique de Sirius, qui tient notamment Procyon et ses environs, est le grand ennemi de la Fédération. Malgré la zone d'exclusion séparant théoriquement les soviétiques de la Fédération, la suite prouvera que leurs "médians" génétiquement modifiés, leur technologie de pointe et leur visée expansionnistes se sont discrètement infiltrés dans le secteur...

Image

Image

Voilà les deux principaux systèmes où les PJ vont évoluer, je travaille de temps en temps à une carte du "Triangle d'Orion".

Fait astrophysique notable, l'explosion de la naine blanche EG45 en la super-nova SN2024 a produit le gigantesque Maelström, un tempétueux nuage d'astéroïdes, d'orages magnétiques et de gaz ionisés qui, en 200 ans, s'étend désormais sur plus de 12 années-lumières de diamètres à travers le Triangle d'Orion, engloutissant plusieurs étoiles proches sur son passage. Cette nébuleuse en expansion constante menacera évidemment le système stellaire de Fenghuang et la station Mantile d'ici un petit siècle de plus mais, dans l'intervalle, les compagnies ont bien l'intention d'utiliser la main d’œuvre Soon pour en extraire les gaz et es minerais et installent donc de petites (et périlleuses) stations mobiles à ses abords immédiats...

Pour ceux que ça intéresserait (parce que ça aura une certaine importance "stratégique" dans la campagne), la manière dont fonctionne les sauts interstellaires est expliqué dans le PDF de Résumé Astrographique (téléchargeable).
S'il y a des amateurs, je mettrais aussi en téléchargement le PDF de présentation de l'univers.

PROTAGONISTES
Non seulement les joueurs ont-ils décidé de jouer des fumiers, mais en plus se sont-ils presque tous amusés à me créer des moutons noirs :
_né au sein du Consortium du Centaure -la seule nation spatiale gérée par des corpo- et fils d'un des puissants directeurs d'Uran Banner, le jeune cadre commercial Vincent Panjari ("Cancrela") s'est commis dans des affaires suffisamment crapuleuses pour que sa hiérarchie décide de le saquer (et pourtant, ils ne sont guère regardants)... Son cher père est intervenu pour le faire plutôt muter sur Mantile, où la réglementation fédérale est aussi lointaine que possible et, ayant du au passage sacrifier son luxueux train de vie, Vincent fait le voyage sur le cargo éridien "Andaman Blowfish"...
_piloté depuis quelques mois par Hansou Carlo ("Lapin Blanc"), un jeune "operator"(a) éridien qui, expert en IA de formation, vient de réaliser son rêve le plus cher après un (trop) bref entraînement : devenir pilote spatial, comme son papa. Il faut dire qu'avec le nombre de vaisseaux récemment victimes des pirates, la "gypsie company" Laragane engage un peu n'importe qui posséde une connexion neurale et un diplôme de pilote. Il est accompagné de son "cousin" Tang'Ho, avenant et musculeux, qui est en réalité l'androïde qu'il contrôle.
_Vladimir RUS-4728-1984 ("Moïse") était un brillant ingénieur soviétique jusqu'à ce qu'il décide de rendre à sa glorieuse hiérarchie soviétique un rapport assez "concerné" quant aux scanners génétiques qu'il développait(b)... Lui-même d'un génome assez douteux(c), son inventivité naturelle lui a valu d'être immédiatement «promu» sur Procyon comme mécanicien de vaisseau (et médecin de bord) d'un engin assez "expérimental".
_Harmonie CCP-1662-472 ("Argentarbre") est une miles, une combattante "médiane" experte en infiltration et combat en gravité 0, intégrée dans les commandos de la glorieuse union de par ses aptitudes physiques hors-normes et ses nerfs d'acier. Pourtant esthète et autrefois destinée à une carrière de danseuse (avant d'être récupérée par les services secrets médians), elle a pourtant été émue par le brillant Vlad au point de commettre avec lui la faute ultime à bord d'un équipage militaire médian, assimilable à la haute trahison : tomber enceinte...

a) un "operator" est le stade ultime de la nerditude galactique : ne vivant quasiment qu'à travers les systèmes qu'ils opèrent via le réseau, n'interagissant avec autrui que par leurs modules pendant qu'eux-mêmes végètent dans un fauteuil ergonomique, ils sont physiquement presque inaptes (si vous avez vu "Surrogates/Clones" avec Bruce Willis, c'est exactement ça). Quoiqu'ils soient le top des modules distants, les androïdes "dissimulés" (comme Tang'Ho) sont d'ailleurs assez mal vus sur les mondes centraux, mais la frontière galactique est heureusement plus permissive...
b) ces fameux scanners semblent prouver que l'eugénisme médian s'accompagne d'un appauvrissement génétique très dommageable à l'Union et pourrait ne pas être étrangers à l'espérance de vie assez médiocre de toute la nation, ce que ses supérieurs n'ont ni l'envie ni les moyens d'admettre. Néanmoins, ça reviendra plus tard dans la campagne... Détail amusant : puisqu'ils sont produits en cuve et leur développement accéléré par la suite, les médians sont généralement très "jeunes" voire adolescent (Vlad approche la 30aine mais Harmonie n'a guère que 17 ans) et leur maturité émotionnelle s'en ressent quelque peu...
c) conçu pour être un très cérébral mens -qui forment l'élite intellectuelle médiane, Vladimir est un "raté génétique" qui n'a que le statut et l'apparence d'un labres, un simple technicien. De fait, il est nettement plus costaud que la plupart des mens (et que nombre de "galactiques") tout en étant intellectuellement aussi brillant qu'eux : c'est inacceptable !


PROLOGUE
Après une longue préparation sur Procyon et d'énormes travaux astronautiques, l'équipage "médian" du Secutor LVI a embarqué dans ce vaisseau de reconnaissance cetan, capturé lors de la guerre galactique il y a plus de 20 ans et auquel fut adapté (avec l'aide de Vlad) un puissant réacteur à hydrogène, une propulsion soviétique dernier cri, des scanners de pointe et un coûteux canon EMP... Naïvement camouflé en "vaisseau pirate" par des médians assez peu au fait de la culture galactique (il porte sur ses flancs noirs d'énormes crânes blanc et des tibias croisés qui lui donnent un faux air d'Albator), le Secutor s'est glissé hors de la zone d'exclusion, caché dans l’anfractuosité d'un gros astéroïde aux limites du Maelström et, depuis trois mois, malgré un matériel médical défectueux (le réacteur du vaisseau hybride a tendance à griller certains appareils fragiles) et de loooongues semaines d'attente dans la constante tempête d'astéroïdes, son équipage a systématiquement neutralisé, abordé et saboté les cargos que lui signalait la mystérieuse "fréquence fantôme" que seul savent décrypter Marcus SPR-7118-43, son commandant de bord, et l'infirmière/commando/interrogatrice/officier politique Julia TRQ-456-1602. Chaque fois, ils fouillaient les cales à la recherche de matériel informatique, emmenaient une poignées de prisonniers (pour les "interroger" pendant quelques jours avant de les balancer par le sas) et Vlad mettait le réacteur des bâtiments "piratés" en surchauffe pour déclencher une explosion effaçant toutes les traces.
Mais les longs mois de clandestinité et d'isolement ont prélevé un lourd tribut sur l'équipage (l'autonomie n'étant généralement pas le fort des médians) dont plusieurs membres sont décédés des suites des abordages et près de la moitié sont actuellement blessés, mal guéris ou de plus en plus indisciplinés... En particulier deux tourtereaux que, pourtant, Marcus a plutôt à la bonne puisque Harmonie est le fer de lance de son commando d'abordage et Vlad son partenaire d'échec et son ami.

ÉPISODE 1 : "Mutinerie"
Les joueurs n'ayant pas voulu sacrifier chacun un de leur précieux "Éléments" de construction de personnage pour acheter la possession du vaisseau lors de la création commune du groupe, il était entendu qu'ils devraient en chier des pendules pour se l'approprier au premier épisode. Il avait donc été conçu pour être particulièrement rude et trépidant, les PJ n'ayant d'ailleurs réussi à se ménager qu'une seule scène de repos en 2x6h de jeu et sont donc arrivés sur les rotules (mais après avoir cumulés tous les avantages tactiques possibles) à la sanglante confrontation qui conclut la seconde séance.
Quitte à découvrir le vaisseau et fixer en cours de route ses capacités, il m'a semblé pertinent d'en faire un huis-clos à bord, l'ambiance "soviétique" produisant quelque chose d'assez proche des films de sous-marins, et de permettre ainsi aux joueur de découvrir l'engin, son espace, ses fonctions... Je n'ai par ailleurs cessé de démolir cruellement leur (futur) jouet qu'au moment où, eux-mêmes, ont pris l'ultime risque de taper dessus comme des sourds et, à ce stade du jeu, leur beau vaisseau n'est pratiquement plus qu'une épave échouée au bord d'un dangereux champ d'astéroïdes (réparer assez d'avaries pour se tirer de là sera l'objectif n°1 de la troisième et dernière séance de ce plantureux épisode).

Pour pouvoir intégrer les perso médians à une campagne "galactique", nous avions également convenu que je me permettrais de jouer sur leurs Réactions et de forcer quelques éléments d'intrigues pour ouvrir la campagne. Une fois n'est pas coutume, il y eut donc une...

SÉQUENCE 1 : "Alerte Rouge"
"SCÈNE 0"

Quand l'Andaman Blowfish atteint son point d'arrivée après un saut quantique de presque 100heures à bonne distance de la station Mantile (dont le dense nuage extérieur et les astéroïdes empêchent un saut interstellaire plus proche), son équipage anesthésié n'a même pas le temps de dire "ouf" que toute l'électronique de bord grille sous l'effet d'une puissante décharge EMP. Son sas extérieur est forcé dans les minutes qui suivent et une troupe de "pirates" équipés de lourds scaphandres de combat et/ou d'armes "neuro-électriques" se ruent à l'intérieur et ont tôt fait de neutraliser les quelques agents e sécurité encore à moitié endormis. Seule une commerciale de la compagnie agricole Moonseed, issue de la grande bourgeoisie soon, tente d'opposer une certaine résistance dans une vaine (mais spectaculaire) démonstration de gong kung-fu, un art martial spécialement adapté aux faibles pesanteurs, avant d'être assommée au shock-gun.
Comme les fois précédentes, et malgré le fait que le cargo soit nettement plus gros que les transports qu'ils attaquaient jusqu'ici, ils sélectionnent rapidement et embarquent tous les passagers portant une connexion neurale à la tempe (une poignée d'ingénieurs, le médecin de bord, Vincent, Hansou carlo, Tang'Ho, l'adepte du kung-fu Soon Chi Kay...) et s'attaque à un rapide inventaire de la soute. Quelle n'est pas leur surprise d'y découvrir un peu plus de 200 migrants en "animation suspendue" (hommes, femmes et enfants, tous sous blister) venus chercher du travail sur la station Mantile et, miracle, une unité médicale flambant neuve. C'est alors que le Secutor donne l'alerte : apparemment prévenue qu'un "fils à papa" d'Uran Banner était à bord et qu'il ne vaudrait mieux pas qu'il tombe sur des pirates si certains voulaient garder leur boulot, une escadrille de la chasse centauri s'était portée à la rencontre du cargo et sera là dans quelques instants. Seulement voilà : Vlad refuse de quitter le cargo sans embarquer l'unité médicale et -depuis peu concernée par un instinct maternel d'ordinaire étranger à son peuple- Harmonie ne se sent plus de faire sauter une grosse 50aine de familles, certes capitalistes et décadentes, mais qu'elle commence à trouver "innocentes". Lorsque Marcus donne l'ordre d'arracher le mécano à son intransportable trouvaille par la force si nécessaire, un commando le saisit à l'épaule, Vlad résiste, on lui colle un grand coup de crosse et Harmonie l'imperturbable -gavée d'hormones- pète un plomb. Enfin neutralisés après avoir abimé plusieurs de leurs compagnons d'armes atterrés, les deux dissidents sont trainés en toute hâte à bord du Secutor et jetés dans une cellule avec 5 autres prisonniers...

SCÈNE 1
Dès que Vlad atterrit sur Harmonie, Kay et Hansou assommés sur le sol de la cellule, l'intercom diffuse l'alerte dans sa langue natale (qu'à part les médians seule le polyglotte Panjari comprend) : "Chasseurs ennemis en approche rapide ! Saut dans 2 min30 !". Aux cloisons de la cellule ont été rivetés 5 harnais grossiers -seul moyen de ne pas être broyé par l'accélération- et, pendant que les prisonniers se regardent sans bien comprendre, Vincent s'arnache le premier, immédiatement imité par l'ingénieur Alan Chiang.
"Alerte missile ! Alerte missile ! Préparez-vous à l'impact !"
Un des commandos qui surveillent l'opération injecte aussitôt une dose d'anesthésique aux deux premiers passagers installés, pendant qu'après avoir fait les comptes, Vlad installe sa douce dans un troisième harnais avant qu'un garde la dose à son tour. Toute la carlingue sursaute et les occupants de la cellule se mangent les cloisons lorsque le missile explose deux des quatre propulseurs du Secutor.
Le choc passé, l'ingénieur médian avise alors la frêle Kay et le maigrelet Hansou -toujours KO- et entreprends de les serrer ensemble dans le même baudrier, le commando les piquant tous deux pendant qu'un ingénieur quinquagénaire et barbu se débat avec le cinquième et dernier harnais.
Trépignant en entendant qu'il ne lui reste qu'une minute pour rejoindre son propre siège, le dernier garde va pour verrouiller la porte et filer lorsque Vlad le convainc de lui laisser l'injecteur en partant : celui-ci ne contient alors plus que 2 doses et, puisque Harmonie commence à s'agiter dans ses sangles, il comprend qu'une seule injection ne suffira pas pour vaincre l'exceptionnelle résistance physique de sa compagne. C'est alors que le barbu, à moitié sanglé, réalise que Vlad tient la dernière dose d'anesthésique et qu'à moins de la lui prendre, il va devoir traverser la distorsion espace temps les yeux grands ouverts sur l'horreur... "Saut dans 25 secondes ! 24, 23..."
Vlad a juste le temps de s'envoyer la dernière dose avant de jeter l'injecteur à l'autre bout de la pièce, le galactique échappe au harnais pour s'en saisir et, lorsque qu'il met la main dessus, le médian lui a pris sa place aux côtés d'Harmonie et, habitué à l'opération, a juste le temps de boucler sa ceinture avant que toute la pièce ne se mette à vibrer et que lui-même ne subissent les premiers effets de l'anesthésie. Un injecteur vide en main, le pauvre condamné n'a que le temps de hurler de terreur avant que la poussée ne l'assomme contre la cloison.

SCÈNE 2
Vlad serre les dents, toute la cellule vibre de plus en plus fort, une espèce de crissement sur-aigu retentit, la poussée le serre comme un gigot dans son harnais, et soudain la pièce commence à se déformer : ses compagnons, toutes la pièce, l'ingénieur ensanglanté sur la cloison d'en face, tout s'étire bientôt atrocement à la verticale, Vlad se sent d'abord déchiré vers le haut et, lorsque la déformation passe à l'horizontale, des éléments de l'infirmerie attenante semblent percer la paroi derrière lui pour pénétrer la cellule à travers les prisonniers sanglés.
Vlad hurle à plein poumon lorsqu'un galactique inconnu en uniforme beige et rouge apparaît dans la cellule puis se tourne vers le médian, révélant le trou béant qui traverse tout son crâne juste sous le béret de la flotte cetane. La vibration s'amplifie encore, l'ingénieur voit les étoiles percer à travers la coque, ses compagnons étirés comme du latex et lorsque l'intrus disparait soudain, il entend très clairement à côté de lui pleurer un nourrisson.
Au de là de toute terreur exprimable, Vlad s'évanouit enfin.
[Parce que ça ne m'intéressait guère d'avoir le médecin ET le mécano du bord diminué dès le départ, j'ai préféré éviter les "dommages psychiques" sur le moment et plutôt choisir de torturer Vlad avec cette expérience plus tard, quand il aura un moment calme...]

SCÈNE 3
Il est pourtant l'un des premiers à émergé, tiré du sommeil par le concert insistant des alarmes qu'il connaît par cœur : bouclier en rideau, dépressurisation, surchauffe du générateur de champs, surtension électrique, alerte de proximité, panne de gravité artificielle... plus qu'il ne peut en compter. Dans la cellule, la lampe crépite misérablement en projetant des étincelles qui éclairent par intermittence le brouillard de gouttelettes de sang que le corps démantibulé du barbu répand dans l'apesanteur. A part lui, tous sont secoués, confus, éventuellement endormis ou nauséeux mais vivants, et se réveillent les uns après les autres.
Premiers à se libérer des harnais, les médians flottent vers la porte, Vlad disjoncte la commande extérieure à partir du circuit de la lampe et ils font glisser le panneau à l'aide d'une bottine-contact (d) proposée par Kay : dans le couloir, seules les lumières de sécurité sont allumées, les alarmes bipent furieusement mais rien ne bouge. Un bref conciliabule en deux langues (en "Sirian" et en Mandarin) uni les prisonniers : sortir, rester prudent, prendre les commandes du Secutor et réparer. Harmonie file vers l'armurerie : curieusement, le code d'accès en a été changé mais Vlad a toujours quelques menus outils en poche et sa compagne a vite forcé la serrure électronique. A l'intérieur, ils s'équipent d'armes non-létales (pistolets neutraliseurs, shock-guns), parfois de bouclier personnel et de bottes magnétiques qui les colleront fermement au sol jusqu'à ce que la pesanteur soit rétablie.
Dans la réserve voisine, quelqu'un cogne à la porte et Hansou insiste pour qu'on lui ouvre : aspergé du sang de ses compagnons d'infortune, Tang'Ho est le seul passager valide parmi les 5 prisonniers enfermés là en hâte et qui, faute de harnais, ont été largement martelés contre les cloisons, les étagères de nourriture, le matériel entreposé... Il semble bien à Vlad que certains soient vivants mais Harmonie est déjà repartie vers le poste de pilotage. Après avoir shunté l'écoutille intermédiaire et quelques manipulations supplémentaire sur celle de la passerelle, la porte blindée s'en ouvre sur un concert d'alarmes encore plus frénétique : toute la salle clignote, rugit et les consoles holographiques encore en marche affiches hystériquement des diagrammes d'avaries et des symboles d'alerte dans trois langues. Une douzaine de puissants miles sont encore endormis et sanglés dans leurs fauteuils, une déplaisante odeur de roussi y émane du pilote de saut au crâne complètement incinéré et, par les larges vitres du poste de pilotage, les PJ découvrent qu'ils sont dans le Maelström, échoué en plein dans un nuage d'astéroïdes. au milieu de la salle, le capitaine Marcus et sa navigatrice, Olivia, s'affairaient sur les consoles de commande lorsqu'ils voient entrer les PJ et dégainent leurs armes.
Vlad et Harmonie se portent en avant et expliquent que l'état du vaisseau ne leur laisse d'autre solution que de coopérer pour l'instant et que, s'ils veulent bien ranger leurs armes, ils pourront tous se mettre au travail. Après un bref échanges de regards, Marcus acquiesce : il sera toujours temps de statuer sur la discipline si on se sort de là.
(Discrètement, à l'arrière du groupe, Kay glisse à Tang'Ho un pistolet à impulsion (tout à fait létal) prélevé à l'infirmerie et lui conseille de le dissimuler, ce qu'il fait. De son côté, Vincent a eu la nette impression qu'Olivia fermait discrètement l'application -non-identifiée- sur laquelle elle travaillait à leur arrivée.)

SCÈNE 4
Sous la surveillance méfiante d'Harmonie -qui sait son capitaine fin tacticien- et de Kay, rapidement postée à un point d'où la médiane constate qu'elle peut efficacement couvrir toute la salle de son arme (et reconnaît là quelqu'un de sa trempe : "Dis-donc, elle m'a l'air bien entraînée la petite marchande de riz...") et avec l'aide experte de Vlad (qui connaît le vaisseau par cœur pour avoir participé à ses modifications) et d'Hansou (qui est bien meilleur technicien que pilote), Marcus et Olivia expliquent rapidement ce qu'ils savent de la situation : après un saut en catastrophe vers le "point alpha" (l'astéroïde creux qui sert de base au Secutor), le générateur de champs a surchauffé, brûlé le pilote relié aux commandes par une connexion neurale et, sans plus personne pour le freiner ou le diriger, le vaisseau s'est apparemment enfoncé dans le champ d'astéroïdes jusqu'à en percuter un sévèrement. Le système de réveil d'urgence a néanmoins ramené à la conscience la copilote, Olivia, et elle-même a ensuite utilisé la trousse de secours pour réveiller Marcus, mais les perfusions automatisées du reste de l'équipage ne se sont pas déclenchées (les PJ eux-mêmes n'ayant émergé que lorsque l'anesthésie "manuelle" s'est dissipée). Le missile a détruit 3 des 4 propulseurs "conventionnels" avant le saut, les scanners sont en rade et le réacteur à hydrogène a du se mettre en rideau suite à l'accumulation d'avaries : le Secutor dérive donc sans protection, aveugle et inerte, parmi des astéroïdes fréquemment plus gros que lui tournoyant à des vitesses astronomiques. « C'est carrément la merde, quoi», conclue Vlad avec un bel esprit de synthèse.

Soudain, une nouvelle alerte de proximité se déclenche : les scanners étant encore en rade, les PJ se précipitent aux hublots pour voir un gros astéroïde foncer vers eux par le travers ! Vlad dégage le corps du malheureux pilote, Tang'Ho se rue à sa place et, alors qu'Olivia lui transfert le contrôle des propulseurs d'appoint (qui ne servent d'ordinaire que pour l'amarrage aux astroports), bascule en pilotage manuel pour sortir de la trajectoire du bolide qui passe finalement à quelques dizaines de mètres de l'engin.

«Il devient urgent de rétablir la propulsion» résume Vlad. Mais il lui faudrait de l'aide et la proposition de Marcus de réveiller tous les endormis est immédiatement coupée par Kay : "Méfiez-vous de qui vous réanimez. Chaque fois que les médians éveillent l'un des leurs ils se renforcent et viendra le moment où ne pourrons plus les tenir tous en joue...". Malgré le regard noir du cpitaine, Harmonie acquiesce et décide avec Vlad de n'injecter une de leurs précieuses doses d'adrénaline qu'à Titus, l'assistant-mécano qui adore Vlad.
Le jeune labres (e) est mis au courant de la situation et, passé le malaise de voir les "prisonniers" dissidents ou galactiques se promener librement à bord, accepte la mission de sortir en scaphandre pour réparer "par l'extérieur" un deuxième propulseur (après quoi Hansou, Tang'Ho et Olivia devraient avoir assez de prise sur la trajectoire du vaisseau pour au moins se sortir du passage des astéroïdes les plus dangereux) pendant que Vlad le remettra en route "de l'intérieur" une fois relancé le réacteur à fusion... Ce qui va devoir se faire en temps limité, Vlad ayant découvert que le générateur de champ déglingué "irradiait" la salle des machines de radiations dangereuses : comptant sur l'immunité naturelle des médians à ce genre de choses, Vlad mesure les radiations, opère un bref calcul et décide qu'il faut tenter le coup. Quelques instants plus tard, alors que Titus sort du sas et commence à marcher sur la carlingue aimanté par ses "mag-boots", Vlad a déjà désengagée toutes les sécurités du réacteur ("on est plus à un danger près") et le redémarre...
[Parce que dans un univers aussi "technique" et avec des perso experts il est intéressant de détailler ce genre d'actions et j'ai donc recours à un module de règles détaillées qui ne sert guère d'ordinaire mais qui, dans une campagne où le vaisseau est à la fois un enjeu et le principal moyen d'action des PJ, devrait m'aider à créer des enjeux "scénaristiques" à partir des soucis techniques du Secutor.
La Difficulté d'un jet de réparation est ici fonction de 3 choses : la complexité de ce qu'on veut réparer -mesurée par les capacités de l'engin (en gros, si votre vaisseau a 18 en "Vitesse", sa propulsion sera plus complexe que s'il avait 12), le niveau de dommages subis (un peu comme les jets de Médecine, la difficulté dépend de "à quel point c'est niqué") et, passé un certain seuil de dommages, la disponibilité des éventuelles pièces de rechange.
En l'occurrence, l'équipement hybride "médian-cetan" est affreusement complexe, les pièces de rechange sont pour la plupart enfermées dans la cale et les dommages étaient difficile à évaluer tant que les joueurs n'avaient pas fini de fixer les Capa de leur engin, mais il a fallu que Vlad brûle de l’Énergie pour passer une à une les Difficultés de réparation.

Je compte à termes faire un diagramme technique (éventuellement inclus sur la fiche du vaisseau) qui reliera les capacités aux "appareils" du bord, aux localisations "tactiques" du vaisseau et aux "limites" (stabilité, critique, etc., presque comme un PJ) de l'engin, histoire de produire des avaries précises (tel machin est à tel niveau de panne produisant telle difficulté de réparation), des conséquences directement palpables par les joueurs (choc, pluie d'étincelles, incendie, radiations...) et un joli techno-babble à partir des dommages subis.]


d) car si pratiquement tout l'épisode s'est déroulé en apesanteur, ce genre de choses arrivent suffisamment pour que les galactiques prudent se dotent de chaussures capables de les "coller au sol" même avec une pesanteur minimale, c'est d'ailleurs en jouant sur l'effet "collé/décollé" que Kay et d'autres Soon pratiquent leur fameux "kung fu du vide". Les mag-boots sont renforcées, articulées et dotées d'un générateur de champ magnétique, elles peuvent donc solidement ancrer au sol un type en scaphandre (même si des tas de gens les portent pour le look, c'est les "rangeo/pompes de chantier" de cet univers).
e) les médians se résument apparemment à trois génomes : les mens qui dirige la société sont petits et cérébraux, les miles combattants sont des athlètes géants et les labres -techniciens et ouvriers- sont nettement plus "équilibré".


SCÈNE 5
Sur la passerelle où plusieurs alarmes se sont tues et la lumière rétablie, Tang'Ho est posté devant la vitre pour annoncer les menaces. Dès que l'intercom redémarre, Vincent et Hansou réalisent que leurs connexions neurales peuvent désormais leur permettre de "chater" mentalement dans le plus grand secret (ils ont un "blue tooth" mental). Sur les conseils de son ami centauri, l'Éridien s'installe donc à une console, se "branche" dessus et y connecte son ordinateur personnel pour bénéficier de l'IA qu'il a lui-même créé (et qu'il emploie surtout pour pirater des banques de données lorsqu'elle ne sert pas de "pilote automatique" à Tang'Ho). Passionné d'astronautique, il a vite identifié l'étrange vaisseau comme un "Bloodhound III", vaisseau de reconnaissance cetan de la guerre galactique («Jen aV un modèle holo kan g t peti !:-) _Concentre-toi, merde ! >_<»), réussi à basculer les commandes dans une langue qu'il comprend et, sous prétexte de relancer les scanners, l'enthousiaste pilote-hacker commence par neutraliser le programme qui gère les perfusions et en change le mot-de-passe ("Hop : dodo les miles !").
En tentant de relancer les scanners pour voir arriver le danger de plus loin et/ou l'armement pour éventuellement détruire les astéroïdes dangereux, Hansou échoue mais découvre que la radio de bord émet des sortes de parasites... Ce qui l'intrigue, mais ses recherches sont interrompues par un nouvel astéroïde, plus petit, évité sans grande difficulté, quoiqu'il rappelle à tous que le temps presse.

Ne pouvant d'être aucune assistance technique, Vincent observe ses nouveaux compagnons (avec l'aide du logiciel d'analyse des micro-expressions installé sur sa puce neurale, qui lui permet fréquemment de décrypter le comportement d'autrui, quoique les médians gris et dénués de pilosité troublent apparemment le programme) et, parlant quelques mots de Sirian, tente d'analyser la situation "stratégique" à partir de ce qu'il comprend des grades, de la situation de l'équipage...
[Il fait donc un jet de déduction plus ou moins difficile selon le sujet étudié et ce qu'il sait déjà, sa Marge de Réussite lui donnant le droit de poser autant de questions au MJ. Il va là nous faire une grosse réussite et reconstituer plein d'infos pour la suite...]
Il est dans un faux vaisseau pirate plein de médians embarqués très loin de leur territoire dans une opération clandestine. Elle consiste à attaquer les cargos arrivants aux abords de la station Mantile depuis Keid (comment les repèrent-ils ?) pour y piller du matériel et enlever des gens qui ne semble avoir en commun que leur connexion neurale, probablement à la recherche d'une personne précise concernant laquelle ils n'ont que quelques indices (d'où enlèvement systématique des suspects correspondants aux critères, tests à l'infirmerie, interrogatoires et élimination chaque fois que "c'est pas le bon"). Il y a manifestement de la dissension dans l'équipage -sans doute à cause de la liaison entre Harmonie et Vlad, mais pas seulement, Vincent commençant à se douter qu'une longue mission en isolement a du porter sur les nerfs de tout le monde. Le capitaine est assez réaliste pour prioriser les urgences mais semble lui aussi se méfier et échanger fréquemment des regards avec Olivia, ces deux-là tenteront sans doute quelque chose contre eux s'ils peuvent réveiller la douzaine de commandos surgonflés qui dorment comme des bébés, malgré l'évident attachement qu'il porte à Vlad et à Harmonie. Toute l'opération a du coûter bonbon en ressources, en préparation et ne vise sans doute pas que de l'espionnage industrielle, même si les médians n'utilisent guère d'IA ou de cybernétique et pourraient chercher à les étudier par ce moyen...
Kay n'est certainement pas une simple commerciale et ne semble qu'à moitié surprise de la situation, d'ailleurs. Mais tant qu'elle surveille Marcus, qu'il faut empêcher de passer trop de temps sur une console car il a déjà tenté de reprendre la main sur les scanners ou les codes de verrouillage de l'armurerie, ça devrait aller...

SCÈNE 6
Vlad annonce par l'intercom que si le réacteur remarche et qu'un des propulseurs sera opérationnel sous peu, il va avoir besoin qu'on lui rapporte des pièces de rechange de la soute (pont inférieur) pour réparer le fameux générateur de champ, sans lequel le Secutor restera sans bouclier et incapable de sauter hors du Maelström.
(Techniquement, ils doivent en fait rétablir assez de propulsion "conventionnelle" et de scanners pour pouvoir manœuvrer le vaisseau jusqu'à l'extérieur du nuage, de là se repérer et pointer une zone aux abords de Mantile ou d'une des petites stations d'extractions aux abords de la nébuleuse, puis tenter le saut jusque là sans se planter, ce qui implique que les commandes de saut et la connexion neurale du pilote soient également réparées : y a vraiment plus grand chose qui marche dans cet engin...)
Harmonie propose de s'en charger et Marcus lui adjoint Olivia, également sensée jeter un œil à la navette qui dort dans la cale et pourrait faciliter différentes opérations (voir tracter le Secutor).
Pas de bol : les quartiers de l'équipage sont dépressurisés, la collision ayant percé le blindage. Les deux médianes s'équipent donc de scaphandres et puisque Harmonie choisi un des exosquelettes de combat, Olivia l'imite pour ne pas être en reste : voici ces dames installées dans des tanks bipèdes.
Puisque Kay semble suffire à surveiller Marcus, désormais le seul "ennemi" dans le poste de pilotage, Vincent va fouiner du côté de la réserve où Tang'Ho était enfermé : il découvre qu'au moins le toubib du "Blowfish", Rajak bin Najib, est encore vivant (mais dans un état critique) et, avisant Vlad qui ressort de la salle des machines en annonçant "Propulseur réparé mais faudra plus entrer là sans scaphandre, à cause des radiations...", Vincent lui demande son aide pour remorquer le toubib flottant dans son sang vers l'infirmerie.

C'est alors que Tang'Ho annonce un "Très très gros astéroïde en approche rapide !" et se rue sur les commandes. "Mets la gomme, lui traduit Vincent, les médians ont réparé le deuxième propulseur". Manœuvrant furieusement, le Secutor retentit du hurlement de Titus, toujours accroché au propulseur qui vient de s'allumer sous ses pieds, encaisse un impact qui fait trembler tout le vaisseau et projette une partie de l'équipage contre les cloisons dans un nouveau concert d'alarmes mais évite le plus gros des dommages.
En bas de l'échelle de coupée, Olivia a brièvement envisagé de profiter de la diversion pour sauter sur sa consœur mais la commando vient de réussir à shunter le sas et découvre qu'une des cabines est encore occupée, les deux femmes se précipitant vers leurs compagnons sans doute enfermés là depuis plusieurs dizaines d'heures : ce sont les deux commandos blessés par Harmonie dans la bagarre sur le "Blowfish", confinés là pour le saut (parce que l'infirmerie était pleine) et qui n'ont survécu que parce que Tarquin, le moins abîmé des deux, a eu la présence d'esprit de siphonner de l'air frais depuis la cellule voisine mais son camarade perd toujours du sang et il est à cours de compresse depuis plusieurs heures. Évidemment, ils resteront coincés dans leur cabine tant que la fissure ne sera pas colmatée et la pression rétablie.

C'est alors qu'une voix plaintive monte de l'intercom : "Camarades ? Ici Titus, le choc m'a décroché et je dérive loin du vaisseau, je crois que je suis déjà trop loin pour vous rejoindre... S'il-vous-plaît, venez me chercher j'veux pas mourir comme ça."
:cry:

A l'infirmerie où Vlad et Vincent tentaient de sauver Rajak quand le choc et la fatigue on fait rater l'opération, Vlad pète les plombs et balance l'agonisant -désormais condamné- dans le couloir en insultant tous les galactiques de l'univers.

Fin de séquence, je dispense quelques pH vu que les PJ en ont cramé beaucoup pour survivre jusque là.
Dernière modification par Wenlock le ven. janv. 13, 2012 3:47 am, modifié 9 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Moïse
Initié
Messages : 118
Inscription : mer. sept. 28, 2005 10:44 am
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Moïse » mer. déc. 14, 2011 11:19 pm

Très sympa à lire (je me suis même mis les Chœurs de l'Armée Rouge en fond sonore ;) ).

Si je peux pinailler un peu, il me semble que Vlad (scène 1) a eu le temps d'anesthésier Harmonie (2° dose) et de s'injecter la dernière dose (insuffisante) avant de balancer l'injecteur (vide). Pour la scène 3, je pense que c'est Marcus et Olivia qui ont ouvert le poste de pilotage après négociation (genre : "on veut bien que vous veniez si Harmonie range son fusil à plasma dans l'armurerie").
Wenlock a écrit :[Parce que ça ne m'intéressait guère d'avoir le médecin ET le mécano du bord diminué dès le départ, j'ai préféré éviter les "dommages psychiques" sur le moment et plutôt choisir de torturer Vlad avec cette expérience plus tard, quand il aura un moment calme...]
Damned, il n'a pas oublié !
Wenlock a écrit :b) ces fameux scanners semblent prouver que l'eugénisme médian s'accompagne d'un appauvrissement génétique très dommageable à l'Union et pourrait ne pas être étrangers à l'espérance de vie assez médiocre de toute la nation, ce que ses supérieurs n'ont ni l'envie ni les moyens d'admettre. Néanmoins, ça reviendra plus tard dans la campagne...
Ça me plait ça ! :)

Vivement la prochaine !

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2062
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Wenlock » mar. déc. 20, 2011 9:31 am

Je résume un peu plus, parce que sinon je vais y passer la semaine. Les titres à la con sont évidemment postérieurs à la partie. :)

SÉQUENCE 2 : "Dammage, Control"

On discute brièvement par l'intercom de la possibilité d'aller rechercher Titus, de la navette peut-être bien hors-service, de la lente navigation dans le champ d'astéroïdes, des réparations extérieures, des gens qu'il faudrait réveiller pour les faire et on décide de vérifier tout ça illico : pendant que le chétif Hansou tente maladroitement de se glisser dans un scaphandre de travail pour aller constater les dommages sur la coque, les scanners ou les armes, Vlad et Vincent découvrent l'ingénieur Alan Chiang qui s'est enfermé dans l'atelier (menaçant quiconque veut y rentrer avec un chalumeau) et tentent de le convaincre que les médians n'étant pas vraiment en situation de se passer d'un des rares techniciens à bord, il n'a pour l'instant rien à craindre.
Harmonie et Olivia traversent la coursive éteinte et dépressurisée, atteignent la porte de séparation -automatiquement verrouillée par la différence de pression avec la soute- et la combattante s'échine en vain à contourner les sécurités du panneau étanche. Vlad pourrait essayer de dépressuriser la soute et la cale pour faciliter l'accès vers la navette (et peut-être encore sauver Titus, [les joueurs ayant décidé qu'un bon assistant-mécano serait sans doute utile à leur futur équipage commun] mais, soudain, Tang'Ho annonce une nouvelle alerte : « Ils se réveillent ! Ils se réveillent tous ! ». Et d'un coup, tout part en vrille:
à l'instant où les kommandos ont commencé à broncher, Kay à dégainé son pistolet à impulsion et en a déjà abattu deux avant que Marcus ou ses hommes ne puissent riposter sur la petite soon qui, bottines-contacts aux pieds, échappent à leurs tirs en courant au plafond de la salle de pilotage ; Tang'Ho dégaine à son tour et tire sur Marcus, mais ne parvient qu'à détruire une console de commande ; Harmonie bouscule Olivia et remonte de toute la vitesse de l'exosquelette vers le pont supérieur ; Hansou verrouille la porte du sas où il s'équipait lorsque le premier commando jaillit de la passerelle pour tomber nez à nez avec Vincent : le miles pointe son pistolet et tire sur le commercial quasiment à bout portant, une grosse sphère d'énergie se dresse autour du centauri et se disperse en arcs électriques à travers toute la coursive (f) pendant qu'il assomme le médian surpris d'une décharge de neutraliseur en pleine poitrine. Celui-ci bascule en arrière en envoyant valdinguer son arme mais, bien fixé par ses mag-boots malgré l'apesanteur, il reste accroché, inerte, comme une algue flottant mollement en plein dans la porte.
Un de ses camarades a pourtant eu le temps de lever son shockgun sur Vincent, dont le tire est à nouveau dispersé par le bouclier du centauri qui neutralise son second commando avant que, jaillissant de l'échelle de coupée comme un ressort pour verrouiller le sas étanche derrière elle, Harmonie ne déboule en enfermant Olivia.
A l'intérieur du poste de pilotage : ça défouraille sec jusqu'à ce que Marcus se mette à beugler "Mais arrêter de tirer sur les appareils bordel !!!!".

f) Vincent Panjari étant en effet doté d'un bouclier personnel particulièrement balaise, cadeau de départ de son papa lorsque son fils est parti pour les confins mouvementés de la "galaxie"...


Encoignés de part et d'autre de la porte, Vincent et Harmonie échangent un regard et la médiane donne de la voix, amplifiée par le casque du scaphandre : "Cessez le-feu ! Si on veut s'en sortir il faut arrêter les conneries et coopérer !". En effet, les tirs ont vite cessé (parce que les médians ont "shocké" Kay qui a volé contre une cloison, comme ils le découvriront plus tard), d'autant que Tang'Ho, retranché près du siège du pilote avec son pistolet à impulsion, est dûment couvert par plusieurs commandos. "Marcus ? On peut négocier ? _Que dirais-tu qu'on commence par démagnétiser le pauvre Kyril et qu'on ferme cette porte, pour éviter des débordements ? _D'accord [sitôt dit, sitôt fait et la conversation reprend par l'intercom] On est pas obligés de se tirer dessus, Marcus : on est tous coincés dans le même vaisseau en perdition, il faut réparer, récupérer Titus avec la navette. _Nous avons une mission, Harmonie ! _La situation a changé, Marcus. D'ailleurs soyez raisonnables : les deux seuls pilotes sont sous notre contrôle (NdMJ : Hansou et Olivia), nous tenons les machines, nous tirer dessus ne va faire qu'empirer la situation et, moi, je porte le scaphandre équipé d'un lance-plasma... _Envoie Olivia et on vous rend Tang'Ho. _Ben tiens. Envoie Kay d'abord si tu veux échanger des prisonniers. _Astéroïde en approche rapide, astéroïde en approche rapide ! _Harmonie, il nous faut un pilote maintenant ! _Tang'Ho ! Tang'Ho sait piloter !"
Et, en effet, le "cousin" jette son arme, saisi les commandes et -avec toute l'assistance de son IA locataire et de son operator, parvient presque à esquiver le choc : le bolide ricoche sur la coque, aggravant les dommages et secouant l'équipage... juste assez pour que Marcus et Alan Chiang se trouvent assommé. Julia, commando-infirmière-interrogatrice et officier politique du Secutor prend illico le commandement et, braquant son pistolet à impulsion sur la tête de Tang'Ho, lui ordonne de dégager du siège du pilote. Celui-ci refuse, les galactiques hurlent dans l'intercom et son crâne éclate soudain sous la décharge en répandant du liquide de pression et des cerveau-moteurs partout sur la console de pilotage, à la surprise générale des médians.
[Un seul tir à bout touchant ayant explosé la Limite Critique du pauvre androïde à peu près au moment où il allait se trouver à cours de batterie de toutes façons, Hansou le désactive la mort dans l'âme pour ne pas avoir à assister à l'agonie de son alter-ego...]

Assiégeant une passerelle fermée par une écoutille blindée, les mutins s'accordent sur un plan simple :pendant qu'Hansou et Vincent occuperont Marcus (réveillé) et les médians par une négociation bidon pour l'échange des "prisonniers", Vlad va rerouter le circuit d'air pour qu'il dispense tout le CO² en réserve dans le poste de pilotage [détail technique : des fois que ça serve à la pressurisation ou qu'on puisse le recycler, les vaisseaux spatiaux ne "jettent" généralement pas l'air vicié] et, d'ici quelques minutes, les commandos vont s'écrouler les uns après les autres : il ne restera plus qu'à démonter le sas pour prendre définitivement le contrôle du Secutor.
Sauf que pendant que Vlad bricole et que les diplomates baratinent, Harmonie s'aperçoit par le hublot du sas de coupée qu'Olivia aussi est en train de bricoler quelque chose après avoir démonté une cloison (en fait, les médians ont compris la ruse et la navigatrice tente non seulement de s'ouvrir un passage vers ses camarades, mais également de bricoler les conduites d'air qui passe justement à cet endroit). Réalisant que leur principal tactique va leur échapper (et un peu sur les nerfs depuis quelques heures), Harmonie allume le sas de coupée au plasma : le souffle démonte la porte, qui va assommer Olivia (malgré le scaphandre) avant de s'incruster dans la cloison brutalement fondue... sauf que le feu flashe soudain à travers la conduite d'O², manquant de faire exploser le réservoir (Vlad qui connaît s belle a juste eu le temps de fermer les valves) et crachant un jet de flammes dans le poste de pilotage [et une belle Réaction de "Destruction", une...]. "Dépressurisation ! Dépressurisation !" s'écrie Vlad, mais Harmonie "finit" Olivia d'un grand coup de pied dans le casque avant de la jeter par la trappe de l'échelle, qui est ensuite promptement verrouillée (puisque une grande section du pont inférieur est maintenant ouvert sur l'espace) et, épuisés par tant d'aventures depuis leur réveil brutal, les PJ se replient vers l'arrière du vaisseau pour aviser et casser la dalle ("Bon, au pire, c'est nous qu'on tient la bouffe ! _Ça n'a guère d'importance : les astéroïdes nous auront détruit bien avant que ça devienne un avantage stratégique...").

Harmonie, à bout de nerfs et de force, monte pourtant la garde pendant que son compagnon s'équipe lui-même d'un scaphandre de travail pour retourner bosser dans la salle des machines irradiée avec Hansou et que Vincent interroge Alan Chiang, récupéré dans l'atelier pendant qu'il était encore KO : le petit ingénieur en IA (oui, il y en avait plein le "Blowfish", nous y reviendrons) explique assez volontiers ce qu'il était venu faire dans cette galère, en l'occurrence qu'il rejoignait la station Mantile pour participer à la programmation d'une super-IA sensée gérer l'extraction d'hydrogène sur la planète glaciaire "Boréa" pour alimenter la station [qui, sinon, dépend largement de la géante gazeuse Qin Xuàn et donc des Soon pour sa production d'énergie, voir les images du message précédent... on y reviendra certainement dans la suite de la campagne]. Vincent est encore en train de calculer comment évaluer ce petit "délit d'initié" à son profit lorsque, alors qu'Harmonie prenait un break bien mérité, le Secutor accélère soudain et heurte (volontairement) un astre de plein fouet, assommant presque tous les mutins, sauf l'increvable maman-tueuse.
La porte du poste de pilotage s'ouvre alors sur deux commandos armés de fusils à impulsion qui mitraillent Harmonie et tout le couloir pendant que leurs camarades foncent pour prendre position près de l'échelle de coupée (privée de sas depuis un certain tir de plasma) : la valkyrie enceinte encaisse plusieurs rafales qui surchauffent le bouclier et entament le blindage du scaphandre jusqu'à percer les chairs, mais avant de s'écrouler elle a le temps de riposter au lance-plasma, incinérant une miles, brûlant sévèrement ceux qui couvraient sa sortie, les obligeant à refermer la porte blindée et causant des dommages important à la coursive où toutes lumières s'éteignent malgré les imprécations des autres mutins [et Harmonie de récupérer encore un peu de Tension].
Ne sachant pas vraiment combien de commandos ont pu se déployer, Harmonie ordonne le repli immédiat vers la salle des machines (qui grâce aux efforts des deux PJ techos a déjà arrêté d'irradier et fournit à nouveau un peu d'énergie aux boucliers) alors qu'elle-même reste à couvert dans la réserve. Elle perçoit alors un bruit dans la coursive obscure, braque le projecteur et le shockgun du scaphandre sur un labres qui tentait d'ouvrir l'armurerie (pour s'équiper d'un des deux exosquelettes de combat restant) et l'assomme contre la cloison d'un tir bien placé. Elle le récupère, et son équipement est illico distribué aux autres PJ lorsque la porte des assiégés s'ouvrent à nouveau : Harmonie bondit mais n'a que le temps de voir des silhouettes se glisser dans le poste de pilotage avant que le panneau blindé ne se referme.
De rage, elle brise la nuque du pauvre tech assommé.

A force de chatter "mentalement" avec Vincent et de chercher à ranimer Tang'Ho pour voir ce qui se passe sur la passerelle, Hansou s'est aperçu que plusieurs flux de données parcouraient actuellement le vaisseau : les espèces de "parasites" déjà repérés, un canal radio interne et une espèce d'énorme dump des systèmes du vaisseaux vers un... ordinateur (?) situé dans le poste de pilotage. Après quelques tentatives pour décrypter tout ça, il réalise que la radio du tech défunt est restée ouverte (et que les médians écoutaient donc leurs conversations), que le vaisseau continue d'émettre ces fameux parasites à travers le Maelström... et que l'ordinateur repéré n'est autre que Kay, aperçue ligotée sur un siège par l’œil brièvement réactivé de Tang'Ho !
Bien sûr, dès qu'il mentionne les "parasites" à voix haute, Harmonie et Vlad réalisent que le Secutor doit émettre sur la fameuse fréquence fantôme, appelant d'autres vaisseaux médians à la rescousse ! Mais ce n'est pas la seule révélation : "La petite Soon est un androïde !" explique Hansou aux autres, médusés, "elle dit qu'elle est en train de dupliquer l'interface de commandes pour créer un leurre et prendre les commandes du vaisseau. Elle va avoir besoin de nous pour neutraliser les médians et elle est prête à nous aider à investir le poste de commande en créant l'illusion d'une collision imminente pour faire diversion ! Mais en échange de son aide, elle demande qu'on l'introduise sur la station Mantile sans passer par la douane... Et il faut qu'on règle ça vite parce que quelqu'un a répondu à votre fréquence secrète : Marcus aura bientôt du renfort !"... et à nouveau la lumière s'éteint, ainsi que le chauffage et le circuit d'air : on vient de leur couper l'alimentation de puis le poste de pilotage. Si Vincent et Chiang s'équipent des combinaisons chauffantes les moins ensanglantées prises sur les miles décédés de l'infirmerie, Hansou et Vlad retournent dans la salle des machines après en avoir re-fracturée la serrure que Marcus venait de reprogrammer ("Il s'en lasse pas, le gars..."), sectionnent carrément les câbles de commandes de la passerelle et relance le réacteur, qui n'est plus désormais contrôlable que par eux (mais ça risque de faire un gag intéressant lorsqu'il faudra piloter le vaisseau).

Un peu à court d'options, les mutins acceptent la proposition de Kay et se préparent pour l'assaut pendant que miss IA tricote sa fausse interface de commandes : Vlad soigne les blessures légères, distribuent des drogues de combat ("Ah mais c'est vrai que j'avais ça dans un placard, j'avais complètement oublié..."), briefe ses compagnons sur les faiblesses physiques des combattants adverses [comme j'ai bien aimé l'idée, je lui laisse faire un jet (en tant que médecin de bord et à partir des dossiers de l'infirmerie), dont il pourra répartir la MR en blessures sur plusieurs de leurs adversaires] et s'équipe à son tour d'un scaphandre armé, de même qu'Alan Chiang : "Mais je sais pas me battre, moi ! _Vous savez vous servir d'un exosquelette ? _Ben oui mais... _Alors vous ferez illusion, ainsi qu'une bonne cible et un bouclier pour les autres. Tenez, Vlad va vous faire une petite injection de courage...." Chacun s'arme de son mieux, on prépare des grenades shock [une sphère de métal et de plastique de la taille d'une balle de tennis qui, correctement chargée et minutée, balance une méchant onde de choc dans un large rayon] et Hansou prend la main sur les caméras disponibles (l’œil valide de Tang'Ho, les yeux de Kay et la console de communication par faisceau longue portée), transmettant à Vincent un aperçu de l'ennemi en temps réel, que notre commercial va grâe à sa ruse naturelle transformé en bonus tactique pour ses compagnons...


Image
Le secteur rouge est dépressurisé, le générateur de champs irradie la salle des machines depuis sa méchante surchauffe lors du saut (les Médians ne peuvent pas y rester longtemps, les autres devraient carrément éviter d'y aller), les portes noires sont blindées.


SÉQUENCE 3 : 4 diversions, un mariage et plein d'enterrements...

Quelques minutes plus tard, «Kay» transmet à Hansou (planqué dans la salle des machines, personne n'ayant voulu exposer le dernier pilote de saut vivant) et Vincent que le "faux" astéroïde arrive, Harmonie est déjà prête à déclencher l'ouverture de la porte lorsque Vincent et Vlad contactent Marcus par l'intercom : "Allez, quoi, rendez-nous Kay et Tang'Ho, on vous rend le tech qu'on a assommé.". Marcus n'est pas dupe de cette tentative pour le distraire, il n'est donc pas surpris non plus lorsque Hansou tente de hacker les commandes du vaisseau et pare aisément la tentative... mais l'arrivée soudaine d'un astéroïde le prend un peu au dépourvu et, lorsqu'il s'aperçoit qu'il n'a en réalité déjà plus le contrôle du vaisseau, une partie de ses hommes est bien trop occupée pour se retourner vers la porte qui s'ouvre soudain sur trois scaphandres de combat en balançant des grenades neutralisantes.
Mais il reste bien assez de kommandos -dont le colossal "Cassius" dans l'exosquelette ramené par Olivia lorsqu'elle a réintégré la passerelle- pour ouvrir un feu nourri sur la charge des mutins : après avoir abattu le bouclier de Cassius à coups de shockgun, Harmonie se fait descendre presque illico et Vlad n'a que le temps de la pousser hors des tirs avant qu'on ne leur tombe dessus au contact. C'est alors que non seulement les grenades tonnent en assommant plusieurs médians, mais qu'une brutale collision secoue toute la structure et en étale plusieurs autres : le "faux" astéroïde de Kay en était un vrai ! C'est aussi le moment où Vlad fonce vers Cassius, dernier ennemi debout, encaissant une longue rafale d'impulsion et s'écroulant dans son sang avant d'avoir inquiété le musculeux miles en armure, mais donnant le temps à Harmonie de se relever et de repasser à l'attaque. Alan Chiang est alors submergé par la surdose d'adrénaline (les dopes de combat médianes sont pas du tout conçues pour son métabolisme... et puis ça permettait à Lapin Blanc de le jouer, plutôt que de passer tout le combat sans agir) et se rue sur l'ennemi en hurlant comme un damné : les deux exosquelettes basculent contre une console -qu'elles broient impitoyablement sous leurs poids conjugués- et sont encore en train de s'empoigner lorsque Harmonie, dégainant un grand coutelas et bondissant par-dessus une autre console pour les rejoindre, manque de peu d'égorger Cassius à travers le scaphandre. Celui-ci parvient à repousser Chiang et sèche net la valkyrie d'une grande manchette à travers le casque, de toute sa force augmentée par les vérins hydrauliques : il ne lui reste plus qu'à achever le petit ingénieur... Mais une décharge d'impulsion lui claque soudain dans la visière : Vincent Panjari l'allume depuis l'entrée ! Les deux armures mécaniques échangent encore quelques gnons et, se retrouvant enfin à distance suffisante, s'envoient des rafales en bousillant une console de plus au passage. Mais le soutient du centauri donne finalement l'avantage à Chiang, qui malgré ses propres blessures parvient à placer un bon tir sur Cassius, qui perd pied, et vide finalement la mitrailleuse de son exosquelette dans le corps du médian.
Encore tout abasourdi de sa victoire, Chiang se tourne vers Panjari... lorsque Julia, qui vient de reprendre conscience, lui tire deux décharges dans la poitrine, traversant le blindage déjà très malmené et tuant l'héroïque petit ingénieur. Vincent riposte et fait éclater la tête de la soviétique puis, à bout de nerfs et complètement déboussolé par son premier meurtre, pète complètement les plombs [réaction "Aucune limite !"] et commence à abattre un par un tous les ennemis encore assommés, massacrant ceux qui sortaient des vapes et tentaient de riposter, flinguant la navigatrice qui faisait mine de bouger, flinguant tout ce qui bouge jusqu'à trouver Marcus : à l'instant où il allait tuait le capitaine médian, Kay intervient pour l'en empêcher et Panjari se contente de lui éclater un genou pour finir de se défouler.
Et puis, au beau milieu de la passerelle dévastée, enfin atteint par l'horreur de la situation et l'ampleur de son geste, Vincent s'effondre dans le siège du pilote (encore couvert des morceaux de la tête de Tang'Ho) en soliloquant que son père l'a envoyé à la mort chez les barbares.

Harmonie reprend conscience, constate que Vlad est gravement touché mais pas encore dans un état critique [comme elle, il a juste été "vaincu" dans le Duel, donc mis sur la touche jusqu'à la fin], vérifie par l'intercom que Hansou va bien, se penche avec regret sur le malheureux Chiang -"C'est bête, lui, je l'aurait bien embauché pour notre futur équipage..."- et s'inquiète un instant du commercial couvert de sang (ça gicle fort, quand il n'y a presque pas de gravité) qui balbutie tout seul en jouant avec une arme (pas tout à fait déchargée). Hansou a d'aillerus réussi à démonter des panneaux de la salle des machines pour bientôt ouvrir un passage vers la cale, donc la soute et les pièces de rechange du générateur de champs, mais il réalise bientôt que les différents chocs ont dégagé la navette hors de ses fixations et l'ont broyée contre les parois [les joueurs n'ayant plus assez de points de vaisseau pour se payer une navette ont donc décidé que celle du Secutor était détruite, ça fait partie des achats et améliorations qu'il leur faudra gérer plus tard].
Mais Kay les rappelle vite aux affaires courantes : le Secutor LXII a répondu à l'appel de Marcus et, arrivé à seulement quelques km de leur position, l'impressionnant croiseur cetan, capturé jadis et réarmé par les soviétiques, scanne actuellement le Maelström à leur recherche... [même que les PJ ont eu bien du bol que je foire tout mes jets de scanner].

A cet instant, le Secutor LVI souffre de plusieurs sas et panneaux étanches détruits ou déverrouillés en force (le pont supérieur n'est donc plus tellement "cloisonnable" et sa coursive a subit de gros dégâts), d'un gros trou dans la coque au pont inférieur (dépressurisé, à part la cale et la soute), d'un générateur de champs grillé, de scanners et systèmes d'armement encore largement en rideau, d'une propulsion réduite de moitié (et dont les commandes ont été sectionnées), 3 postes de commandes sur 6 ont été irrémédiablement détruits (donc trois personnes seulement peuvent maintenant faire équipe pour manœuvrer, tirer, naviguer... heureusement le poste du pilote n'a presque rien qu'une connexion neurale brûlée), un considérable brouillard de sang obscurcit tout le poste de pilotage et une grande part du pont supérieur, la navette est détruite, un scaphandre de travail et son occupant perdu... et le vaisseau continue de dériver dans un nuages d'astéroïdes instables.

Fin de la séquence, j'arrose tout le monde de pH (faut dire que plus personne n'en a, ils ont tout claqué dans le dernier combat), Vincent Panjari bénéficiant d'un bonus pour son action décisive et son roleplay grandiose, ainsi que de dommages psychiques qui l'occuperont un moment...
Voilà où qu'on en est resté. Lors de la prochaine séance (début janvier), nos héros devront réparer avant que le croiseur ennemi ne les trouve et se tirer de là avant que les astéroïdes n'aient fini de broyer le vaisseau : c'est pas encore tout de suite qu'ils pourront se reposer...

>>sauter directement à la suite
Dernière modification par Wenlock le jeu. janv. 12, 2012 6:43 pm, modifié 8 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Argentarbre
Profane
Messages : 23
Inscription : ven. août 06, 2010 1:11 pm
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Argentarbre » mar. déc. 20, 2011 10:00 am

Wenlock a écrit :J On discute brièvement par l'intercom de la possibilité d'aller rechercher Marcus,


C'est pas plutôt Titus ?

Sinon, bravo pour le résumé du bazar, ça rend bien l'atmosphère de huis-clos en enfer. Et puis j'adore la "maman tueuse" (toujours mieux que "soccer mom") et la Valkyrie enceinte ! :P

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2062
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par Wenlock » mar. déc. 20, 2011 6:58 pm

"Titus" corrigé, l'injecteur corrigé et j'ai même ajouté les notes d) et e) que j'avais oublié dans le premier message.
Ça intéresse des gens que je donne les caractéristiques du vaisseau ?
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
agone35
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1905
Inscription : jeu. févr. 11, 2010 2:58 pm
Localisation : Back to Breiz
Contact :

Re: [cinÉtic] Système, commentaires et CR de campagne(s)

Message par agone35 » mar. déc. 20, 2011 7:00 pm

Wenlock a écrit :"Titus" corrigé, l'injecteur corrigé et j'ai même ajouté les notes d) et e) que j'avais oublié dans le premier message.
Ça intéresse des gens que je donne les caractéristiques du vaisseau ?
Voui, moi au moins! :)

Répondre