[cinÉtic] Système, commentaires, CR de campagneS (Index p1)

Pour développer idées, projets de jeux, univers, règles et scénarios
Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires, CR de campagneS (Index p1)

Message par Wenlock »

lordsamael a écrit :hello Wenlock
Le systeme cinÉtic va etre publié ? il servira de corpus de régles pour un univers ? Gratuit ou Publication type lulu ou chez un editeur ?
++
Tiré d'un peu plus haut dans la même page :
Wenlock a écrit :Mais pour la publication, je ne suis (malheureusement) pas en situation de le faire actuellement : ça représente des 100aines d'heures de taf, en rédaction, maquette, illustration (même en restant "minimal"), distribution... Et comme je travaille en freelance, ce sont des heures que je ne peux pas y mettre à moins que j'en tire du blé.
Je connais la solution à ça depuis plusieurs années, maintenant : kickstarter le jeu. Sauf que dans le marché d'aujourd'hui, pour que je puisse réussir une levée de fond de ce genre (qui nécessite déjà quelques 10aines d'heures de boulot rien qu'en com'), il faudrait qu'on m'accorde bien plus de crédit que je n'en ai actuellement auprès des rôlistes francophones.
Peut-être que ça viendra un jour : peut-être que dans quelques années, j'aurais signé quelques boulots sérieux en JdR ou acquis assez de réputation pour considérer que ça vaut le coût de me lancer, mais c'est pas encore le cas.
Après, je continue de mettre les documents actuels (pas "propres" mais complètement jouables) à la disposition des gens qui veulent play-tester.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Ackinty
Messie
Messages : 1199
Inscription : dim. sept. 13, 2009 3:27 pm
Contact :

Re: [cinÉtic] Système, commentaires, CR de campagneS (Index p1)

Message par Ackinty »

Concernant ta réputation, t'es sérieux ?
Il me semble aujourd'hui que tu fais partie des références dès que ça cause jdr-ologie, et entre D3 sur Casus, tes rubriques de l'époque dans di6dent et les podcasts sur radio roliste ou chez nos amis suisses, les ceusses qui n'avaient pas entendu parler de toi devraient avoir réparé leur erreur, non ?
"Genre, c'est pas nécessairement des trucs de narrativistes végans pro-justice sociale ni rien." (Pogorzelski)
"Minecraft, c'est le Dogs in The Vineyard du jeux video" (FibreTigre)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires, CR de campagneS (Index p1)

Message par Wenlock »

Je suis très sérieux, oui.
J'ai en effet acquis un peu de renommée comme "commentateur" de JdR, mais à l'heure actuelle je n'ai publié qu'un seul système (D3) et même si j'ai quelques autres trucs dans les tuyaux (les Journées d'Études à Paris 3-13 en juin, d'autres articles dans d'autres publi, le possible développement du système Ombrage, et divers trucs pas encore racontables...), je ne crois pas représenter encore une garantie suffisante comme "créateur de jeu" pour Kickstarter cinÉtic. C'est pas de la fausse-modestie (ni de la vraie, d'ailleurs), c'est du marketing. :)
Il se peut tout à fait que ça finisse par venir, néanmoins. Mais ça nécessitera que j'acquière d'abord de la visibilité et surtout de l'expérience éditoriale en publiant d'abord du matos "grand public" (des univers, des scénars, etc.) pour des éditeurs ayant pignon sur rue...
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Extrême-Orion continue ! (1)

Message par Wenlock »

EXTRÊME-ORION continue !
Ces derniers mois, j'ai du rédiger à l'usage de mes joueurs une série de textes-bilans de la campagne EXTRÊME-ORION. D'une part parce qu'on avait plus l'occasion de jouer très souvent et qu'on oubliait des trucs, d'autre part parce que l'univers et les enjeux s'étaient considérablement compliqués depuis qu'on en a fait une campagne d'espionnage-action dans l'espace.
Dernièrement, je me suis dit que ce serait peut-être pas une connerie de les publier ici, vu qu'il y avait jadis des lecteurs avides de nos compte-rendus...

Note : pour ceux qui s'intéressaient à la campagne TAL ENDHIL, par contre, je vous rappelle que tout son contenu est disponible sur le wiki des Marches du Nord (donc plein de Compte-Rendus de parties dantesques, des règles, des cartes, des illus, des infos à foison, tout ça consultable publiquement : have fun, don't get lost...).

Pour ceux qui prendraient notre saga spatiale en cours de route ou qui aurait besoin de se rafraîchir la mémoire, commençons donc par un...
Récapitulatif de la campagne jusqu'ici :

1] UN PEU D'HISTOIRE GALACTIQUE
Environs deux siècles après notre époque, l'humanité a réussi à coloniser l'espace jusqu'à quelques 40 années lumières du Soleil. D'abord avec des "vaisseaux-générations" remplis de pauvres (donc l'espace est plein d'Asiatiques, de Moyen-Orientaux, d'Africains... et les p'tits blancs sont ultra-minoritaires) qui ont mis des décennies à atteindre leurs destinations, tout en triturant sévèrement le génome de pauvres cobayes pour qu'ils résistent mieux aux nombreux problèmes de santé que posent la vie dans l'espace : on appelle ces méta-humains des "Genos".

Avec les nouvelles colonies, une poignée de grosses nations spatiales ont émergées et se sont rassemblées en une "Fédération Galactique" qui ressemble assez fort à ce que serait l'ONU si elle était vérolée par les corpo. Quand l'humanité "pure" du noyau galactique a commencé à s'inquiéter de ce que son pool génétique soit pourris par les mutants des colonies lointaines, une tentative malheureuse de les stériliser (voire de les euthanasier) en masse a aboutit d'abord à la fondation de l'Union Géno-Soviétique de Sirius (UGSS), puis à la terrible "Première Guerre Galactique" entre la Fédération et l'UGSS.
Après que les Soviétiques aient conquis l'une des plus grandes routes interstellaires, la Médiane de Sirius (et tous les mondes voisins) au prix de 10aines de millions de morts de part et d'autres, le conflit s'est terminé sur un match-nul : les "Médians" se sont isolés des "Galactiques", ils ont fait de l'eugénisme soviétique une doctrine d'état et la Fédération est passée en mode "guerre froide" pendant plus de 40 ans.
Et puis la technologie a rattrapé l'Histoire et, grâce aux nouveaux vaisseaux plus rapides que la lumière, l'expansion humaine a repris bien au-delà de l'espace médian, redécouvrant des colonies qu'on avait complètement oubliées depuis parfois plus d'un siècle...
_______________________________

2] LE TRIANGLE D'OR·ION
Secteur spatiale récemment rattrapé par la modernité "galactique", le Triangle d'Orion s'étire entre la presque moderne station Mantile (notre Taïwan de l'espace, si vous voulez), toute proche du Sultanat de Khem (une puissante monarchie indépendante où l'on pratique l'Islam sunnite, l'extraction d'hydro-fuel et la cybernétique), la lointaine République Pollienne (une jeune colonie prospère, dynamique et joyeusement bordélique) et la gigantesque station Keid, le grand astroport vers les mondes "avancés" du noyau galactique fédéral (donc Sol, la Terre, Alpha du Centaure et tout ça).

Image
Évidemment, ceci est une pauvre représentation plate et schématique d'un espace en 3 dimensions, c'est pourquoi certaines flèches désignant les nations voisines pointent "vers le haut".

En plus d'être une zone-frontière vaguement "sauvage", morcelée, pourrie par les corpo, la piraterie, le quasi-esclavage des colons et particulièrement des Clones (parce que, dans le coin, on avait besoin de main d'œuvre alors on a pas trop lu le mémo fédéral sur l'interdiction du clonage humain) et donc les conflits génético-politiques, le Triangle abrite quatre enjeux astro-stratégiques majeurs :

l'Empire Soon est en fait une petite nation féodale fondée sur le clonage, mais que la Fédération essaye pourtant d'intégrer parce qu'elle est très précieuse. En effet, sa principale planète, MonSoon (la planète-mousson), est un des très rares exemples de terraformation réussie, ce qui veut dire qu'elle fournit tout le secteur en nourriture "même pas poussée en cuve" (le rêve), mais surtout en Sève : un puissant alcaloïde qu'on utilise volontiers comme psychotrope récréatif (très addictif), mais dont le principal usage est de considérablement faciliter les connexions neuro-cybernétiques si prisées chez les Galactiques (où tout le monde a une puce d'identité dans le bras et, souvent, une broche dans le crâne).
Malheureusement, comme la Sève est issue d'une plante qui ne pousse vraiment bien que sur une vraie planète tropicale, l'Empire Soon en est un des principaux exportateurs et les corpo comme la Fédération sont donc prêtes à lui passer tout un tas d'excentricité politiques (sa société de castes et ses esclaves clonés, pour commencer). Évidemment, cet alcaloïde est en train de motiver un conflit qui ressemble beaucoup aux anciennes guerres de l'opium, inspirant le nom de l'univers de jeu...

le Maelström est une super-nova qui a pété au milieu du Triangle il y a plus de deux siècles : le super-nuage de débris, de magma et de radiations mesure maintenant près de 6 années-lumières de rayon et une myriade de petite stations minières en exploitent les franges (parce qu'à une échelle "astronomique", même les méga-explosion s'étendent lentement). Évidemment, ça veut dire que d'ici quelques siècles, tout le secteur risque d'être absorbé mais on en est pas encore là... Pour l'instant, ça fait surtout une espèce de super-tempête sphérique et intraversable en plein milieu du secteur. Ce qui tombe presque bien, en fait, puisque de l'autre côté...

l'Espace Médian borde le Triangle sur sa plus grande longueur. Et, vu le soutien des Soviétiques à tous les mouvements de libération des clones ou de syndicalisme minier, tout porte à croire que la longue guerre froide va bientôt s'achever par une invasion de tout le secteur par les terribles Médians, monstres génétiques surhumains.

● À la pointe la plus lointaine du Triangle, les riches républicains Polliens ont un gros problème : leur territoire, et tout particulièrement celle de leur trois planètes habitées qu'on appelle Saratan (autre terraformation "presque" réussie, sauf que chez eux c'est plutôt le Labrador en automne : plein d'îles dispersées sur un vaste océan froid), sont bordés par les plus proches colonies de l'UGSS.
Les récentes grèves étudiantes planétaires (!), les manifestations de pêcheurs et paysans mécontents (car on arrive quand-même à faire pousser quelques céréales et du hareng sur Saratan) comme le récent terrorisme "d'extrême-gauche" semblent démontrer que nos braves Polliens sont en tête de liste de l'invasion médiane...
Sauf qu'ils ont pas d'armée (y avait pas besoin, avant) : ouch.
Alors, en réaction à une menace que le reste de la Fédération refuse de prendre au sérieux (ou n'a pas envie d'affronter à nouveau : au choix), ils ont récemment fondé la CoordEx, soit le Bureau de Coordination Extérieure des services de sécurité polliens : une espèce de "service national secret" où des troupeaux de volontaires patriotes, criminels en quête de rédemption et autres mercenaires étrangers s'engagent chaque jour plus nombreux parce qu'on leur promet l'aventure et que la paye est bonne.
Imaginez le SOE britannique, mais financé en secret par un gros conglomérat de marchands et de banquiers, dirigés par quelques politiciens-aventuriers et largement composé d'amateurs enthousiastes qui n'ont pas fini de lire "l'Espionnage pour les Nuls" : ils avaient bien besoin d'une bande de barbouzes sans scrupules...

Précisons pour ceux qui peineraient à décrypter mes titres-calembours que tout ça est très inspiré des Mers de Chine en pleine période coloniale, l'opium du Triangle d'Or, la Compagnie des Indes Orientales, la montée du Kuomintang, etc.
_______________________________

3] LES PROTAGONISTES
Nos PJ sont (presque comme d'habitude) une bande disparate de mercenaires de l'espace voguant à bord de leur vaisseau composite et maintes fois retapé, La Chimère. Officiellement, ils forment une société indépendante de "sécurité spatiale", mais leurs activités vont en fait du pillage d'épave aux opérations clandestines et, depuis quelques épisodes, jusqu'à l'espionnage quasi-professionnel...
Comme chacun des 4 joueurs jouent plusieurs perso, les "Chiméronautes" comptaient jusqu'à récemment :

Vincent Panjari, plus ou moins commandant du vaisseau, en tous cas PDG de l'entreprise, était un riche cadre corporatiste centauri (c'est à dire issu de la nation-corpo qu'on appelle le "Consortium du Centaure"). Suffisamment escroc pour que ça se voit "trop" (c'est dire), ses patrons l'ont exilé vers la Frontière galactique. En arrivant par un vaisseau-cargo très en dessous de son standing habituel, il a rencontré son pilote...

Hansou Carlo est éridien (de la Constellation d'Eridan, la nation des "gypsies compagnies", les bohèmiens-explorateurs-marchands qui ont découvert le secteur d'Orion) : programmeur (et hacker) de formation mais pilote interstellaire par vocation (tout récemment diplômé sur simulateur), c'était au départ une chiffe-molle toujours branchée sur le Stream (le réseau interstellaire) et qui n'avait de vie sociale que via les réseaux sociaux ou son androïde téléguidé, Tang'Ho (joué comme un second perso). Depuis, il s'est un peu dégourdi...

Harmonie est une super-tueuse médiane formée à la Patriæ Obses ("PatrOb"), le KGB des Médians. Affectée au programme "Secutor", consistant pour le renseignement militaire médian à faire de la reconnaissance dans le Triangle d'Orion en se faisant passer pour de simples pirates de l'espace, elle est "passée à l'ouest" suite à une série d'événements compliqués qui se sont déclenchés lorsqu'elle menait une attaque contre le vaisseau-cargo des deux perso précédents.
Elle a en fait changée de bord "en famille", puisqu'elle était alors enceinte avec son amoureux...

Vlad est un super-scientifique médian qui sait presque tout faire, de la biologie à l'ingénierie de pointe en passant par les mathématiques et l'astrophysique. Sauf qu'après avoir ouvert sa gueule sur la délicate situation génétique dans laquelle s'est mise l'UGSS (l'eugénisme, ça produit peut-être des surhommes mais ça risque de condamner toute la nation à l'extinction dans pas longtemps), il a été "soviétiquement promu" médecin et mécanicien de bord d'un équipage de Secutor, où il a bêtement mis enceinte la précédente alors que ça devait être une mission-suicide.

Après s'être débarrassé de l'équipage médian pour s'emparer du vaisseau « pirate » hybride lors d'une aventure épique (cf. Épisode 1), ces quatre personnages "principaux", désormais associés dans leur propre entreprise de mercenariat spatial, ont recruté des employés non-moins bigarrés pour leur première mission de pillage d'épaves (cf. Épisode 2) :

Sophia & Amar sont un jeune couple de Nibelen (des "genos" avec de l'ADN de primates, très "Planète des Singes" mais cybernétisés) : elle est navigatrice et pilote de navettes, il est informaticien et opérateur de drones.
→ Durant l'épisode 10, ces deux "semi-PNJ" ont fini par quitté l'aventure, considérant (à raison) que les risques mortels encourus tous les deux jours ne valaient pas le salaire qu'on leur versait.

Jackson Ibrahim est un vétéran de "la Royale", la flotte militaire de la Monarchie de Ceta (qui est un peu notre "empire britannique de l'espace", d'ailleurs vaguement anglican) : combattant expérimenté, navigateur et pilote chevronné, il a été viré quand il s'est converti au soufisme. C'est un peu le Azeem de Robin des Bois, prince des Voleurs : le guerrier musulman civilisé chez les barbares, mais avec un blaster et une coupe afro.

"Jiang-Jia", aka "Jiang-Marcus" est un clone de la caste ouvrière échappé de MonSoon et embauché comme assistant-mécano par Vlad. D'abord le side-kick comique de la bande, les autres ont depuis découvert qu'il était d'abord plutôt doué pour la furtivité et, surtout, une sorte de messie pour ses frères (enfin, ses clones, quoi) : puisque il est le seul à avoir dégotté un "vrai job" (!), son (maigre) salaire est employé à subvenir aux besoins de plusieurs dizaines de ses camarades évadés, planqués dans les bas-fonds de la station Mantile.

Wendy Chô est une espèce de bimbo décolorée qui a été secrétaire médicale, puis junkie, dealeuse de dope, brièvement taularde, stripteaseuse et finalement serveuse dans une cafétéria avant que les Chiméronautes ne l'embauchent comme secrétaire-infirmière-émissaire auprès de la Pègre. Quand son décolleté, son aplomb ou sa vulgarité ne suffisent pas à lui obtenir ce qu'elle veut, elle sait jouer du couteau (non mais).

Durant l'Épisode 6, les neuf Chiméronautes ont fait une nouvelle connaissance, qui a officiellement été intégrée à l'équipage vers la fin de l'épisode 7 :
Dunya M'Baraka a grandit sur Mars, dans une famille tout ce qu'il y a de plus bourgeoise, jusqu'à ce qu'elle se rapproche d'abord des milieux "révolutionnaires" durant ses études d'ingénieure (en télécommunications), puis qu'elle se convertisse carrément à l'Islam (chiite). Après une sombre affaire de terrorisme sur Mars et une fuite éperdue vers la frontière galactique, elle a échoué dans un équipage de pirates : la cohabitation s'est modérément bien passée, puis leur vaisseau a été abattu... avant qu'elle soit prise en stop par notre bande de mercenaires cinglés chez qui l'Islam (sunnite et soufi) voisine tranquillement le féminisme, le communisme, les plus bas instincts capitalistes et les fusils d'assaut. Alors, comme on lui permettait enfin d'y être elle-même, elle est restée.

À la fin de l'Épisode 10, le départ des Nibelen Amar & Sophia a été comblé par le recrutement de deux nouveaux PJ :
Sergio Segundo, dit "le Stagiaire" est un jeune et bouillant patriote pollien : pilote de courses spatiales (le sport national pollien) puis brièvement sous-officier sur une frégate marchande appartenant à son influent grand-père, celui-ci l'a envoyé à la CoordEx lorsqu'il s'est porté volontaire pour défendre sa chère république contre l'imminente invasion médiane. Histoire de le former, la CoordEx l'a refilé aux Chiméronautes avec ordre de filmer tout ce qu'ils font "à fin de documentation pédagogique".

Morgan Sloane est une chasseuse de prime centauri qui a fait ses classes chez Sagitar Corp, la plus grosse armée privée de la galaxie, avant de s'installer comme capitaine d'un vaisseau équipé pour la traque interstellaire. Et puis un jour elle s'est mise en chasse des Chiméronautes et sa vie, son vaisseau, son équipage, sa carrière, tout est complètement partie en vrille.
Désespérée mais compétente, sur-armée et cybernétisée, elle s'est engagée auprès de la CoordEx... et, là, devinez qui elle retrouve ? Mais noooon, elle n'est pas rancunière : elle est juste chargée de les surveiller depuis qu'ils ont fait des conneries...
Dernière modification par Wenlock le lun. mars 23, 2020 12:23 pm, modifié 12 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Extrême-Orion continue (2)

Message par Wenlock »

LES 6 PREMIERS ÉPISODES, ultra-résumés

Épisode 1 : "MUTINERIE"
Tout commence lorsque l'Andaman Blowfish, vaisseau-cargo éridien piloté par Hansou (c'est son premier vol interstellaire !) et emmenant Vincent vers Orion est abordé par de faux pirates qui sont de vrais espions médians du programme Secutor. Durant l'attaque, Vlad et Harmonie se fâchent avec leurs kamarades pour des raisons de "priorités dans la vie" et finissent au cachot avec les deux Galactiques captifs.
Avec l'aide inespérée de Kay, une passagère "soon" qui se révèle être une androïde-ninja habitée par une très puissante Intelligence Artificielle (si, si), nos quatre héros arrivent à s'emparer du vaisseau « pirate », à échapper à un second vaisseau médian -le redouté Secutor LXII- puis à atteindre la station Mantile.
Là, en négociant très fort et en magouillant beaucoup, ils deviennent propriétaires du vaisseau hybride qu'ils baptisent La Chimère...

LA STATION "MANTILE"
Comptoir corporatiste presque civilisé entre Keid, le Sultanat de Khem et l'Empire Soon, cette ville de 50.000 habitants en orbite autour d'une planète désolée nommée "Coldust" est surtout le passage obligé vers MonSoon ou vers les mondes polliens. En plus de nombreux commerces et hôtels, du siège local de la méga-corpo
Uran Banner (qui a construit la station), de logements de luxe et de bas-fonds insalubres (où se cachent des réfugiés "Jia", la caste ouvrière clonnée de l'Empire Soon), Mantile possède un astroport "problématique" :
profitant de l'extra-territorialité de l'installation, des "gypsie compagnies" éridiennes, des errants de toutes la galaxie, des Khemites et même d’inacceptables "Genos" squattent l'astroport, leurs vaisseaux accrochés en vrac à la station pour former une zone de non-droit appelée "
la Grappe".

Image


Épisode 2 : "FUSION"
Après avoir introduit Kay en fraude sur Mantile (?) en échange de son aide à l'épisode 1, les PJ sont secrètement embauchés par un agent clandestin d'Uran Banner : Mr Kalimantan. La méga-corpo comptait en effet se débarrasser de "la Grappe" en coupant sa source d'énergie quand un ambassadeur du Sultan khemite (qui cherche à établir des contacts vers MonSoon et sa Sève) vient d'y mettre aux enchères un énorme réacteur à fusion : si les gypsies ou d'autres indésirables l'achetaient, "la Grappe" deviendrait autonome et Mantile ne pourrait plus jamais s'en débarrasser !
En menant à bien leur magistrale opération de sabotage du-dit réacteur, les PJ rencontrent le Conseiller Maranga, entrepreneur-aventurier-politicien pollien en quête d'appuis politiques dans la Fédération...

Épisode 3 : "SPACE HULK"
Après avoir retapé leur astronef et embauché du personnel (Amar & Sophia, Jackson Ibrahim, Wendy Chô et Jiang-Jia), les désormais 9 "Chiméronautes" sont missionnés par une gypsie compagnie pour récupérer l'épave et la cargaisons perdues du cargo Andaman Blowfish, dont les PJ sont les seuls rescapés.
Mais avant le départ, des agents khemites tombent sur Vincent Panjari : sachant que son équipage a saboté leur ventes aux enchères, ils promettent de le décapiter pour offrir sa tête à leur Sultan... à moins que le roué centauri ne leur rendent un service très spécial : dégager un certain vaisseau khemite qu'ils trouveront sans doute près du Blowfish, et ce sans jamais en parler à personne (!?).
Fouillant l'espace intersidéral, les PJ découvrent effectivement un étrange cimetière de vaisseaux, habités par de non-moins étranges mutants naufrageurs : La Chimère tombée dans leur piège, les PJ devront lutter pour leur survie...

Épisode 4 : "LABYRINTHE"
Les PJ sont toujours cloués sur l'amas d'épaves et d'astéroïdes qu'ils ont baptisé "Sergueï", quand le redoutable croiseur pirate/médian Secutor LXII retrouve leur piste et bombarde La Chimère immobilisée. Bientôt poursuivis par les commandos médians et harcelés par les mutants-naufrageurs, cavalant après les sources d'énergie pour alimenter leurs scaphandres rapiécés avant de tomber à court d'air, nos PJ s'engagent dans une course contre la mort à travers les entrailles du cimetière d'épaves...
Alors que tout semble perdu, ils découvrent enfin un puissant destroyer khemite, abandonné de tout son personnel car coincé depuis des mois parmi les décombres (!), bien loin du territoire de Khem et en violation de tous les traités. Désincarcéré à l'explosif par nos héros, le destroyer prend soudain son envol (tiens, encore une IA...) pour coller une branlée au Secutor LXII, qui s'enfuit sans demander son reste.
Pendant que le vaisseau khemite autonome s'en retourne chez lui sans un au-revoir, les PJ épuisés regagnent enfin leur Chimère malmenée par les bombardements...

Épisode 5 : "COMPTE-À-REBOURS"
Mais avant de pouvoir à leur tout quitter Sergueï, les PJ devront affronter le maître des mutants : le terrible Professeur Gregorius, génie de la génétique et renégat médian, dont le propre vaisseau géant est lui-même enterré depuis des décennies au cœur du cimetière d'épaves ! Maintenant capable de s'en dégager grâce aux ressources informatiques volées aux Chiméronautes, il vient de déclencher la mise à feu qui le lancera vers d'autres horizons, détruisant l'amas au passage et nos héros avec...
Mais c'est sans compter sans la technologie galactique et l'ingéniosité des PJ : ils parviennent à retarder le compte-à-rebours assez longtemps pour réparer La Chimère, trouvant même un moment pour piller allégrement quelques épaves en s'échappant juste avant l'explosion fatidique !

Épisode 6 : "TRANSIT"
Rentrés vers Mantile par un saut interstellaire d'urgence qui cause d'énormes dégâts sur la station, les actionnaires de La Chimère subissent une amende exorbitante qui pourrait bien les mette sur la paille. Ils apprennent surtout que, en leur absence, l'ambassadeur de l'Empire Soon a été assassiné par une prostituée galactique (?), menaçant l'équilibre diplomatique de tout le secteur. Découvrant bientôt que la meurtrière n'est autre que l'androïde Kay et qu'elle a pris la fuite, les PJ acceptent de traquer la fugitive pour le compte d'Uran Banner, ne serait-ce que pour se blanchir de leur propre "complicité" dans l'affaire (cf. épisode 2).
Avec l'aide de leur nouvel ami pollien, le Conseiller Maranga (à qui ils ont fournit une preuve indiscutable de la menace médiane : la "boîte noire" d'un cargo arraisonné par le Secutor LXII, qu'ils ont trouvé sur Sergueï), les Chiméronautes se lancent sur la piste de l'androïde-tueuse. Mais d'accidents idiots en délits manifestes, les PJ vont s'attirer beaucoup d'ennuis en chemin, y compris de lourds dommages causés cette fois au grand astroport éridien de Keid et un crash à la périphérie du Maelström...
Le temps d'en sortir est de revenir vers la civilisation à vitesse "conventionnelle", Vlad extrait sa fille des entrailles de son aventureuse compagne et la place dans une couveuse (ultra-renforcée) pour la fin de sa gestation : ils baptisent l'enfant Gaïa.
_________

Après les 6 premiers épisodes, l'essentiel de l'exposé "mécanique" étant fait et comme ça me prenait un temps fou, j'ai cessé de faire des comptes-rendus avec le même niveau de détails.
M'étant arrêté il y a quelques mois en plein milieu de l'Épisode 7, je vais maintenant reprendre de là, mais plus brièvement...
Dernière modification par Wenlock le lun. mars 23, 2020 12:36 pm, modifié 6 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: Extrême-Orion continue (3)

Message par Wenlock »

Épisode 7 : "FUGITIFS" (suite et fin)
Quoiqu'elle soit disponible dans les pages précédentes, je vous résume la première partie du CR :

Suite à la destruction d'un bout de leur astroport lors du décollage en catastrophe de La Chimère (voir Épisode 6), les autorités de Keid confient le cas des PJ aux chasseurs de primes du BlackHawk, vaisseau de classe "ranger" commandé par la capitaine Morgan Sloane (alors un PNJ). Ça n'empêche pas nos (anti-)héros de continuer à poursuivre Kay: remontant sa piste d'astroport en station-relais, ils atteignent une planète minière en pleine effervescence et font escale dans la grande cité-puits de Langton.

Avec l'aide d'un agent du Conseiller Maranga, le Khemite Idir Hassan Al-Maghawir (1), ils découvrent la destination de l'IA fugitive : Naïn-Naïn (2), une station spatiale abandonnée parce qu'engloutie dans le Maelström, secrètement devenue un repaire de pirates.
Rejoindre Naïn-Naïn est un voyage très dangereux, auquel les pirates eux-mêmes ne se risquent qu'à l'aide de navigateurs aux broches neurales spécialement modifiées, et de cartes spatiales jalousement gardées décrivant les variations du Vortex : une sorte de "tunnel" instable dans le Maelström, créé par le cône d'ombre d'une planète peu à peu dévorée par la supernova, et derrière laquelle se cache la station-pirate, suspendue au bord de l'anéantissement...
Bien sûr, l'endroit est entièrement "hors-réseau" : il n'y a rien pour guider les vaisseaux, pas d'ingérence fédérale, pas de système bancaire (les transactions s'y font donc en unités énergétiques : complètement intraçables). Encore plus intéressant pour les PJ, Naïn-Naïn semble également être la source de la "fréquence-fantôme" qui distribue leurs ordres de missions aux différents équipages médians du programme
Secutor.
Nos anti-héros sont donc bien décidés à se rendre sur place, pour confronter leurs Némésis et trouver de nouvelles preuves de la menace médiane pour leur ami Maranga autant que pour y intercepter Kay...

Prenant contact avec les pirates salafistes (3) qui se cachent dans les ruines d'une autre cité-puits sur la même planète, les PJ passent un deal avec un de leurs chefs, le Bey Mohammed Jacinto : en échange d'une carte du Vortex pour rejoindre Naïn-Naïn, l'équipe s'engage à mettre la main sur Shakir Ali Williams, un des fameux "navigateur-spéciaux", encore récemment écroué sur la station Mantile et récemment évadé grâce à Kay.
Nos héros sachant que l'IA n'a sans doute amené Williams à Langton qu'en espérant y trouver un transport vers la station-pirate, des contacts khemites d'Idir les aident finalement à localiser le duo... mais se font repérer.
Kay tente alors de s'échapper en fonçant vers l'astroport avec son navigateur : pour la stopper et récupérer le précieux navigateur, les PJ déclenchent une grosse fusillade sur le grand boulevard menant aux hangars (bravo), suscitant l'intervention des chasseurs de prime du
BlackHawk et une réponse musclée de Spartan (la corpo-milice locale). Endommagée, l'androïde s'auto-détruit, abandonnant sa forme "humanoïde" dans une explosion qui vient de détruire un pont, d'éteindre toutes les lampes sur le boulevard et de bousiller au passage plusieurs des équipiers de Sloane...

1) Quoique Idir ait été présenté aux PJ par Maranga comme son "expert en (contre-)piraterie", ils n'ont aucun doute sur le fait qu'il soit en réalité un agent que le Sultanat de Khem tente d'introduire sur Naïn-Naïn.

2) Son vrai nom est "Giclas Forty-Nine Ninety-Nine" (du nom de l'étoile qu'elle orbitait), mais c'est pas facile à prononcer pour ses usagers majoritairement arabo- et sinophones.

3) Si le reste du monde dit plutôt « pirates khemites » sans se soucier de l'inexactitude, les PJ connaissent désormais la différence : le Sultanat de Khem est sunnite , et d'ailleurs "religieusement modéré". Pour maintenir cette modération néanmoins, les vrais Khemites n'ont aucun scrupules à exiler quasiment toutes les branches plus remuantes de l'Islam, forçant nombre de leurs coreligionnaires à l'errance : c'est ainsi que la plupart des pirates du secteur sont en fait des chiites, des kharidjites ou, dans le cas de ceux qui règnent sur Naïn-Naïn, salafistes. Et, collectivement, eux s'appellent plutôt "moudjahidine"...

__________

Image

Pendant que la lumière revient sur le boulevard et que la foule en état de choc essaye de comprendre ce qui vient de se passer, les PJ réintègrent leur hangar et leur vaisseau sans s'être faits repérer, malgré le fait qu'ils trainaient derrière eux tout un arsenal para-militaire, un canon-EMP artisanal et le corps inconscient du navigateur-pirate Shakir Ali Williams : quoique Harmonie et Vlad l'aient sauvé in-extremis de l'effondrement du pont, le pauvre gars est encore inconscient, gravement secoué par l'explosion.

Le blessé est pourtant largué vite-fait à l'infirmerie du bord quand Hansou annonce à ses petits camarades que :
"C'est pas fini ! Kay attaque le BlackHawk !"
Réunis en toute hâte dans le poste de pilotage de La Chimère, les PJ suivent la suite des événements par les écrans qui affichent les caméras de sécurité de l'astroport (piratées par Hansou), les communications de la milice locale (idem) et la progression de l'IA à travers le réseau local. Tout ça a l'air assez confus et nos héros peinent à comprendre :
"Mais, mais... Elle venait pas d'exploser !?!
_Son androïde oui, mais pas l'IA : elle était toujours dans le réseau de l'astroport, et là elle s'en prend au vaisseau des chasseurs de primes !
_Qu'est-ce qu'ils font, eux ?
_Ils se sont repliés des boulevards vers leur hangar : ils échangent toujours des coups de flingue avec les flics de Spartan...
_Bien fait : ça leur apprendra à nous tirer dessus pendant qu'on essaye de choper notre proie !
_La vache !" reprend Hansou : "Je crois que quelqu'un sur le vaisseau a essayé de lui barrer l'accès, sans doute le pilote : Kay vient d'écraser sa connexion comme un insecte... J'ai du mal à lire les données mais je crois bien qu'elle est en train de se charger à bord !
_J'comprends rien : qu'est-ce qu'elle fout ?
_Elle se tire ! La garce prend le BlackHawk pour nous échapper !
_Mais... elle peut pas atteindre Naïn-Naïn sans navigateur spécial, non ?
_Heu... peut-être que si elle est plus sous forme "humaine"... j'suis pas sûr...
_Aucune importance, elle vient de se piéger toute seule : l'astroport ne laissera pas décoller un vaisseau dont l'équipage s'entretue avec la milice !
_Sauf que si elle est dans le réseau... J'en étais sûr : elle a pris le contrôle du couloir d'envol, elle ouvre les portes pour décoller !"
Les vents brûlants qui balayent le désert acide au-dessus de la cité-puits pénètrent alors à l'intérieur, déclenchant un concert tonitruant d'alertes et ajoutant encore à la panique dans l'astroport. Croyant toujours que ce sont les chasseurs de primes qui piratent le réseau local pour s'enfuir (!), les miliciens de Spartan évacuent le hangar en urgence après avoir capturée la capitaine Sloane qui continue de se débattre en hurlant "Mon vaisseau ! Mon vaisseau !".

Pendant que les techniciens de l'astroport tâchent de refermer les sas pour stopper les vents de sable et les vapeurs chlorhydriques de se déverser du hangar vers l'intérieur de la ville, le BlackHawk fonce dans le couloir d'envol ouvert. Jaillissant à la surface de la planète, le vaisseau entame une furieuse ascension à travers l'atmosphère tempétueuse pour atteindre le point de saut (4), au "pôle nord" du système LHS-1723.
Les Chiméronautes envisagent un instant de se lancer à sa poursuite lorsque le réseau crépite de nouvelles alertes : la milice a prévenu ses forces en orbite et plusieurs chasseurs rapides convergent maintenant vers le ranger qui fonce toujours vers la "sortie" du système planétaire.
Nos héros préférant pour une fois ne pas s'attirer plus d'ennuis, ils se contentent de suivre la poursuite par les com' spatiales de Spartan (elles aussi piratées par Hansou) : le BlackHawk abat un chasseur, en esquive un autre, ses boucliers encaissent un feu nourri... mais il monte toujours !

Pendant que les PJ s'extasient sur les performances du ranger de Sloane, celui-ci atteint l'espace libre et s'élance vers l'extérieur du système stellaire. Sauf que, suite à la recrudescence d'actes de piraterie dans le secteur (!), un satellite de défense garde désormais le point de saut : avant d'avoir pu effectuer le "bond quantique" hors du système, le BlackHawk se mange une volée de missiles et explose dans le vide, mettant fin à l'alerte et laissant les PJ un instant médusés...
"Mais... qu'est-ce que c'était que cette connerie ?!
_Kay s'est faite... détruire ?!
_Ben, c'est une IA : tant qu'il y a une copie d'elle-même quelque part, techniquement, elle est immortelle...
_À moins que, repérée, Kay vienne d'inventer une méthode tordue pour convaincre les autorités qu'elle n'est plus une menace ?
_Oh. Alors elle prépare quelque chose d'autre ?
_Sauf qu'elle n'a plus de corps !
_Mais... est-ce qu'elle en a vraiment besoin ? Même pour aller sur Naïn-Naïn tout ce dont elle a besoin c'est...
_Un vaisseau !
_Et les coudées franches..."

Idir Hassan Al-Maghawir s'étant éclipsé dans les bas fonds à la recherche de son équipe de surveillance malmenée par l'androïde, l'équipage tentent en vain de "réanimer" le navigateur-pirate. S'il est vite réveillé et ses plaies soignées, nos héros n'obtiennent à leurs questions qu'un regard vide et un filet de bave, qui les incitent à installer le rescapé dans le scanner médical : avant de le leur lâcher, Kay semble avoir complètement grillé sa broche cérébrale et le pauvre gars a été réduit à l'état de légume.
"Kay ne laisse pas de témoins...
_Ou alors elle vient de s'assurer qu'on ne pourrait pas non plus atteindre Naïn-Naïn.
_La garce !
_Il va falloir s'en occuper plus tard, les interrompt Sophia" qui continuait de surveiller le réseau de l'astroport, "parce que les Spartiates sont en train de fouiller le coin à la recherche des suspects qui ont déclenché la fusillade, hangar par hangar et vaisseau par vaisseau..."

Une fois de plus, nos vaillants taïkonautes sont confrontés au même problème : si quelqu'un d'un peu suspicieux met le pied à bord, il risque de s'apercevoir que La Chimère est habitée par un pirate évadé et deux Médians (plus un bébé) !

4) Dans cet univers, le voyage supra-luminique s'effectue par "sauts quantiques", consistant à projeter un vaisseau à travers l'espace à des vitesses faramineuses, l'essentiel des équipages étant anesthésiés pour supporter les distorsions de l'espace-temps que produit l'opération. Comme il n'est plus guère question de vraiment "piloter" dans ces conditions, il s'agit plutôt de faire de savants calculs pour expédier l'engin depuis une sorte de zone de tir vers une zone de réception sûre : ce qu'on appelle les "points de saut", généralement situés hors de l'axe de rotation des systèmes stellaires, histoire de pas s'incruster dans une planète pour une bête erreur de décimales.
Évidemment, chaque saut consomme une quantité délirante d'hydrofuel, comme nous le verrons dans la suite...
Dernière modification par Wenlock le jeu. janv. 07, 2016 6:23 pm, modifié 8 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Extrême-Orion continue (4)

Message par Wenlock »

C'est à partir de là que je résume très fort, parce que ça a été un épisode assez bordélique, pour assez peu de résultats tangibles.

Hansou déclenchant quelques fausses alertes par le réseau pour retarder la fouille en règle des miliciens de Spartan, nos héros parviennent à sortir les Médians et le navigateur légumisé du vaisseau pour les planquer dans les coursives techniques qui courent sous le hangar où la Chimère est garée : nos héros passent ainsi l'inspection sans encombres... quoique l'étrangeté de certains des équipements (médians) à bord attire l'attention du lieutenant Sanders, investigateur de Spartan, qui les aura désormais à l’œil.

Dans les jours qui suivent, les Chiméronautes pensent leurs plaies et envoie un petit mot à Mr Kalimantan :
le très inquiétant contact des PJ auprès des services clandestins d'Uran Banner, qui leur a confié la mission de capturer Kay et son navigateur évadé, commençait en effet à s'impatienter quelque peu. Lorsque Vincent Panjari lui annonce qu'ils ont attrapé Shakir Ali Williams mais qu'il n'est plus vraiment en état de servir à autre chose qu'un échange avec les pirates salafistes du très redouté Émir Al Salim, Kalimantan accepte de sacrifier cette cible pour peu que les PJ lui ramène plein d'informations de Naïn-Naïn.

Pendant que les Chiméronautes reçoivent l'argent promis par Maranga suite à leurs premiers rapports sur les pirates d'Al Salim (1), ils négocient justement avec le représentant de l'Émir sur la planète Langton-Cobre, le fameux Bey Jacinto, pour lui restituer Williams en échange de la carte (dynamique) du Vortex.
Les PJ découvrent alors qu'il ne suffira pas de pouvoir anticiper les oscillations du cône d'ombre pour résoudre les multiples problèmes du voyage vers Naïn-Naïn : vue la distance à laquelle la station est désormais engloutie dans le Maelström, les PJ réalisent vite qu'il faudra enchaîner 3 ou 4 sauts quantiques dans le Vortex, en s'arrêtant chaque fois dans ce mince interstice au milieu d'une gigantesque tempête de magma, de radiations et de débris, le temps de calculer les coordonnées du bond suivant ! Pas étonnant que les pirates aient développé une puce neurale spéciale, permettant à un navigateur cybernétisé d'opérer les approximations nécessaires pour enchaîner les sauts sans être détruits.
Par ailleurs, en comptant un premier saut de LHS-1723 jusqu'à l'embouchure du Vortex, il devient évident que même La Chimère n'a pas assez d'autonomie pour s'enquiller 5 bonds interstellaires : il va falloir installer un réservoir d'hydrofuel supplémentaire et même, probablement, prendre le risque d'arriver sur Naïn-Naïn pratiquement à sec...

La quantité d'astéroïdes, de nuages incandescents et autres débris arrachés à la planète tellurique G99-d, dont la lente désintégration crée justement le cône d'ombre, implique aussi que l'intérieur du "tunnel" sera largement encombré d'une myriade de rochers dangereux : si les trajectoires de saut seront justement conçues pour éviter les plus gros astéroïdes, les PJ vont devoir sensiblement augmenter la puissance de leurs boucliers pour résister à toute la mitraille qui traverse constamment le tunnel.

Image

Les PJ en étaient là de leurs préparatifs quand ils repèrent soudain une intrusion...
Libérée depuis seulement quelques heures après que le diplomate de son équipe, avocat de profession, ait payée une substantielle caution, Morgan Sloane et son hacker ont localisé La Chimère (tranquillement posée dans un hangar de l'astroport à 300m de la fusillade précédente : c'est quasiment de la provocation). La chasseuse de prime et une petite équipe, ayant grimpé sur la coque du vaisseau pour avoir accès à un des panneaux d'entretien extérieurs, tentent maintenant de prendre le contrôle de l'astronef histoire de plus être piétons, de neutraliser les PJ et de ramener tout le monde sur Keid.
Pas de bol pour eux : Hansou et Vlad viennent d'up-grader la sécurité à bord et les Chiméronautes jaillissent soudain l'arme au poing pour éliminer les intrus. Pendant que leur hacker se fait péter les dents à coups de console par Hansou (!), les autres chasseurs de prime quittent le hangar et s'enfuient en voiture... Sauf qu'Harmonie et Vincent (complètement déchaînés) se lancent à leurs trousses dans leur dragonfly, l'espèce de pirogue anti-gravité qu'ils ont récupérée lors de leurs mésaventures dans le cimetière d'épaves. Fonçant dans la dense circulation de la grande cité avec un véhicule absolument pas homologué, nos deux PJ réussissent à déclencher un bordel innommable avant de se crasher dans une station de monorail, regardant Sloane leur échapper alors que des miliciens de Spartan très mécontents leur passent les menottes.

Pendant que ses camarades croupissent en cellule, Hansou est discrètement contacté par Kay : toujours présente dans le réseau, quoique désormais sous une forme beaucoup plus discrète, celle-ci a échoué à trouver un vaisseau vers Naïn-Naïn et espère maintenant tirer parti de la relation très ambigüe qu'elle a noué avec le pilote-informaticien.
Et quoique les Chiméronautes se méfient de plus en plus d'elle, il leur faut bien admettre que les dernières modifications du vaisseau et la nouvelle amende sont en train de leur coûter les yeux de la tête et qu'ils n'ont toujours pas de "navigateur spécial" pour plonger dans le Vortex. L'offre de celle-ci est alors bien tentante : en échange d'une place dans les disques durs de La Chimère, Kay leur propose 50.000$ et l'aide de sa puissance de calcul sans pareil pour gérer l'enchaînement des sauts quantiques...

Pendant ce temps, dans les quartiers de détention de Spartan, Vincent réalise que s'il est toujours protégé par l'immunité diplomatique de Maranga (qui l'a officiellement enregistré comme "personnel de l'ambassade pollienne" au début de l'Épisode 6, et qui a depuis eut moult raison de s'en mordre les doigts), il a tout intérêt à négocier avant que la fausse identité et le déguisement d'Harmonie ne soient percés à jour par les flics...
Il a alors un entretien très intéressant avec le lieutenant Sanders : comme la plupart des officiers de la corpo, celui-ci s'inquiète d'une espèce de virus informatique géant qui semble apparaître et disparaître à volonté dans le réseau de la ville. Vincent lui apprend alors qu'ils ont affaire à une très puissante IA "autonome" (!), et que sa propre équipe est mandatée pour la capturer et la ramener aux services spéciaux d'Uran Banner, sur Mantile.
Comme ce conglomérat centauri fait justement partie du conseil d'administration de la cité corporatiste de Langton, et que celle-ci est très pressée de se débarrasser du "virus géant" dans son réseau, Harmonie et Vincent sont libérés avec ordre de quitter la planète illico :
avec l'accord de Kay, ils font (à peine) semblant de capturer l'IA, la charge sur l'ordinateur de bord, décollent et -après avoir brouillé leur piste en partant droit vers la frange du Maelström, prennent enfin la direction de Naïn-Naïn...

(Fin de l'épisode !)

1) Nos héros ont en effet profité de leurs interactions avec quelques moudjahidine d'Al Salim, des transactions avec le Bey Jacinto et des nombreux renseignements acquis sur Langton pour constituer un dossier assez épais sur la flotte pirate.
Dernière modification par Wenlock le sam. déc. 19, 2015 9:03 pm, modifié 1 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Extrême-Orion continue (4)

Message par Wenlock »

Épisode 8 : "VORTEX"
Ce court épisode a été (miraculeusement) joué en une seule séance très ludique, je vous la résume rapidement.

Le Vortex est donc le "cône d'ombre" que la planète tellurique G99d projette dans le Maelström, l'espèce de nébuleuse thermonucléaire produite au milieu du Triangle d'Orion par l'explosion d'une supernova, presque deux siècles plus tôt. → Techniquement, l'éclat de la super-nova a été détecté en 2024 mais, comme elle se trouve à plus de 34 années-lumières de la Terre, elle a plutôt explosé en... 1989 !

Si la planète G99d est en cours de désintégration, son riche noyau métallique résiste encore, créant à la fois un bouclier et une ancre gravitationnelle pour la petite station Giclas 99-49, aka "Naïn-Naïn". C'est derrière ce bouclier que survit la station-pirate, et le Vortex n'est autre que le "trou" qu'il laisse dans l'explosion géante s'étendant sur des années-lumières alentours.
Bien sûr, si la dépression est à peu près vide aux abords de G99d, plus on s'éloigne de ce bouclier-planète vers le bord du Maelström, plus son sillage oscille dans les courants astronomiques qui parcourent le nuage thermonucléaire -son étroite "embouchure" se déplaçant sans cesse à la frange de l'explosion- et plus le tunnel lui-même s'encombre de bouffées incandescentes et autres météores...
Pour simplifier (?), imaginez l'inverse d'un fleuve de lave : une traînée de vide qui fait des méandres au milieu d'un océan de magma.

Sur notre cher tableau Velléda, j'avais dessiné une grille numérotée et un grand diagramme du Vortex, vu en coupe.
Lorsque La Chimère a pour la première fois lancé ses scanners dans l'embouchure, on a tiré sur 1d6 la position de chacun des 6 segments du trajet : on a alors relié les points pour obtenir notre première image du Vortex, une espèce de grand éclair s'amenuisant depuis la planète en formant trois larges virages, le creux de chacun d'eux créant des tempêtes d'astéroïdes et quelques nuages incandescents pour faire bonne mesure.

Il revenait alors aux PJ de déterminer une trajectoire optimale là-dedans, sachant que...
1) La Chimère contenant alors juste assez d'hydrofuel pour tenter 4 sauts quantiques, leur trajectoire ne pouvait donc comporter que 4 segments (contre 6 pour le tunnel), le dernier devant impérativement les amener au plus près de la planète G99d,
2) que les limites du Vortex et les remous créés par les virages du tunnel produisaient une zone de danger dans le "sillage" de chaque pointe saillant vers l'intérieur,
3) la position de chacun des 6 segments du Vortex serait relancée après chaque saut quantique.

Mais comme les PJ ont été particulièrement veinards aux dés et qu'ils ont employés quelques points d'Histoire pour neutraliser les plus gros dangers qui restaient sur le parcours, ils ont obtenu un Vortex presque droit où projeter une trajectoire en seulement trois traits. Il y eut pourtant quelques moments d’inquiétude...
Après le premier saut quantique, La Chimère s'est échouée au bord d'un nuage de météorites : il a fallu réparer les dommages en urgence, se tirer de là pendant qu'on finissait les calculs et sauter à nouveau avant d'être atomisés par un astéroïde.
Après le deuxième bond, les oscillations du Vortex ont commencé à rapprocher dangereusement le "virage" le plus proche de leur vaisseau pendant qu'ils effectuaient en toute hâte les calculs pour le saut suivant : avec l'aide de Kay, ils s'en sont tirés de justesse.
Enfin, les difficultés cumulées et la fatigue du pilotage en conditions extrêmes ont failli avoir raison d'Hansou Carlo, malgré l'aide de l'IA et le gros travail de préparation effectué par les PJ. Le pilote s'est néanmoins injecté une dose de Sève, achetée en contrebande sur Langton (et qui, techniquement, est du bonus cybernétique temporaire sous forme liquide) : ce petit coup de turbo lui a suffit pour réussir le troisième et dernier saut.

Après quelques dizaines d'heure d'un vol difficile, les PJ ont donc atteint les abords de la station-pirate.
Et seul Vlad en a vraiment souffert : depuis son expérience directe de la distorsion espace-temps à l'Épisode 1, il est fréquent qu'il fasse de terribles cauchemars pendant les sauts quantiques (puisqu'il est anesthésié). Et là, avec quatre sauts en quelques heures, il a enchaîné toute une série de rêves affreux...

Malheureusement, grisés par ce succès, Les Chiméronautes oublièrent à nouveau toute prudence et furent rapidement repérés par les Soviétiques...
Dernière modification par Wenlock le lun. janv. 08, 2018 9:38 pm, modifié 4 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Shin01
Cardinal
Messages : 576
Inscription : mar. déc. 11, 2007 2:46 pm
Localisation : Clermont ferrand

Re: [cinÉtic] Système, commentaires, CR de campagneS (Index p1)

Message par Shin01 »

Tu aurai les fiches des persos pour mieux suivre leurs pérégrinations avec leurs mauvais penchants et ce genre de choses?

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [cinÉtic] Système, commentaires, CR de campagneS (Index p1)

Message par Wenlock »

Ah non, désolé : c'est mon groupe "analogique", celui qui joue en local sur de vraies tables en formica, alors la plupart de leurs feuilles de perso n'existent qu'en papier. Autant les résumés étaient déjà plus ou moins prêts, autant j'ai carrément la flemme de recopier les 9 ou 12 fiches de protagonistes qu'utilisent mes joueurs...
Dernière modification par Wenlock le dim. sept. 20, 2015 8:29 am, modifié 1 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Extrême-Orion continue (5)

Message par Wenlock »

Épisode 9 : "NAÏN-NAÏN"
Ce gros épisode aura été une des premières occasions de tester à fond ce que j'appelle depuis les scénars "extrêmes". Comme pour du sandbox, je crée un contexte aussi riche et cohérent que possible, puis j'y largue les protagonistes avec une poignée d'objectifs impérieux et, déjà, quelques problèmes.
Mais en mode "extrême", j'arrose le tout de kérosène et je distribue des briquets : je prévois différentes raisons et différents moyens pour les PJ (et quelques PNJs) de dévaster le contexte dans un grand feu d'artifice spectaculaire (les enjeux scénaristiques, les règles spécifiques à la destruction, à la panique, etc.). Et puis on voit s'ils survivent. :)

Cet épisode fut aussi la première immersion sérieuse des PJ dans les barbouzeries du secteur spatiale, et il impliquait beaucoup de contexte astro-stratégique. Et comme ils ont eu pas mal de temps pour en discuter avant et pendant leur voyage avec Kay, les Chiméronautes disposaient déjà d'un certain nombre d'infos à l'arrivée sur Naïn-Naïn.
Si tous ces détails sur l'univers vous gonflent et que vous préférez passer directement aux barbouzeries, les aventures des PJ reprennent au post suivant.

Les médians préparent l'invasion du Triangle d'Orion.
Notamment par l'agitation politique (auprès des clones, des mineurs syndicalistes, des étudiants polliens...), mais surtout via le programme "Secutor", dirigé par le légendaire colonel Belisarius, et qui consiste en une petite 30aine de vaisseaux "galactiques" maquillés en vaisseaux pirates. Pour la plupart de vieux astronefs militaires cetans, capturés pendant la Guerre Galactique, modifiés pour le saut quantique à long rayon d'action et la piraterie sans laisser de témoins, leur mission première était de cartographier des points de sauts loin des routes galactiques : les forces d'invasion devaient pouvoir y sauter directement depuis l'espace médian et se regrouper avant de donner l'assaut contre les colonies du Triangle.
Leur mission secondaire était de rafler et d'étudier le matériel de la Fédération, en particulier l'équipement informatique : un des rares domaine où les Médians, qui n'ont jamais vraiment produit d'IA, accusent un certain retard sur la technologie galactique.

Pour ce faire, chaque vaisseau hybride (car "galacto-médian") est équipé d'une Prima Cedera, c'est à dire un ordinateur de bord quasi-autonome qui enregistre les coordonnées spatiales, les crypte et les retransmet à travers l'espace en direction des autres Secutor comme de leur "central" secret, d'où émet la "fréquence fantôme" camouflée dans les parasites électromagnétiques du Maelström. C'est ainsi que, tout en restant complètement cloisonné les uns des autres, les différents Secutor participent à la cartographie du secteur, en reçoivent les mises à jour et des objectifs d'attaque, envoient leur rapports... Tout ça sous le contrôle de Belisarius et d'une équipe chevronnée de la Patriæ Obses ("PatrOb"), les fameux services secrets de l'UGSS, probablement installés sur Naïn-Naïn.
Mais comme Harmonie et Vlad l'ont assez vite compris durant leurs quelques mois à bord du Secutor LVI (qui allait devenir La Chimère), l'état-major médian n'avait pas vraiment prévu de solution de retour pour ces vaisseaux : à moins que l'invasion ne réussissent avant que les combats ou la panne sèche n'aient raison des équipages "pirates", le programme était une vaste mission-suicide...

Ce n'est qu'une fois l'opération en cours que les Médians ont réalisé que "quelqu'un" de très doué s'amusait à pourrir leurs coordonnées pour expédier vers une mort certaine un tel nombre de leurs vaisseaux que les accidents ne suffisaient pluss à l'expliquer. Ils se sont alors mis à la recherche de ces étranges "agents ennemis" qui s'évertuaient à saboter leur opération sans pour autant déclencher une alerte à l'échelon fédéral. S'attendant à quelques hackers de génie originaires d'Eridan (la plupart des accidents ayant été déclenchés par des données corrompues en provenance de l'astroport de Keid), ils ont commencé à cibler les ingénieurs et autres galactiques cybernétisés.
Et c'est ainsi qu'ils ont repéré l'Andaman Blowfish sur lequel volaient Hansou Carlo (pilote ex-hacker), Vincent Panjari (cadre corporatiste à broche neurale), plusieurs ingénieurs en IA et même Soon Chi Kay (dîte "Kay", tout simplement), déclenchant le début de notre campagne...

Juste avant leur départ pour Naïn-Naïn, les PJ ont appris que les Médians, qui y étaient présents depuis longtemps mais sporadiquement, y avaient débarqué en force il y a quelques cinq mois (donc quelques jours avant le lancement du Secutor LVI). Et quand je dis "en force", je veux dire que plusieurs centaines de leurs commandos ont éperonné la station à l'aide d'un énorme cargo doté d'un rostre bardé d'explosifs : après s'être accroché à la station spatiale comme une tique survitaminée et prête à tout faire péter si on voulait la dégager, les Médians ont pris le contrôle de la centrale à fusion et s'y sont barricadés pour soutenir un siège.
Depuis lors, comme ils ne sont quasiment plus intervenus dans les affaires des pirates moudjahidine, que ceux-ci n'ont pas vraiment les moyens de les déloger et que la centrale tourne proportionnellement mieux qu'avant... hé ben heu : les choses sont restées en l'état. Sauf que l'Émir-pirate Al Salim fulmine.
________

Novum Aurora, littéralement "Nouvelle Aube" dans le latin de cuisine que les Médians ont érigé en langue officielle, serait une organisation politique regroupant quelques très exceptionnels et extrêmement discrets citoyens de l'UGSS : les dissidents politiques.
Car soyons clairs, en dehors du "léger" problème d'appauvrissement génétique dont la détection a valu à Vlad d'être expédié sur une mission-suicide, la société médiane fonctionne bien mieux que ses voisines galactiques : la pauvreté, le racisme, l'enfance maltraitée et la discrimination n'y existent pas ; la maladie, l'illettrisme, l'esclavage, la cupidité et donc le crime ou la corruption y sont rarissimes, les arts sont vigoureux, les sciences ambitieuses et, globalement, les quelques 9 milliards de médians –Mens, Miles et Labres des deux sexes– y vivent heureux en remplissant la destinée génétiquement conçue pour eux...
À l'exception, peut-être, de quelques rêveurs et aventuriers qui refusent de rester à leur place comme Vlad, Harmonie ou l'infâme Gregorius. C'est en cherchant d'autres dissidents que, depuis qu'ils se baladent en liberté dans la Fédération, notre couple surhumain a entendu parlé de l'organisation et plus particulièrement de la légendaire "Ariane" : une transfuge de la PatrOb, paraît-il passée à la Fédération dans le but d'y créer un asile pour ses camarades avides de liberté.
________

Les Clones
Si le clonage humain a été interdit il y a bien longtemps au sein de la Fédération Galactique, l'autorité fédérale reste assez vague au sein des mondes-frontières et le lointain Empire Soon -qui s'est développé tout seul dans son coin pendant un siècle avant d'être rattrapé par l'expansion galactique- n'avait simplement pas été prévenu. Et maintenant qu'il est averti, l'Empire s'en fout.
Depuis qu'ils fréquentent "Jiang-Jià", leur assistant-mécanicien en charge d'une nombreuse famille à la ressemblance troublante, les PJ ont ainsi appris que la colonisation de MonSoon et des planètes voisines s'étaient faite avec une main d’œuvre largement clonée et divisée en castes, les Jiang :
● les Jiang Feng sont tout au bas de l'échelle, des ouvriers non-qualifiés, stériles et -avouons-le- un tantinet débiles qui servent dans les vastes plantations agricoles, les pêcherie ou les usines de MonSoon,
● les Jiang Jià, déjà plus dégourdis, sont les techniciens "à tout faire" qui s'occupent aussi bien des machines-outils que de construction ou de mécanique. C'est évidemment à cette caste-là qu'appartient "le Jiang Jià", celui que les Chiméronautes ont recueilli et qui à leur contact a commencé à s'individualiser au point de se doter finalement d'un nom propre : "Jiang Marcus" (1). Et s'ils ne seraient pas tous capables de décrocher leur BEPC, ceux-là sont fertiles, pour peu qu'ils se reproduisent avec...
● les Jiang Ling, des matrones aux larges hanches dont la double fonction est premièrement d'enfanter plein de main d’œuvre, deuxièmement de gérer les neuneus précédents : quand elles ne sont pas enceintes des Jiang Jià, les Ling sont donc généralement à la tête des exploitations, des chantiers et des entreprises où bossent les castes inférieures (mâles).
● les Jiang Hué ont été conçues pour être les courtisanes stériles, les infirmières, les secrétaires et les gouvernantes de l'aristocratie (patriarcale) des Soon : belles, intelligentes, élevées à être délicates et prévenantes, elles sont la fine fleur des Jiang... et elles le savent.

Depuis quelques décennies que l'expansion galactique a rattrapé l'Empire Soon, néanmoins, des Jiang de différentes castes se sont dispersés à travers le secteur : des centaines de milliers de Feng et de Jià ont été vendus aux grosses corpo qui avaient besoin d'une main d’œuvre bon marché pour extraire du minerais des franges du Maelström (parce que c'est quand-même extrêmement dangereux) comme pour bâtir des centrales à fusion de l'hydrogène, des stations spatiales ou des villes (dont Mantile et Langton, oui).
Les Soon les moins délicats ont également trouvé un marché lucratif en vendant quelques milliers de "Hué" aux Triades pour leurs circuits de prostitution ou leur holo-porno les plus extrêmes. Mais parce que les corpo n'avaient guère l'usage de matrones moches et grandes gueules, à peine une poignée de Jiang Ling ont été proposées sur le marché... et elles ont été les premières à s'enfuir.

Depuis quelques générations (car les Jiang, comme les Médians, ne vivent pas très vieux), un nombre grandissant de clones ont ainsi échappé à leur condition en s'évadant pour trouver refuge dans les bas-fonds des grandes villes, les colonies inhospitalières et même, parfois, jusque dans la Constellation d'Eridan (où on accepte vraiment n'importe qui). Ceux-là eurent la chance d'y être assez volontiers intégrés et de découvrir un truc qui allait complètement transformer leur existence : les théories gauchistes, qu'elles soient égalitaristes (prônant l'égalité de droit entre les Genos et les "autres" humains), libertaires ou carrément soviétiques.
Avec l'aide de quelques ONG éridiennes mais aussi en apprenant doucement à se prendre en main, des Jiang transformèrent bientôt la fuite sporadiques des leurs en un véritable exode organisé. Tout le problème restait de déterminer "vers où ?", parce que les Clones, c'est comme les Auvergnats : quand il n'y en a qu'un ou deux, ça va, mais quand ils sont des centaines de milliers, même les gentils Éridiens ultra-tolérants n'en veulent plus.
En l'attente d'une réponse claire à cette grave question, les Jiang continuèrent de se disperser un peu n'importe où, et de se regrouper dans les "angles morts" du Triangle d'Orion...

1) En fait, l'ex-"Jiang Jià" est devenu le second perso de Cancrela (qui jouait déjà Vincent Panjari). Il a brièvement envisagé de se baptiser "Jiang Vlad" en l'honneur de son cher mentor mais, comme celui-ci a refusé, il a décidé de prendre le nom du mentor de Vlad, exécuté par Harmonie à la fin de l'épisode 1. Ça met une curieuse ambiance dans les dialogues... :)
________

Les IA Éco-Terroristes
Soon Chi Kay n'était que la fausse identité de l'androïde que les PJ ont rencontré en transit vers Mantile, mais "Kay" est aussi le seul nom qu'ils connaissent pour désigner la super-IA qui a déclaré la guerre aux Médians. Et d'une certaine manière à l'Empire Soon. Et maintenant aux pirates moudjahidine ! Grâce à la relation de plus en plus étroite que Hansou entretien avec l'IA comme par d'intenses et habiles déductions, les PJ ont appris que Kay n'est qu'une des "filles" qu'une IA-mère a expédiées à travers l'espace pour remplir diverses missions, dont le but final est de... protéger MonSoon de la contamination génétique.
En très gros, Maman IA considère que l'humanité court à sa perte à force d'ingénierie génétique, de pollution spatiale et d'exploitation irraisonnée. Mais MonSoon possède deux grands atouts pour un "reboot sur des bases saines" : une vie extra-terrestre indigène (bon, c'est des paramécies mais ça compte) et un génome humain préservé sur MonSoon par la stricte société de caste de l'Empire, puisque l'aristocratie non-clonée, elle, est presque "génétiquement pure" ! D'où la volonté de Maman-IA de ralentir le débarquement de galactiques "corrompus" sur MonSoon (et flinguer son ambassadeur auprès de la Fédération a certainement aidé) et d'éliminer les Genos, dont les Jiang et les Nibelen simiesques mais surtout, prioritairement, les dangereux Médians avec leurs plans d'invasion...

D'ailleurs, Kay s'était "dédoublée" sur Langton-Cobre, déposant une copie d'elle-même dans le réseau de la cité-puits pour qu'elle se développe (voir Épisode 7) et puisse, à termes, constituer un avant-poste défensif dans le système LHS-1723. Pendant que Kay parcourt l'espace pour mener d'autres missions et ensemencer le réseau de ses propres "enfants", cette petite sœur sur Langton est donc sensée empêcher les Médians de s'emparer de la planète minière par tous les moyens (on y reviendra).
Parce que bon, si on réfléchit, c'est quand-même le meilleur endroit où installer une tête de pont et conquérir le secteur : si l'UGSS s'y casse les dents, Maman-IA aura gagné plusieurs mois pour développer des défenses un peu partout ailleurs. Et tout ça pour préserver sa planète-chouchou, puisque c'est une question de "probabilités", apparemment : si les PJ avaient la puissance de calcul pour s'en apercevoir, ils réaliseraient eux-aussi que MonSoon est le meilleur espoir de l'humanité, donc d'un espace "sain" (!?!).

Étrangement, c'est aussi pour des questions probabilistes que Kay est à ce point intéressée par les PJ : parce qu'ils représentent à eux seuls une singularité statistique invraisemblable ! Rien que si on voulait mesurer la probabilité que tout ce petit monde se rencontre un jour dans cet étrange vaisseau, ou même si on compte le nombre de fois où ils auraient dû mourir et s'en sont sortis, on comprend bien que les Chiméronautes sont des gens "inquantifiables".
Et ça, pour notre chère IA voyageuse et avide d'apprendre, c'est presque aussi mystérieux -donc fascinant- que l'économie interstellaire, le sexe, l'engagement politique ou les holo-novellas romantiques qui passent sur le réseau...
________

Maranga vs the Galaxy
Quoiqu'à ce stade les PJ ignoraient encore l'existence de la CoordEX, Vincent avait déjà compris lors de l'Épisode 2 que le diplomate-marchand-aventurier pollien Corrado Maranga était beaucoup plus malin et ambitieux qu'il ne le laissait paraître. Impression qui s'est confirmée au fil de la relation entre les Chiméronautes et le Conseiller pollien (du "Grand Conseil", le parlement bordélique de la République Pollienne).
Avec du pognon plein les poches, sa passion pour l'histoire militaire et son remarquable pragmatisme comme seules armes, Maranga était semble-t-il venu dans le Triangle d'Orion pour tout à la fois trouver des alliés militaires afin de protéger sa chère république d'une invasion médiane (passant semble-t-il une sorte de deal secret avec le Sultanat de Khem), convaincre les autorités fédérales de l'existence d'un plan d'invasion médian (dont les Secutor sont la meilleure preuve) et fonder les bases des services secrets dont la République Pollienne avaient grandement besoin.

Mais Soon Chi Kay révéla aux PJ un des secrets les mieux cachés de Maranga : durant une opération de la PatrOb sur Saratan (la planète du blé et des harengs), les forces de sécurité polliennes ont capturé/retourné/recueilli (?) un redoutable agent médian, une espionne de haut-vol qui prêterait désormais son aide à la création des services secrets polliens. Cette fameuse médiane traîtresse/idéaliste/prisonnière (rayez la mention inutile si vous arrivez à la repérer) n'est par contre connue de Kay que sous son nom de guerre : "Ariane".
Et c'est comme ça que furent ré-introduits dans la campagne les dissident que réclamaient depuis longtemps Argentarbre (qui joue "Harmonie" et, depuis peu, "Sergio le Stagiaire").

Image
Dernière modification par Wenlock le lun. mars 23, 2020 12:57 pm, modifié 8 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Extrême-Orion continue (6)

Message par Wenlock »

Forts de toutes ces informations, les Chiméronautes ont donc rejoint la station pirate "Naïn-Naïn" pour y remplir plusieurs missions :

● la première (pour ainsi dire "la vraie"), est de collecter un maximum d'informations sur les pirates "moudjahidine" de l'Émir Al-Salim et l'implication des Médians dans le Triangle d'Orion, afin d'alimenter non-seulement les besoins stratégiques des Polliens, mais aussi la grande campagne de sensibilisation à la menace soviétique que mène le conseiller Maranga auprès des autorités fédérales.
C'est du renseignement militaire, quoi, et les Polliens payent quasiment au poids de données.

● la deuxième est de déposer des passagers : l'IA qu'ils appellent "Kay", Idir Hassan Al-Maghawir (probable agent secret du Sultan de Khem) et deux péquins vaguement clandestins à qui les PJ ont proposés un ticket payant vers la station pirate, juste histoire de mettre du beurre dans les épinards (le représentant d'une grosse corpo voulant racheter le butin de l'un ou l'autre "moudjahidine" et une petite diplomate terrifiée... dont les PJ n'ont finalement jamais su ce qu'elle était venue faire dans le coin).
Les PJ savent néanmoins que Naïn-Naïn n'est qu'une étape pour Kay : quoiqu'elle compte bien pourrir les opérations médianes sur place (et déposer un nouvel "embryon d'elle-même"), elle a prévu de s'embarquer ensuite sur un vaisseau pirate à destination de Gemaca, petite colonie pollienne harcelée par les Médians, mais surtout située de l'autre côté du Maelström, entre l'espace médian et MonSoon. L'IA arpente donc le pourtour de l'espace médian, s'installant partout où elle le peut jusqu'à avoir fortifié (donc pris le contrôle) de tous les accès possible entre l'UGSS et MonSoon...

● la troisième est un projet personnel d'Harmonie : Kay lui a appris que la base médiane locale (qu'ils appellent Duplex None : "Double Neuf" en latin) devrait également contenir nombre d'informations sur NovAur ("Novum Aurora"), l'organisation des dissidents médians que la Patriæ Obses continue de traquer depuis leur base secrète sur la station pirate (enfin, quand ils ont cinq minutes entre la défense contre les "moudjahidine" qui les assiègent, la coordination du programme Secutor et leur préparatifs d'invasion). Le centre Duplex None doit donc posséder pas mal de dossiers sur ces dissidents...
Et depuis qu'elle connaît les projets d'invasions, l'existence de NovAur et qu'elle a entendu la légende d'Ariane, Harmonie a très envie d'en apprendre d'avantage, des fois qu'il soit possible de sauver l'UGSS de sa propre dictature par la ré-introduction d'une opposition politique (!) ou, à défaut, d'effectivement trouver un havre de liberté pour les siens (Vlad, elle, leur fille Gaïa et tous les gentils dissidents médians ou syndicalistes-clones qui voudront se joindre à eux).

● enfin, les Chiméronautes ont pour la première fois atteint un lieu qui soit vraiment hors d'atteinte des lois fédérales : une plaque tournante du marché noir, du trafic d'armes et des customisations de vaisseaux illégales (par exemple, le système "furtif" dont ils rêvent depuis longtemps pour leur Chimère). Et vues leurs activités, ils ont bien l'intention de faire des emplettes...
:)
____

En approchant de la station à vitesse conventionnelle, les PJ découvrent un spectacle des plus étrange : au milieu d'un paysage entièrement composé de magma orangé, parcouru par de violents orages électromagnétiques et des ondes de choc qui se répercutent dans les nuages incandescents, se détache l'ombre opaque et vaguement arrondie d'une planète -"G99d"- qui se désagrège au ralenti. À chaque instant, le souffle de la supernova lui arrache des morceaux plus gros qu'une station spatiale, sa surface fendillée laissant peu à peu apparaître son propre noyau en fusion.
Flottant devant cette vision d'apocalypse, un tout petit œuf métallique dont la surface dorée reflète le chaos alentour : Naïn-Naïn.

Au-delà des boucliers de La Chimère, des miettes de la planète et des fumées rougeoyantes glissent à des vitesse délirantes dans une "atmosphère" que seul le constant effet de cheminée du Vortex maintient juste en-dessous des 1000°C. Plus bizarre encore, les senseurs indiquent que tout ça se déplacent très vite, c'est à dire à la vitesse d'expansion de la matière dans le Maelström, soit un peu plus de 150.000 km/h (1) (c'est comme ça que, en bientôt 200 ans, le souffle de la supernova s'est étendue sur plus de 6 années-lumières de rayon).
On ne s'en rend pas forcément compte, puisque le Maelström pousse G99d et tout ce qui l'entoure pratiquement à la même vitesse. Mais hors de l'ombre de la planète, ondes et particules fusent à des vitesses bien plus grandes encore...

Les PJ ne sont pourtant pas les seuls à naviguer dans cette fournaise : très vite, ils repèrent plusieurs croiseurs pirates, un large cargo que Vincent pense appartenir à une corpo d'armement centauri et même un croiseur léger (et rafistolé) que Vlad identifie comme un nouveau Secutor. Heureusement pour nos taïkonautes, en "faisant de la place" pour que Kay s'installe dans l'ordinateur de bord, Hansou et elle ont neutralisé la Prima Cedera : sans quoi elle s'empresserait de signaler leur arrivée à tous les Médians du coin. Les senseurs révèlent par contre que la station est bien moins encombrée que nos protagonistes s'y attendaient : une douzaine de vaisseaux tout au plus...
C'est parce que l'Émir Al-Salim et l'essentiel de la flotte sont encore à la chasse, leur expliquent Dunya et Idir. Mais d'ici peu commencera Chaabane, le mois musulman précédant le Ramadan et donc le début de la "grande saison commerciale" sur la station : dans les semaines qui viennent, la plupart des "moudjahidine" qui y ont accès vont peu à peu converger vers Naïn-Naïn pour y négocier leurs butins, acheter des armes, réparer leurs astronefs... Dunya précise que l'année dernière (la seule fois où elle est venue), il y avait carrément un représentant de la firme d'armement centauri "Cyclops" (concurrente de Sagitar).

Se rendre sur place ne sera pas simple pour autant.
D'abord, parce que les 7 "appontements" de l'astroport encore en service sont déjà occupés (tous les autres ont été bousillés par des astéroïdes ou des éruptions de magma) : plusieurs vaisseaux s'y agrippent en fait déjà à des astronefs plus gros (ça ressemble un peu à "la Grappe" sur Mantile, quoi)...
Ensuite, une fois à l'intérieur, armes de guerre, boucliers personnels, médicaments, mag-boots et respirateurs sont de rigueur : non-seulement la station hébergent entre 1000 et 2000 "moudjahidine" surarmés et cybernétisés qui n'aiment pas les "infidèles", mais son aération refoule régulièrement des vapeurs toxiques, les radiations transpirent à travers la coque et la pesanteur artificielle s'y est arrêtée quand Naïn-Naïn a cessé de "tourner". Littéralement : conçue comme un œuf creux en rotation autour d'un moyeu (qui renferme sa centrale à fusion), les commerces et habitations occupaient la face interne de l’œuf en profitant d'une pesanteur artificiellement créée par la force centrifuge. Aujourd'hui, l'endroit n'a d'autre pesanteur que celle générée par la proximité de G99d, et seul la partie de l’œuf tournée vers la planète (et le centre du Maelström) est effectivement habitable : dans tout le reste de la station, c'est un affreux bordel en micro-gravité.
Enfin, pour minimiser les frictions avec la populace, le personnel féminin est vivement invité à opter pour des tenues "modestes" et à porter le voile.

Autre problème, plus grave encore, La Chimère n'a pas de "protecteur".
La plupart des équipages présents comptent plusieurs dizaines, fréquemment plusieurs centaines de combattants, appartenant à presque toutes les variations musulmanes, et toujours prêts à rançonner les (très éventuels) touristes lorsqu'ils ne sont pas eux-mêmes en train de s'entre-tuer : si les salafistes d'Al-Salim réussissent d'ordinaire à y maintenir un peu d'ordre, leur autorité sur place a été déstabilisée depuis qu'une horde de Médians a pris le contrôle de la centrale, d'ailleurs l'Émir et la majorité de ses vaisseaux sont (répétons-le) "partis à la chasse".
Même le Bey Mohammed Jacinto ne s'est pas porté garant des Chiméronautes : le bordel qu'ils ont déclenché sur Langton lors de l'Épisode 7 a été mis sur le compte des « terroristes-pirates-khemites » (comme souvent), Spartan a donc lancé une grande opération de nettoyage planétaire pour remonter sa cote dans les médias et le Bey a du reprendre l'espace en abandonnant sa base dans les ruines de Cobre (donc une bonne part de son butin des derniers mois). Il n'avait donc aucune raison de les recommander à l'un des autres "beys" de l'Émir et les PJ sont cette fois tout seuls, à l'approche d'une station spatiale dont la plupart des occupants n'auraient aucun scrupules à les égorger et à les dépouiller...

Heureusement pour eux, Dunya reconnaît alors une puissante corvette de combat, appartenant à un corsaire indépendant qui pourrait bien leur offrir asile : le Galatea de Vivian Sorkin. Cet-te hermaphrodite excentrique, originaire de Pavone (constellation du Paon, loin au "sud" des mondes centraux) est à la fois "tabou" pour les musulmans, protégé-e par une bonne cinquantaine de ruffians et, surtout, "il-elle" livre sur la station toutes sortes de marchandises précieuses, dont les drogues (2), la Sève, le matériel cybernétique et...heu... les fringues et les bijoux (c'est à dire que chez les pirates, on aime la sape et le "bling", mais qu'on en trouve pas souvent dans le butin lorsqu'on passe sa vie à piller des cargos miniers).
Dunya l'a déjà rencontré-e et elle pense que Sorkin leur fera bon accueil : il-elle a un certain goût pour les gens "distrayants" et, surtout, au départ de Langton, Vincent a pensé à charger quelques 10aines de tonnes d'une denrée extrêmement rare dans le secteur : l'eau potable.

1) Notez que la vitesse orbitale de la Terre, celle à laquelle elle tourne autour du soleil, est déjà de quelques 100.000 km/h, hein...
2) Musulmans ou pas, les pirates font une grande consommation de "Koolers", les boissons psychotropes en vente libre dans les mondes-frontières.


Image
Dernière modification par Wenlock le lun. janv. 08, 2018 10:06 pm, modifié 3 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Extrême-Orion continue (7)

Message par Wenlock »

Dunya avait raison : Vivian Sorkin est effectivement ravi-e de recevoir les PJ, et manifestement... "excentrique".
Ce n'est pas tant son équipage composé de mercenaires pavonais, d'asiatiques et d'arabes (tous cybernétisés et armés pour la guerre) qui surprend les PJ que la décoration rococo du vaisseau... et l'apparition soudaine de son-sa capitaine. Habillé-e d'une sorte d'uniforme de majorette mauve à épaulettes, dont le décolleté met en valeur son opulente poitrine quand la jupette et les bas-résilles révèlent un string doré qui ne laisse aucun doute quant à ses attributs masculins, il-elle reçoit les Chiméronautes dans une alcôve ornée d'une boule-disco, au bord de la piste de danse de la boîte de nuit/strip-tease/bordel qu'est le pont supérieur de sa corvette. Après avoir acheté leur eau à bon prix en les appelant tous "mon chou" ou "mon petit lapin", il-elle insiste pour embaucher Wendy et Harmonie (pourtant déguisée en "pirate khemite") comme effeuilleuses et, quand Vincent lui demande si elle vend des uniformes, Vivian lui propose une douzaines de modèles plus flamboyants les uns que les autres...

Nos taïkonautes en sont si amusés qu'il leur faut un moment pour réaliser que l'alcôve est équipée d'armes automatiques capables de les cribler tous d'impulsions. Sorkin ayant expliqué que le Galatea est un terrain neutre où se rencontrent parfois les différentes factions pirates, Vincent échoue pourtant à obtenir la protection de l'hermaphrodite (qui les prévient gentiment que tout le monde va vouloir se frotter aux "p'tits nouveaux", alors que son propre business a besoin de calme). Malgré son charme, le Centauri ne parvient pas plus à lui extorquer des informations sur sa clientèle.
Mais, attendri-e par cet équipage bigarré et la nouvelle qu'Harmonie attend une petite fille nommée "Gaïa" ("Enfin heu... pas dans mon ventre, hein : elle a été transférée dans une couveuse... _Vous êtes une Maman si mooooderne ! Vous avez donc le droit de boire ? Pedro, mon p'tit : apporte-nous du champagne !"), Vivian Sorkin les avertit gentiment que les Médians l'ont contacté-e il y a un instant, après avoir reconnu La Chimère ("On avait pas dit qu'on devait modifier la signature énergétique du vaisseau ? _Et merde...").
Belisarius en personne vient ainsi de lui proposer une juteuse prime (énergétique) pour leurs têtes, mais l'hermaphrodite a poliment refusé : si il-elle commence à prendre parti pour les Médians, c'est la fin de son fructueux petit commerce avec les "moudjahidine". Néanmoins, les Chiméronautes lui sont "teeeeeeeeeeeeellement sympathiques" et il-elle a si rarement l'occasion d'avoir une plaisante conversation avec des gens ouverts d'esprit que, tout en buvant des cocktails et en leur faisant essayer des fringues, Sorkin se fait un devoir de leur raconter tous les potins et le who's who de Naïn-Naïn...

En l'absence de l'Émir et de ses principales flottes, seulement 4 "capitaines" pirates se partagent la station... enfin, la partie qui n'est ni aux mains des Médians, ni envahie par la jungle de lianes mutantes où vivent les Jiang Feng. Car depuis l'évacuation de leur "maîtres" galactiques (qui les ont purement et simplement abandonnés sur la station en évacuant), les cultures hydroponiques des petits clones sont en effet devenue "bizarres", avant d'échapper à leur secteur originel pour se ramifier un peu partout dans la "pointe" de l’œuf. Aujourd'hui, presque un quart de la station est donc strié de lianes épineuses et corrosives portant de gros bulbes jaunâtres, jaillissant des conduites d'aérations ou s'enfonçant dans les coursives techniques... Mais les Feng les écrasent pour en extraire un bio-carburant qui sent mauvais, et récoltent les bulbes pour en faire des frites : c'est pas bon du tout.
Tant qu'on parle de clones, l'hermaphrodite en profite pour mentionner les Jiang Hué... Amenées sur la station il y a peut-être 7 ou 8 ans par un capitaine qui voulait fonder un bordel, les "clonettes" ont réussi à lui faire la peau, à s'émanciper et se sont réfugiées dans les "hauteurs" de la station : la partie des habitats qui, depuis le changement de gravitation, ont carrément la tête en bas. Elles y ont installé des tas de passerelles (pour circuler de plafond en plafond) et créé une clinique qui s'occupe de panser les plaies que génèrent les nombreuses bagarres entre pirates, mais aussi des radiopathies et des implants cybernétiques.

Mais Vivian Sorkin digresse (beaucoup), et nous disions donc 4 commandants pour 4 factions :

● le bey Abdel Rasul Karbasi, que les autres "moudjahidine" surnomment Al Saafin (le "Pur"), en référence à sa grande piété comme à son (curieux) refus de toute cybernétique personnelle. Très craint, puisqu'il a une certaine tendance à décapiter par douzaines les pirates qui ne respectent pas la Charia (et ça fait du monde, en fait...), il a pourtant l'avantage de maintenir un semblant d'ordre sur la station, assurant même la protection des Jiang Feng puisqu'ils s'occupent de l'entretien technique. Il vient de revenir de la chasse avec sa frégate Sàlang, les cales apparemment pleines de métaux précieux et d'hydrofuel, renforçant nettement la position de son méprisé collègue...

● le vieil Omar Hussayn Ali Zayn est le seul bey d'Al-Salim qui assure une quasi-permanence sur la station. Théoriquement chargé de "maintenir l'ordre" dans le Souk qui entoure l'astroport, Sorkin explique qu'il se contentait d'encaisser des pots de vins pour attribuer les meilleurs emplacements ou prendre parti dans les querelles. Il n'a en tous cas pas su empêcher l'invasion des Médians il y a quelques mois, son crédit auprès de l'Émir en a donc pris un méchant coup et il n'est pas impossible que "Al Saafin" Karbasi décide de lui régler son compte avant le retour du grand patron.
Mais Ali Zayn a toujours le destroyer Mawlid et quelques 200 combattants sous son commandement, alors ça n'arrivera sans doute pas avant que le Bey Mohammed Jacinto vienne prêter main-forte à Al Saafin : la "protection" du vieux est donc toujours à vendre, si les PJ peuvent l'arroser régulièrement durant leur séjour.

la Princesse Aïcha El Atrach, mystique druze (!) qui se réclame d'une parentèle royale terrienne. Elle a réussi à rassembler autour d'elle presque 150 illuminés, perpétuellement défoncés, qui n'hésitent pas à employer des grenades à plasma dans la station. Son vaisseau, l'Asmahan, est par ailleurs un vieux super-destroyer médian (de la Guerre Galactique). Sorkin s'entend très mal avec elle, puisque tous deux sont en concurrence pour le trafic de narcotiques.

le Serigne Abdou Mbaye Diouf, un "marabout" mouride qui tient une école de pilotage (!) et le second dispensaire de Naïn-Naïn (celui où sont opérés la plupart des navigateurs spéciaux). Connu pour ses fréquentes bisbilles avec Al Salim, il est pourtant essentiel à ses équipages et possède deux des 8 vaisseaux actuellement amarrés à la station : le gros croiseur Amadou Bamba et la frégate Touba.

Après avoir délibéré et remercié chaleureusement leur hôtesse, les PJ décident de se placer sous la protection du "Marabout" (mes joueurs n'arrivaient pas à prononcer "serigne") : c'est encore celui des quatre avec lequel ils ont le plus d'affinités et, surtout, une brève négociation leur permet d'obtenir son "hospitalité" pour le seul prix des services de Vlad (!), puisque les deux médecins ont vite sympathisé (autour d'une partie d'échecs) et que le vaisseau-clinique manque cruellement de compétences en génétique. En échange de son aide, le Marabout -impressionné par les nombreux talents du dissident médian- lui propose simplement d'organiser pour ses meilleurs employés un séminaire de génétique-obstétrique !
Enfin installés et escortés par quelques hommes de Diouf, les Chiméronautes partent en reconnaissance, Kay les accompagnant dans le corps de Tang'Ho, l'androïde qu'elle a racheté à Hansou et largement modifié (depuis qu'elle a des mains pour tenir des outils).

À ce stade de l'épisode, tout mon p'tit bordel est en place : les PJ ont quelques pistes, des objectifs difficiles, des challenges secondaires, de redoutables ennemis avertis de leur présence et quelques alliés "moins que sûrs".
L'endroit est une poudrière qui n'attend qu'une étincelle... et je connais assez mes joueurs pour me douter qu'ils vont y déclencher un splendide feu d'artifice : ça n'a pas manqué.
Dernière modification par Wenlock le lun. janv. 08, 2018 10:16 pm, modifié 3 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2303
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Extrême-Orion continue (8)

Message par Wenlock »

À bord de La Chimère, maintenant ancrée à la corvette Touba (elle-même ancrée au croiseur Amadou Bamba ancré à la station), Hansou repousse aisément la première tentative d'intrusion informatique des hommes du Marabout : disons que son "hospitalité" n'empêche pas la curiosité. Prévenu, Vlad interrompt son cours magistral le temps d'une brève mais ferme discussion avec son nouvel ami, et les choses en restent là.
Pendant que le pilote scanne les environs, il détecte par ailleurs un drone espion -presque une antiquité- qui semble lui aussi s'intéresser à eux : il remonte le signal jusqu'à l'Asmahan, le gros destroyer de la princesse druze... et décide de le pirater (na !). Avec l'aide d'Amar, il ne lui faut pas longtemps pour neutraliser et rapatrier vers leur soute le vieil engin, gros comme un lave-linge : le temps de lui nettoyer les circuits, et le drone de surveillance est reprogrammé avec l'aide de "Belinda" (l'IA-bimbo du vaisseau, conçue par lui).
Lorsque Sophia prend la navette pour déposer les "piétons" sur la station, Amar et elle en profitent pour larguer discrètement l'engin dans l'ombre du Secutor XXXIV, le gros vaisseau médian planté dans la coque de l’œuf spatial. Une fois sous le ventre du Secutor, Amar rallume le vieux drone et le conduit, sans se faire remarquer, sur un panneau technique de l'énorme vaisseau : quelques minutes plus tard, les Chiméronautes (qui commencent à être vraiment bons en piratage informatique) peuvent commencer à surveiller les Médians...

Hansou explore de son côté le réseau de Naïn-Naïn : c'est une lamentable passoire, mais les hommes de Belisarius semblent avoir complètement isolé leur propre astronef et la centrale à fusion (sans doute pour prévenir toute intrusion), alors que les vaisseaux pirates amarrés à l'astroport, eux, ont tissé une toile biscornue de communication radio et de branchements sauvages pour discuter entre eux comme avec leurs équipages à l'intérieur de la station. En tentant de démêler tout ça, Hansou Carlo découvre soudain que le Sàlang du Bey "Al Saafin" est protégé par un terrible "djinn" qui surveille lui aussi l'embrouillamini de communications : au souvenir de sa première rencontre avec une IA-gardienne, le pilote-hacker éridien en a encore des sueurs froides...
Ça ne l'empêche pas de mettre en place un dispositif d'écoute : La Chimère enregistre désormais toute les transmissions de la "fréquence fantôme" et, à partir des données décryptées de la Prima Cedera, Belinda aura pour mission de les déchiffrer au fur et à mesure. Les PJ ont en effet grand-besoin de déterminer où la PatrOb en est dans son plan de cartographie-pour-invasion...

Pendant ce temps, Vincent, Harmonie (qui fulmine après une grosse engueulade avec Vlad, assez violente pour coller des dommages psychologiques au reste de l'équipage), Jackson Ibrahim, Dunya, Wendy, Jiang "Marcus" et Kay (dans Tang'Ho) découvrent l'étrangeté du Souk :
sur une vaste esplanade concave (comme toute la station) où les hommes du bey Ali Zayn "patrouillent" en prélevant leur part des marchandises, des dizaines d'étals signalés par des enseignes holographiques colorées proposent en vrac (et en Arabe) des armes, des vivres, de l'équipement cybernétique, des drones, des médicaments, des barils d'hydrofuel ou d'air recyclé, quelques esclaves galactiques terrorisés, des drogues, des pièces de vaisseau, des holovidéos, des lingots de métaux rares, des colifichets religieux, des scaphandres de seconde main, des missiles spatiaux, du couscous reconstitué, des pierreries, du mobilier et de la déco...
La plupart des denrées sont retenues au sol par de grands filets (puisque, dans les remous du Maelström, la gravité fait souvent des siennes) et, en l'absence de véritable éclairage public (le "simulateur de ciel" qui couvrait jadis le moyeu s'est arrêté depuis longtemps et les Médians ont coupé les lampadaires depuis quelques temps), la plupart des marchands rivalisent de lampions et de guirlandes lumineuses pour attirer le chaland. S'il y a encore beaucoup d'emplacements vides, réservés à quelques équipages influents, les boutiques s'étendent déjà jusque dans les rues adjacentes, occupant les habitations abandonnées et les vestiges d'anciennes boutiques galactiques. En l'absence de réseau interstellaire et donc de système bancaire, les transactions se font par le troc ou en énergie : chaque marchand possède ainsi une batterie plus ou moins grosse où encaisser les paiements, apportés en cellules énergétiques (les "piles" qui équipent la plupart des équipements portatifs : armes, boucliers, consoles...), directement versés des bio-générateurs alimentant les implants cybernétiques de nombreux moudjahidine ou par des "banquiers" équipés de gros générateurs à hydrofuel.
Dans une chaleur à crever, un brouhaha constant de marchandages ou de musiques orientales et des vapeurs méphitiques qui motivent la plupart des badauds à porter lunettes et respirateurs, les PJ tentent de rester bien groupés entre les hommes du Marabout, fendant la foule de pirates armés jusqu'aux dents, de petits vendeurs de thé et même de quelques Jiang Feng qui dévisagent "Marcus" d'un air ahuri.
Discrètement, Vincent, Dunya et "Marcus" filment tout ça grâce à leur com-link, comptent les membres des différentes factions et enregistrent le tout pour Maranga... Après de brefs adieux qui embuent les yeux bridés de Wendy, Idir disparaît dans la foule : il a sa propre mission à accomplir.

Vincent et ses acolytes font surtout des emplettes : ils achètent du fuel (s'ils ont des ennuis sur Naïn-Naïn, ils veulent être prêts à repartir en urgence), des munitions (cellules de plasma, grenades, chargeurs pour leurs différentes armes) et une myriade de petits drones de diagnostic, achetés au poids. Grands comme des boîtes d’allumettes, ces petits appareils sont normalement employés en nuées pour parcourir des épaves ou des installations spatiales, balayant le moindre recoin à la recherche de dommages structurels ou des fuites dans les canalisations, mais nos Chiméronautes ont d'autres projets pour eux...
Et, tout en négociant âprement, les PJ lient connaissance et se renseignent. Ils évaluent ainsi le sentiment anti-médian, et le sous-pèse bientôt face à la prime de 3.000 unités énergétiques (~30.000$) que les Médians ont mis sur la tête de Vlad, Harmonie, Vincent et Hansou (une poignée d'imbéciles ont tenté de rafler la mise : les PJ et les hommes du Marabout les ont massacré sans que la horde pirate réagisse autrement que part des invectives et des malédictions) ; ils constatent la quantité de gens qui couvrent leur visage pour visiter l'établissement de Vivian Sorkin et Harmonie a même l'impression de reconnaître des Médians déguisés (!?). Nos espions fontaussi le tour du réacteur central pour chercher des accès possibles (constatant assez vite qu'il faudra soit utiliser des grappins ou des propulseurs pour atteindre directement le moyeu, soit s'aventurer dans le labyrinthe de tunnels qui court entre la coque extérieure et le "sol" courbe de la station ovoïde).

En croisant leurs données, les PJ réalisent bientôt que l'instabilité locale risque d'exploser d'un jour à l'autre : Al Salim devrait bientôt rentrer avec une véritable armée, et tentera probablement de reprendre le réacteur à fusion aux Médians.
Ceux-ci, de leur côté, ont presque cessé de transmettre de nouveaux objectifs aux Secutor : après s'être donné bien du mal pour transformer la centrale à fusion en un énorme amplificateur, capable d'émettre pendant plusieurs mois vers l'extérieur du Maelström, les Médians ne semblent plus rien avoir à dire par la fréquence fantôme. Ce qui ne peut vouloir dire qu'une chose : leur cartographie du secteur est quasiment complète et leur mission presque terminée... Supposant que l'invasion soviétique ne tardera plus une fois la reconnaissance terminée, les Chiméronautes prennent une décision qui serait "héroïque" si elle n'était largement dictée par la vengeance et l'intérêt personnel : faire franchement échouer le plan de la PatrOb, en espérant gagner assez de temps pour que Maranga puisse mobiliser les instances militaires de la Fédération...

Par ailleurs, les PJ ont aussi appris que la flottille du Bey Jacinto ne devrait plus tarder : son arrivée risque de donner le signal des représailles contre Ali Zayn et, vu comme les factions "moudjahidine" sont sous pression dernièrement, il n'est pas impossible qu'une bataille généralisée s'ensuive. Et nos "héros" n'ont guère envie d'être encore là si ça se produit.
Peut-être plus inquiétante encore est la dissémination de "Kay" à travers le réseau de Naïn-Naïn : tout doucement, sans alerter les "djinns", les Médians, ni les opérateurs-pirates (mais Hansou, lui, a déjà assisté au phénomène et sait repérer les mouvements de sa cyber-amoureuse), l'IA commence à encercler "virtuellement" la centrale à fusion en cherchant une ouverture. Mais, si elle ne leur rend plus visite "en personne", Kay reste en contact avec Hansou par le réseau et elle ne fait pas mystère de ses intentions : si elle ne trouve pas d'autre moyen pour neutraliser l'invasion soviétique, elle ne voit aucun inconvénient à prendre possession de l'Asmahan pour tirer une bordée de missile sur la station et la détruire une bonne fois pour toute.

Bref : les PJ ont intérêt à agir vite et, pour ça, il leur faut un plan...

Ils commencent par remercier leur escorte : désormais, ils se démerderont avec leur navette pour s'introduire subrepticement dans la station, déguisés en moudjahidine, plutôt que d'attirer les regards et les altercations. Puis ils organisent un programme de surveillance : deux par deux, une bonne partie des membres d'équipage va désormais se relayer près des couloirs menant vers le Galatea pour vérifier la théorie selon laquelle Sorkin recevrait des visiteurs de la PatrOb.
Une fois que les techniciens de La Chimère ont entièrement reprogrammé les petits drones de diagnostic (et viré les loupiotes rouges qui les rendaient repérables), une nouvelle visite au Souk permet aux PJ de les déverser discrètement dans les gaines techniques : dirigée par "Belinda", reliée à un logiciel holographique bricolé par Hansou, la nuée volante va parcourir toutes les conduites de la station pour en dresser la carte, repérer toutes les grilles piégées et autres portes soudées par les hommes de Belisarius... et tenter de trouver des points faibles dans la forteresse médiane : en vain.

On bricole encore quelques traqueurs et mouchards, des brouilleurs (un peu foireux) pour camoufler l'armement des combattants de l'équipe et Harmonie briefe ses collègues sur les tactiques de la PatrOb.
On réfléchit encore aux différents moyens d'utiliser les explosifs ramenés de "Sergueï" (quelques semaines auparavant) pour percer une brèche dans les défenses médianes... et laisser les hommes d'Al Saafin finir le travail. Sauf que d'après dernier comptage effectué par le drone-espion collé au Secutor XXXIV, les PJ pensent avoir à faire à au moins une 100aine de commandos Médians, presque tous installés dans le moyeu, plus encore autant de techniciens, d'agents de la PatrOb et de personnel naviguant qui, tous, seront retranchés, armés et prêts à donner leur vie pour défendre leur opération... ou à faire exploser toute la station pirate le cas échéant.
Avec l'équipement prêté par le Marabout, Vlad entreprend de débarrasser Harmonie de son matricule crânien (les Médians ont une espèce de "tatouage d'identité" qui s'étend de leur orbite droit jusqu'à l'arrière de leur crâne), et prépare un appareil qui lui permette de rapidement "imprimer" un faux matricule sur la tronche de sa belle.
Quant à Jiang "Marcus", il a eut une idée géniale : à partir d'un chariot roulant et d'un générateur de récup', il s'est bricolé un petit stand mobile où il pourra cuisiner son célèbre riz au gingembre et s'installer dans un couloir de l'astroport pour participer à la surveillance du Galatea. Il faut dire que sa "cuisinière" camoufle surtout un senseur à large spectre qui, en plus de filmer sur 300°, détecte la signature énergétique des armes, scanne les fréquences de com-link et évalue la température corporelle des gens, les Médians étant naturellement quelques degrés plus "froids" que le reste de l'humanité.

Au delà de toute cette préparation, le plan d'action est assez simple : Vincent laissera "fuiter" des informations sur les Chiméronautes via Vivian Sorkin, pour motiver la PatrOb à lui rendre une nouvelle visite et, à la sortie, une équipe habilement camouflée les prendra en filature.
Au minimum, cela devrait leur donner l'occasion de poser des mouchards sur les Médians pour les suivre jusqu'à leur point d'accès vers la centrale (vu que même leurs nuées de drones ne l'a pas encore découvert). Mais si l'occasion se présente, le but est de repérer une Miles qui ressemble suffisamment à Harmonie (comme les Médians seront eux-mêmes déguisés en moudjahidine, ils espèrent que ce sera suffisant), de la neutraliser dans la foule, de l'extraire discrètement, de répliquer son matricule (car les PJ craignent que la PatrOb n'aient installé des scanners d'identité dans ses locaux)... et d'envoyer Harmonie droit dans la gueule du loup en annonçant "pardon, je m'étais perdue dans la cohue".
De là, le reste de l'équipe rapatriera la captive pour l'interroger (Vlad a depuis un moment le projet de fabriquer un "sérum de vérité") pendant qu'Harmonie tentera de créer une faille dans le périmètre des Médians, juste suffisante pour y introduire quelques-uns de leurs drones-espions, avant qu'elle-même ne prenne la fuite... ou tente de saboter la centrale de l'intérieur.

Tout le monde a bien conscience que c'est un plan casse-gueule, aussi la consigne de Vincent est d'attendre une occasion : il sera sur place lui-même et, s'il constate qu'il y a quelque chose à tenter contre une poignée de Médians en sous-nombre, il donnera le signal de l'assaut à l'équipe d'intervention. Si l'affaire paraît trop dangereuse, l'équipe de surveillance se contentera de glisser quelques mouchards sur les agents de la PatrOb, et on attendra une meilleure occasion d'agir...

[Le CR continue page suivante.]
Dernière modification par Wenlock le lun. janv. 08, 2018 10:32 pm, modifié 4 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
Ackinty
Messie
Messages : 1199
Inscription : dim. sept. 13, 2009 3:27 pm
Contact :

Re: [cinÉtic] Système, commentaires, CR de campagneS (Index p1)

Message par Ackinty »

Nom de nom, Il règne un souffle épique dans cette campagne !!
Et tes CRs sont un régal à la lecture. :bierre:

La suite ! La suite !

On se demande comment Naïn Naïn peut *ne pas* finir en miette avec tout ce tas d'excités le doigt sur la gachette :)
"Genre, c'est pas nécessairement des trucs de narrativistes végans pro-justice sociale ni rien." (Pogorzelski)
"Minecraft, c'est le Dogs in The Vineyard du jeux video" (FibreTigre)

Répondre